mercredi 15 aot 2018 17:51:56

Le PDG de Sonatrach à Hassi-Messaoud : Inauguration d’une station de pompage GPL

Indices sur une découverte d’hydrocarbures au Niger

PUBLIE LE : 13-02-2018 | 0:00
D.R

Le président-directeur général (Pdg) du groupe Sonatrach,  Abdelmoumène Ould-Kaddour, a procédé hier à l’inauguration d’une station  de pompage GPL implantée au niveau de la zone de Haoud El-Hamra,  près de Hassi-Messaoud (900 km au sud d’Alger).

Cette nouvelle installation, dont la concrétisation fait partie du système de transport par canalisation (STC) doté d’une capacité de 10,2 tonnes/an, a pour objectif de répondre à l’augmentation des quantités supplémentaires de GPL des champs du Sud, et de sécuriser les installations de cette chaîne menant vers Arzew, a-t-on expliqué. Lors de sa tournée à Haoud El-Hamra, le Pdg de Sonatrach a visité aussi le chantier de réalisation d’une station de pompage, dont les travaux, confiés à une entreprise chinoise, enregistrent un avancement physique de 59,7%, selon les explications fournies sur place. Ce projet vise à assurer l’évacuation de la production de pétrole brut depuis le centre de stockage de Haoud El-Hamra, jusqu’au terminal marin de Béjaïa, tout en sécurisant l’alimentation de la région Centre en pétrole, notamment la raffinerie d’Alger, ainsi que la future raffinerie de Biskra, et l’exportation à partir de Bejaïa, selon sa fiche technique. M. Ould-Kaddour a inspecté, en outre, le chantier de revamping et réalisation d’un nouveau système de production au niveau des unités satellites Sud à Hassi-Messaoud, avant d’assister à une présentation du projet dit «Field Management Integrated» (FMIS), dont la réception provisoire est prévue à la fin de l’année en cours. Il s’agit de 6 satellites sur 23 qui ont été déjà modélisés et le reste des satellites (17) sera finalisé fin 2018, a-t-on fait savoir. Le FMIS, dont 6 satellites sur 23 ont été déjà modélisés, permettra d’améliorer et d’augmenter la production du champ de Hassi-Messaoud, grâce à la modélisation du système de production intégré (puits, réseau de collecte et satellites) en temps réel, par la surveillance des paramètres de production par la télémétrie. Parmi les challenges de ce projet, qui s’inscrit dans le cadre d’un partenariat entre Sonatrach et Halliburton (USA), figurent l’augmentation de la production, la réactivation des puits fermés, la réduction des coûts d’exploitation, le développement d’une méthodologie d’allocation de la production, ont souligné des cadres de Sonatrach. Auparavant, M. Ould-Kaddour a présidé une séance de travail avec les cadres du groupe Sonatrach, au cours de laquelle il a insisté surtout sur le travail commun, le développement de la communication, la prise en charge des travailleurs et la modernisation de l’entreprise. «La seule solution pour réussir, c’est de travailler ensemble pour le meilleur de l’entreprise», a-t-il dit. Les représentants des travailleurs ont saisi l’opportunité de cette rencontre, pour soulever une série de doléances socioprofessionnelles.

Indices sur une découverte  d’hydrocarbures au Niger

Des indices «très positifs» ont été enregistrés récemment par l’entreprise Sonatrach concernant une nouvelle découverte d’hydrocarbures au Niger, a annoncé, M. Ould-Kaddour. «On a foré et on a trouvé, mais, pour l’instant, ce n’est pas encore une découverte économique, parce qu’il faut toute une phase d’évolution, malgré cela, les prémices et les indices sont très positifs», a-t-il précisé. «L’entreprise est en train de préparer son futur pour savoir où il est possible d’aller dans 10 à 15 ans», a soutenu le Pdg de Sonatrach, en soulignant l’importance du développement de la pétrochimie en Algérie, notamment dans le cadre du partenariat étranger. «Nous avons rencontré plusieurs entreprises étrangères qui souhaiteraient revenir en Algérie, en vue d’investir dans le domaine des hydrocarbures», sachant que certaines entreprises ont commencé déjà à revenir, a-t-il dit. Et d’ajouter : «L’Algérie, qui a passé une période terrible, est devenue un pays stable et la sécurité est là, grâce au travail du Président de la République.» La chose importante, a-t-il dit, est de faire passer un message clair que «l’Algérie est un pays sérieux, un pays debout qui dispose de diverses capacités et potentialités, infrastructures, ressources humaines et logistiques, susceptibles de répondre aux besoins de nos partenaires», a-t-il conclu.   (APS)

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions