lundi 26 fvrier 2018 04:37:17

Formation professionnelle : Un projet de loi sur l’apprentissage à l’APN

290.000 nouveaux postes pédagogiques

PUBLIE LE : 14-02-2018 | 0:00
Ph. : Wafa

aLe ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, M. Mohamed Mebarki, a indiqué hier à Alger que le projet de loi relatif à l’apprentissage sera présenté au débat les prochains jours à l’Assemblée populaire nationale. Le ministre qui s’exprimait au forum d’Echaab a fait savoir que le texte accorde une place centrale à l’apprentissage à travers une démarche adaptée aux besoins de l’économie nationale. Le texte prévoit des dispositions qui associent largement les entreprises et les employeurs. «Les données y afférentes sont établies par commune et par wilaya et comportent notamment la liste nominative et les qualifications professionnelles des maitres d’apprentissage, des artisans ainsi que la liste des employeurs», a-t-il soutenu. Prévoyant l’implication des employeurs dans la définition des besoins en matière de formation et d’apprentissage, ainsi que l’ouverture de toutes les entreprises présentes dans le pays, à l’accueil des apprentis, le texte énonce que l’établissement public de formation professionnelle « doit veiller au respect des engagements, objet du contrat d’apprentissage et assurer la formation théorique et technologique complémentaires».
Selon M. Mebarki, ce type de formation permettra d’adapter le système de formation professionnelle aux besoins de l’économie nationale. Assurant que «ce mode de formation est aux normes puisqu’il est utilisé par les pays développés, notamment en France, en Allemagne et en Suisse», le ministre précise que «80 % de cette formation se déroule au sein d’une entreprise économique ou chez un artisan. Les 20 % restants sont effectués dans les établissements de la formation professionnelle».
Le mode de formation par apprentissage a d’autres avantages, affirme M. Mebarki qui souligne que «les personnes formées trouvent facilement du travail et sont souvent retenus dans les entreprises économiques où elles effectuent leurs stages pratiques». «C’est pour cela que nous accordons une importance particulière à l’apprentissage en tant que meilleur moyen pour faciliter l’intégration dans le monde du travail», déclare-t-il.

290.000 nouveaux postes pédagogiques

Concernant la session de février 2018, M. Mebarki a fait savoir que son secteur propose plus de 290 000 nouveaux postes pédagogiques avec élargissement des offres à l’ensemble des centres de formation et l’introduction de nouvelles spécialités. Il a précisé que deux nouvelles spécialités (installation réseau télécommunications et conseiller téléphonique ont été introduites pour cette nouvelle session pour les personnes aux besoins spécifiques. Il a ajouté qu’en application de la stratégie du gouvernement qui exige d’adapter la formation professionnelle aux besoins du monde du travail et de l’économie, il a été programmé 370 spécialités réparties sur 22 branches professionnelles, sanctionnées par un diplôme d’Etat, et 80 autres spécialités dans la formation qualifiante au profit des jeunes qui n’ont pas terminé le cursus scolaire obligatoire. Les offres de formation ciblent notamment les filières prioritaires pour le gouvernement à savoir l’industrie, l’agriculture et le tourisme, et ce, dans le but de contribuer à la croissance économique. Ainsi, les filières industrielles représentent un taux de plus de 22 % du nombre global des offres, suivies du secteur de l’hôtellerie (plus de 10 %) et des filières de l’agriculture et de l’agro-alimentaire (plus de 7 %). Le ministre a fait état par ailleurs d’une baisse sensible dans les offres de formation aux techniques administratives et de gestion, dont le taux actuel est de l’ordre de 12 %, contre 20 % auparavant. Un recul que M. Mebarki justifie par l’adaptation au monde du travail. Les établissements de formation privés «assurent 14.400 postes de formation dont 8400 formations diplomates et 6000 autres qualifiantes». Concernant les structures d’accueil, le ministre a annoncé l’ouverture de 20 nouveaux établissements et le recrutement de 2000 nouveaux formateurs afin de couvrir les besoins du secteur.     Salima Ettouahria

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions