dimanche 18 novembre 2018 07:51:34

SNTF : Le matériel roulant sera fabriqué localement

Un objectif prioritaire des pouvoirs publics

PUBLIE LE : 04-03-2018 | 0:00
Ph : Louiza. M.

Le réseau ferroviaire passera de 4.200 km à 12.500 km à moyen terme

Le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaâlane, a affiché, hier, lors de son intervention à l’ouverture des travaux du Séminaire international sur la réhabilitation du matériel ferroviaire ancien, l’ambition de l’Algérie «d’aller vers la fabrication locale du matériel de transport», assurant même que cet objectif est «l’une des priorités des pouvoirs publics».

Selon le ministre, et suite à la conjoncture économique que vit notre pays, «il est impératif de mettre en œuvre des politiques économiques efficaces, qui se basent sur des solutions nationales qui aboutissent à la rationalisation des dépenses, en s’orientant vers un investissement au moindre coût, en gardant l’aspect qualitatif demandé ».
Lors de cette rencontre qui a réuni des experts internationaux dans le domaine ferroviaire, et placée sous le thème de «La réhabilitation du matériel ancien : une solution économique fiable dans la modernisation et l’optimisation du parc roulant», qui s’est déroulée au Centre international des conférences (CIC), le ministre a également indiqué que «le gouvernement, par le biais de la Société nationale des transports ferroviaires, a décidé d’entreprendre une stratégie visant la réhabilitation du matériel roulant ancien avec une main- d’œuvre 100% algérienne dans les ateliers de maintenance ».
Le ministre a précisé que cette expérience «a permis d’acquérir de l’expérience dans ce domaine», ajoutant que cette démarche permettra également « d’économiser des sommes importantes en devise au lieu d’acquérir un nouveau matériel ».
M. Zaâlane a affirmé que la SNTF n’a d’autre choix que d’étoffer et de moderniser son réseau et son matériel pour donner corps à son ambition de prendre la place qui lui sied dans le transport de voyageurs et dans le convoyage de marchandises dans une économie en pleine mutation.
Selon lui, en 1999, le réseau ferroviaire national ne dépassait pas 1.900 km, alors qu’aujourd’hui, il s’étend sur une longueur de 4.200 km, sans omettre les 2.300 km en cours de réalisation. «Avec la réception des lignes en chantier, notre réseau ferroviaire sera de plus de 6.000 km à court terme, et pourra par la suite atteindre les 12.500 km à moyen terme», s’est-il félicité.
Il a souligné que ces objectifs tracés par son ministère relèvent du programme du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, visant la modernisation du secteur et des services offerts au citoyen, en mettant l’accent sur les efforts consentis par les pouvoirs publics dans le cadre des différents programmes quinquennaux pour relancer le secteur ferroviaire.

Le programme de réhabilitation entamé depuis 2011

Pour sa part, Yacine Bendjaballah, directeur général de la SNTF, a affirmé que la société compte renforcer les grandes lignes par ses anciens trains réhabilités et ce, à raison d'un train réhabilité mensuellement à partir du mois en cours.
Ces trains seront destinés aux grandes lignes, notamment la prochaine liaison Alger-Constantine, a-t-il fait savoir, rappelant dans ce sillage que la SNTF avait déjà introduit en janvier dernier son premier train réhabilité sur la ligne Alger-Oran. M. Bendjaballah, et en donnant plus de précision sur le programme de réhabilitation entamé en 2011, a fait savoir que la modernisation et la réhabilitation de 202 trains avec une main-d'œuvre algérienne permettra d'économiser près de 30% par rapport au coût d'achat.

Réhabiliter 10 locomotives à l’horizon 2025

Quant à la deuxième phase qui s'étalera jusqu'à 2025, il est prévu également de réhabiliter 10 locomotives diesels-électriques de type GEII. Selon le premier responsable de cette société, il s'agit d'un choix «stratégique» pour la SNTF qui constitue une alternative à l'achat de matériel neuf, précisant qu'un train modernisé peut offrir les mêmes standards qu'un train neuf.
Il a ajouté que la société compte également, dans le cadre de la prochaine phase de son plan de développement, acquérir de nouveaux trains à grande vitesse avoisinant 220 km/heure. Le cahier des charges pour les appels d'offres en relation est fin prêt, a-t-il fait savoir.
Pour conclure, il a annoncé le lancement prochain de la ligne de banlieue Alger-aéroport Houari-Boumediène à raison d'un train chaque heure.
Kafia Ait Allouache

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions