Dépistage précoce du cancer colorectal : une priorité

6.542 nouveaux cas enregistrés annuellement.
PUBLIE LE : 05-03-2018 | 0:00

Constituant un véritable problème de santé, les cancers colorectaux sont en augmentation constante et parmi les tumeurs les plus fréquentes. Ils occupent une place intermédiaire entre les pays industrialisés et les pays du Maghreb.
Selon les spécialistes, la survie reste relativement faible comparée aux pays développés, mais en nette augmentation ces dernières années.
C’est dans cette optique que la direction générale de la prévention du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière en collaboration avec l’association El Amel du Centre Pierre et Marie Curie ont lancé jeudi, une campagne de sensibilisation pour le dépistage précoce du cancer colorectal. Intitulée «Mars bleu», cette nouvelle campagne est entamée au niveau de quatre wilayas pilotes avant d'être généralisée aux autres wilayas d'ici à la fin de l'année en cours, a précisé Djamel Fourar, le directeur de la prévention et de la promotion de la santé au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière
Intervenant lors d'une journée d'étude sur la prévention contre le cancer colorectal, organisée dans le cadre du plan national de lutte contre le cancer 2015/2019, M. Fourar a fait savoir que «cette campagne touchera en premier lieu, quatre wilayas pilotes, à savoir Alger, Bejaia, Biskra et Laghouat et concernera en particulier, les personnes âgées entre 50 et 75 ans, avant d'être généralisée aux autres wilayas d'ici à la fin de l'année en cours».
Cette campagne de lutte contre le cancer colorectal intervient dans le cadre du mois bleu (mars) lancé par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) après avoir lancé «Octobre rose» dédié à la lutte contre le cancer du sein. Il expliquera également que ce type de cancer provoque le décès de 800.000 personnes dans le monde chaque année.
Le cancer du colon est une maladie des cellules qui tapissent l’intérieur du colon. Il se développe à partir de cellules initialement normales qui se transforment et se multiplient de façon anarchique. De son côté, le professeur Mokhtar Hamdi Cherif, chef de service des maladies épidémiques au niveau de l'établissement de lutte contre le cancer à Sétif précisera que «la détection précoce des cancers colorectaux et le dépistage des populations doit être une priorité pour diminuer la fréquence élevée des cas, qui arrivent à un stade tardif et ainsi élever les taux de survie et baisser la mortalité »
Selon lui, le cancer colorectal devrait trouver sa place aux cotés du cancer du sein dans l’axe 2 du plan national de lutte contre la cancer et la mise en œuvre d’un véritable chantier de prévention et de dépistage, tout en suggérant que «le dépistage doit être intégré dans un protocole scientifique ».
Le Pr. Hamdi Chérif a affirmé, dans le même sillage, que le cancer colorectal augmentait annuellement en Algérie de 7%, imputant les causes au changement du mode de vie, au tabagisme, à la consommation de l'alcool, à l'obésité, à l'utilisation des pesticides et à l'inactivité. Convaincu de l’importance du dépistage précoce, le spécialiste dira que «l’impact du dépistage et du diagnostic précoce pourra réduire de 25% la gravité de la situation et le taux de mortalité».
Lors de sa présentation de la situation épidémiologique du cancer colorectal en Algérie, le Pr Hamdi Cherif a tiré la sonnette d’alarme en qualifiant la situation d’inquiétante précisant qu’il est «le premier cancer chez l’homme et le deuxième chez la femme après le cancer du sein. Il avancera le chiffre de 6.542 nouveaux cas annuellement, soit un taux de 15%, alors que dans le reste du monde il ne représente que 10%».
La seconde communication intitulée «Le cancer colorectal dans le plan cancer 2015/2019 » a été présentée par le Pr Kamel Bouzid, chef de service d’oncologie. Les cas de cancer colorectal ont augmenté de quatre fois ces 20 dernières années et continue d’augmenter, précisant que entre 7 et 10 nouveaux cas sont enregistrés chaque semaine au niveau de son service. Pour le spécialiste il est «urgent» d’engager un programme d’information grand public sur les changements nutritionnels et ses conséquences à moyen et long terme en proposant de l’inclure «dés maintenant» dans le plan national de lutte contre les facteurs de risques 2014-2018.
Mohamed Mendaci


EL MOUDJAHID - QUOTIDIEN NATIONAL D'INFORMATION Edité par l'EPE - EURL El MOUDJAHID - 20, Rue de la Liberté - Alger - Algérie
Tél. : +213(0)21737081 - Fax : +213(0)21739043
Mail : info@elmoudjahid.com