lundi 10 dcembre 2018 01:57:53

Nouvelles Constantine, Logement social : 3.000 unités distribuées avant le 20 mars

Résidence Cirta de Zouaghi : Les souscripteurs dans le désarroi

PUBLIE LE : 28-02-2018 | 0:00
D.R

Page animée par : Issam Boulksibat

L’annonce de la distribution prochaine de 3.000 logements sociaux, faitepar le wali de Constantine, Abdessamie Saïdoun, sur les ondes de la Chaîne de la Radio locale, a étéaccueillie avec beaucoup d’enthousiasme de la part des citoyens de la capitale de l’Est concernés, lesquels seront délocalisés vers la nouvelle ville Massinissa d’ici le 20 mars au plus tard.

Dans sa déclaration, le chef de l’exécutif a expliqué que lesdits logements étaient achevés à 95 %, cependant, une partie des travaux de la voirie et de l’assainissement n’étaient pas encore terminés, et devrait l’être incessamment. Par la suite, les clés des appartements seront distribuées, selon un échéancier établi par les autorités locales en accord avec l’Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI). Pour accompagner cet important mouvement de la population vers le pôle urbain de Massinissa, cette extension de la ville du Khroub a bénéficié de l’inscription de sept projets d’infrastructures éducatives, lesquelles devraient être livrées à la rentrée prochaine. Dans ce même contexte du logement, le wali a indiqué que dans le cadre du programme du Président de la République, 125.000 unités avaient été inscrites à l’actif de la wilaya, en plus de près de 10.000 unités dépendant d’autres programmes à l’image de celui de la promotion de l’habitat rural, appuyé par le Fonds national du logement (FONAL), ou encore des chalets se trouvant sur certains sites, et qui doivent être reconstruits à cause des risques liés à l’exposition à l’amiante, minéral hautement toxique. Sur l’ensemble de ces unités, plus de la moitié (60 %) a déjà été réalisée, alors que les travaux de 8.000 unités, dont 4.000 faisant partie de programmes de promotion libre, 900 logements promotionnels aidés (LPA) —notamment à AïnNahas (Khroub) et Retba (Didouche Mourad)—, et 500 logements sociaux, n’ont pas encore démarré en raison de diverses contraintes, d’ordre technique et administratif, que les services de la wilaya s’attellent à lever afin de lancer définitivement les chantiers. Autre chiffre éloquent : de janvier 1999 à décembre 2017, soit en l’espace de 19 ans, 42.983 logements ont été distribués sur l’ensemble du territoire de la wilaya, ce qui renseigne sur les efforts consentis par les pouvoirs publics dans ce domaine. Parmi ces logements, 25.900 ont été affectés dans le cadre de l’éradication de l’habitat précaire, de nombreuses habitations du centre-ville étant touchées par le phénomène du glissement de terrain, et 16.000 ont été attribué à des cas sociaux nécessitant une prise en charge urgente. Quant aux logements restants, ils ont été octroyés à diverses catégories socioprofessionnelles. Reprenant par le menu l’état actuel des différents chantiers, M. Saïdoun a indiqué que le programme des 3.200 logements publics locatifs (LPL), en cours de réalisation à l’unité de voisinage 20 de la nouvelle ville Ali Mendjeli, connaît une avancée significative des travaux au niveau de 1.762 unités, de même que celui des 2.300 unités de Massinissa dont les 1.400 affectés à la commune du Khroub, lesquels seront prêtes dans les prochaines semaines. Pour rappel, la wilaya a disposé de 27.000 unités dans le cadre du LPL, réparties entre les douze communes. À ce titre, celle de chef-lieu a bénéficié de 16.170 unités, dont 13.000 destinées aux souscripteurs ayant reçu leurs décisions de préaffectation, suivie par le Khroub (6.350 unités), Hamma Bouziane (1.500), Aïn Abid (1.222 unités), avec Aïn Smara (1.000 unités), Zighoud Youcef (521), Didouche Mourad (330), Beni Hamidène (59), Messaoud Boudjeriou (50), OuledRahmoune(88) et Benbadis (8). Concernant l’aménagement extérieur, le wali a déclaré que l’élaboration d’une fiche technique était en cours pour la prise en charge de cet aspect au niveau des lots dont les travaux étaient terminés, entre autres celui de 3.500 unités de Massinissa. Pour en revenir aux chalets, signalons que M. Saïdoun n’a pas manqué de déplorer le manque d’empressement manifesté par les habitants tout ce qui a trait à la régularisation de leur situation, et ce en dépit des facilités accordées par les autorités locales. Le responsable les a d’ailleurs exhortés à se rapprocher le plus tôt possible des services concernés (communes, directions des Domaines et du Logement) afin de bénéficier de l’aide accordée à chacun d’eux par les pouvoirs publics (120 millions de centimes). Depuis son arrivée à la tête de la wilaya en juillet passé, M. AbdessamieSaïdouna fait du dossier du logement l’une de ses priorités, multipliant les sorties sur le terrain et suivant de très près la progression des différents chantiers, en particulier ceux se trouvant au niveau des nouvelles villes Ali Mendjeli et Massinissa.

-----------------------/////////////////////////

Résidence Cirta de Zouaghi
Les souscripteurs dans le désarroi

Alors que la visite du wali, Abdessamie Saïdoun, en novembre dernier, avait suscité beaucoup d’espoir chez les souscripteurs au projet des 66 logements promotionnels de la résidence Cirta, sise à la cité Zouaghi Slimane, il semblerait que l’on rechigne du côté de l’agence foncière de wilaya, désormais seule responsable du projet, à appliquer les instructions, pourtant précises, du chef de l’exécutif.
En effet, depuisl’arrêt du chantier en 2012, l’incertitude plane sur ledit projetfondé en 2006 par l’agence foncière de wilaya et l’Entreprise nationale de promotion immobilière (ENPI) (alors EPLF Bordj Bou Arreridj), et lancé deux ans après pour une durée initiale des travaux de 24 mois, et ce malgré la livraison en 2015 de près de la moitié des logements, au nombre de 30. Constitués en association,les souscripteurs ont tenu à exprimer leur méfiance à l’endroit du directeur de l’agence foncière, lequel avait été sommé par M. Saïdoun de dissoudre le groupementet de procéder à la relance rapide des travaux, de façon à livrer les 36 logements restants au cours du mois de février, mais qui continue, selon eux, à «faire traîner les choses».
Cependant, les membres de l’association «Résidence Cirta» ont tenu à préciser que si la situation a enregistré une certaine évolution, du moinssur le plan administratif, la résiliation du contrat entre les deux entités et la cession par l’ENPI des actifs et des passifs, de même quede la responsabilité du projet, à l’agence foncière, étant entérinés depuis deux mois, il n’en demeure pas moins que le directeur de celle-ci tarde à relancer les travaux au niveau du site, lequel s’est transformé en un repaire de SDF et de délinquants, faisant planer de sérieuses menaces sur la sécurité des habitants. Lundi, des représentants des souscripteurs ont été reçus, à leur demande, par le chef de cabinet du wali, ce qui constitue un pas en avant, en attendant le déblocage de la situation.

-----------------------/////////////////////////

Santé
12 % des adultes souffriraient de diabète

Selon des chiffres rendus publics lors d’une journée d’information et de sensibilisation sur le diabète, organisée récemment à la maison de la culture Malek Haddad par des spécialistes du service de médecine interne du centre hospitalo-universitaire Benbadis, 12 % des Constantinois d’âge adulte souffriraient de diabète. À ce sujet, le Pr Kitouni Yacine, explique : «Selon des études menées au niveau de la wilaya, la prévalence du diabète a atteint les 12 % chez les adultes vivant à Constantine, la caractéristique principale de cette maladie étant qu’elle ne se déclare pas, et le dépistage est donc nécessaire, d’autant plus que parmi les malades, beaucoup ignorent qu’ils sont atteint», et d’affirmer, concernant la prévention de ce mal qui affecte localement 12.000 nouvelles victimes par an : « Le diagnostic précoce et la prévention sont les seuls moyens efficaces pour réduire le nombre de cas, notamment en ce qui a trait aux complications, en premier lieu le pied diabétique ». Le spécialiste ajoute à propos de cette atteinte des membres inférieurs qui entraine chaque année entre 40 et 50 amputations au niveau du seul CHUC : « Les symptômes de la maladie n’apparaissent qu’après quelques années, se révélant suite à des complications, dont le pied diabétique. Le dépistage permet au patient de se traiter et d’adopter un régime alimentaire équilibré, ce qui prévient pareils risques et fait en sorte qu’il puisse vivre sereinement avec son diabète». Il est à signaler que la journée en question fait partie d’un cycle programmé par le CHUC Benbadis sous le slogan «Pour une nouvelle culture», avec l’objectif d’instaurer le concept d’éducation thérapeutique, en mettant en contact praticiens et patients afin d’améliorer la prise en charge médicale et à contribuer à l’autonomie de ces derniers.

-----------------------/////////////////////////

Aménagement du Rhumel
10 km livrés prochainement

Un premier tronçon, d’une longueur de 10 km, du projet de calibrage et d’aménagement du Rhumel sera ouvert aux citoyens dans les prochaines semaines.
Lancé en 2014 afin de lutter contre les inondations et de faire des berges de l’oued un espace de loisirs pour les familles constantinoises, ledit projet a été doté d’une enveloppe financière de 15 milliards de DA, et attribué au groupe coréen Daewoo et à l’Office national de l’irrigation et du drainage (ONIDRI).
Le lot concerné par la livraison est l’œuvre des Coréens, qui devrait également terminer la tranche de 3 km confiée aux Algériens, et dont les travaux accusent un grand retard. Une procédure de résiliation du contrat avec l’ONIDRI pour cause de non-respect de ses engagements aurait déjà été enclenchée par la direction des Ressources en eau de Constantine.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions