lundi 23 septembre 2019 14:19:27

Hypertension artérielle : Renforcer la prévention

Près de 8 millions d’Algériens sont concernés

PUBLIE LE : 13-05-2011 | 17:01
D.R

L’hypertension artérielle (HTA), est devenue, ces dernières années, un problème de santé publique dévastateur qui provoque le décès de millions de malades, annuellement.  Cette pathologie favorisée par l’accumulation de facteurs précis comme la mauvaise hygiène alimentaire, l’absence de l’exercice physique, ou bien le changement négatif des habitudes quotidiennes est considérée comme un «casse-tête chinois » pour les pays en voie développement, qui  relèvent continuellement une hausse de la mortalité parmi les hypertendus.
Première cause de mortalité dans le monde, l’hypertension artérielle est devenue un phénomène inquiétant, du fait qu’elle est diagnostiquée de plus en plus de  chez  les  sujets jeunes.
Aujourd’hui, selon les experts l’Algérie compte un peu plus de 7,5 millions d’hypertendus parmi lesquels 30% sont pris en charge et le taux de mortalité chez les hypertendus est estimé à plus de 23%, dont la majorité sont des femmes dépassant la cinquantaine, a-t-on appris, jeudi dernier, au cours de la conférence organisée, au centre commercial d’El Hamma (Alger) par l’Association d’aide aux hypertendus de la wilaya d’Alger (AAHWA), à l’occasion de la célébration de la 3e Journée mondiale de l’hypertension artérielle. Ainsi, plus de 35%  de la population algérienne est hypertendue.
Cette maladie grave qui tue en silence provoque annuellement le décès de 8 millions de personnes dans le monde parmi  une population estimée à un  1 milliard d’hypertendus, recensés et 100 millions de jours d’invalidité.
Intervenant en ouverture de la conférence le Pr. Brouri  a tiré la sonnette d’alarme quant à ce problème de santé publique qui gagne davantage du terrain devant  l’impuissance des malades. Il dira que « le bouleversement de nos habitudes, le manque d’exercice physique, l’inaccessibilité des habitants des quartiers aux infrastructures sportives, une alimentation non équilibrée et les bas salaires des citoyens qui ne permettent pas d’avoir une alimentation correcte, sont autant de facteurs qui font que la personne devienne hypertendue ».
Cette pathologie est « l’affaire de tout le monde, tous les secteurs doivent s’impliquer pour sortir avec des solutions à ce problème mortel » a affirmé le Pr. Brouri, avant d’ajouter que « les ministères de la Santé, de la Solidarité et de la Sécurité sociale doivent travailler en étroite collaboration et coordonner leurs efforts pour une meilleure prise en charge des malades».
Pour sa part, le Dr Mameri « le mariage entre le diabète et l’hypertension artérielle est bien consommé » car selon elle « le diabète type 2 (DT2) est 2,5 fois plus fréquent chez la personne hypertendue, ce qui représente entre 50 et 70% des personnes souffrant de l’hypertension ». Aussi, elle indiquera que les décès dus aux accidents cardiovasculaires sont fortement élevés chez les diabétiques et « rare de ne pas trouver un hypertendu souffrant du DT2 » a-t-elle expliqué.
Par ailleurs, les participants ont débattu dans l’après-midi des sujets relatifs à l’évaluation du risque cardiovasculaire chez l’hypertendu, la place de la prise en charge non pharmacologique chez l’hypertendu et enfin le traitement pharmacologique de l’HTA.
M. MENDACI
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions