mardi 18 dcembre 2018 17:18:53

Hygiène alimentaire : Quand les bons réflexes viennent à manquer

De plus en en plus nos enfants sont victimes de la qualité de leur hygiène alimentaire et même celle de leurs parents.

PUBLIE LE : 26-02-2018 | 0:00
D.R

De plus en en plus nos enfants sont victimes de  la qualité de leur hygiène alimentaire et même celle  de leurs parents. Manger sain et équilibré, ce n’est certainement pas le dada de beaucoup d’Algériens qui se rabattent sur des aliments qui risquent, à la  longue, nuire à leur santé. Il suffit peut-être de savoir que nous sommes classés parmi les plus gros  consommateurs de sucre dans le monde.
Les enfants d’ailleurs ne cachent pas leur «faible» pour le fameux goût exceptionnel, indispensable pour démarrer la journée. Sodas,  pâtisserie, chocolat, bonbons sont autant de produits alimentaires dont raffolent notamment les écoliers, sans oublier les sacrés sandwichs qui dégoulinent de mayonnaise, de ketchup et autres sauces, incompatibles, il faut le dire, avec la nourriture saine. Aujourd’hui, le diabète n’épargne pas les chérubins.
En effet, le nombre d’enfants diabétiques va crescendo. Pas moins de 10.000 cas sont dénombrés en 2017 dans les établissements scolaires. Le Professeur Mahmoud Touhami a affirmé récemment, dans ce sens, qu’une augmentation continue de cette maladie est relevée dans le milieu des enfants de moins de 15 ans, avec une incidence de 30 nouveaux cas par an pour 100.000 enfants, avant d’ajouter qu’avant 20 ans, l’on enregistrait quelque 500 nouveaux enfants diabétiques chaque année. Actuellement, ce sont plus de 3.000 nouveaux cas qui sont recensés annuellement à l’échelle nationale.
Les résultats de la mal bouffe sont là, et tous les experts s’accordent à dire que chez l’enfant et l’adolescent, l’excès de consommation d’aliments à densité énergétique élevée avec  la  «tendance» fast-food, produits sucrés et trop gras, conjugué à l’insuffisance d’apport en aliments et nutriments protecteurs, à l’image des fruits, légumes, fer, vitamine A, les produits laitiers source de vitamine D,  ainsi que l’absence de l’activité physique et parallèlement l’introduction d’activités sédentaires à travers l’utilisation abusive de la télévision, l’ordinateur et les  jeux vidéo,  constituent une conjonction de facteurs de risque. Ils exposent la population juvénile à la dénutrition et au développement de pathologies en rapport avec le  métabolisme, à l’instar de l’obésité, du diabète, l’hypertension artérielle et la dyslipidémie, pour ne citer que ces maladies.
Revoir, de nos  jours, le contenu de notre assiette est plus que nécessaire pour éviter aux enfants une pathologie si grave et si  handicapante que le diabète. Pour cela,  une éducation «alimentaire» s’impose pour apprendre aux bambins les bons réflexes qui ne peuvent être que salutaires.
Samia D.

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions