samedi 22 septembre 2018 07:17:28

Nouvelles d’Oran, Commune de Bir El-Djir : Modernisation du service public

Entretien et ravalement de façades d’immeubles : Le chantier bien avancé

PUBLIE LE : 05-02-2018 | 0:00
D.R

Page animée par : amel saher

Contrairement à l’avis de la plupart des élus locaux, en particulier ceux des exécutifs communaux, l’actuel code ne semble ni entraver ni freiner les ambitions de la commune de Bir El-Djir, pour servir d’un modèle dans la modernisation du service public, création de nouvelles ressources financières et amélioration du cadre de vie.

Preuve en est, cette commune, située à 9 km à l’est d’Oran et accueillant près de 300.000 habitants, a décroché la première place à l’échelle nationale en matière des efforts déployés pour la promotion et la modernisation du service public et le rapprochement du citoyen de l’Administration. Un classement élaboré par des inspecteurs du ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire pendant deux années consécutives 2015-2016, a-t-on appris du président de l’Assemblée communale de Bir El-Djir, M. Amine Guenfouda. Ce dernier révèle en outre que la commune dont il préside l’exécutif a réalisé un programme de raccordement au réseau internet par fibre optique ayant atteint 90% d’avancement. «Toutes les annexes y ont été raccordées, à l’exception de celle de Sidi El-Bachir. Nous accordons beaucoup d’importance au service public, et nous avons de la chance d’avoir un personnel technicien-principalement des informaticiens-hautement qualifiés», précise notre interlocuteur. La commune de Bir El-Djir, qui accueille depuis une dizaine d’années toutes les populations relogées dans les nouveaux programmes d’habitat lancés par l’État (toutes formules confondues), fait face à un autre défi, celui de préparer les jeux Méditerranéens-2021. Pour cela, la commune doit se trouver de nouvelles ressources financières, et ce ne sont pas les potentialités qui manquent ni les outils réglementaires, estime le maire de Bir El-Djir. «La commune de Bir El-Djir dispose de moyens financiers, mais cela ne nous a pas empêchés de chercher d’autres moyens pour les développer davantage. Nous avons créé récemment des bridages de finances chargées de suivre sur le terrain le recouvrement de la fiscalité et des loyers de biens et espaces appartenant à la commune. Notre budget, qui oscille entre 160 jusqu’à 200 milliards de centimes, ne peut répondre aux besoins d’une population en croissance permanente. C’est pourquoi n’avons d’autres choix que de bouger et de chercher l’agent de la commune là où il est. Pour nous, l’actuel code ne constitue nullement une entrave au développement de notre gestion, même si certaines de ses dispositions méritent un enrichissement», confie le responsable. Dans le volet des préparatifs des jeux Méditerranéens, dont la grande partie des infrastructures qui vont les accueillir sont situées à Bir El-Djir, notre interlocuteur a fait savoir que la commune a bénéficié récemment d’une subvention de 20 milliards de centimes accordée par la wilaya, destinée aux travaux d’embellissement de la commune, en particulier les grands boulevards et artères qui vont connaître de profonds travaux d’aménagement. À cette enveloppe, s’ajoutera une somme de 10 milliards de centimes prélevée du budget communal, a-t-on appris. La commune de Bir El-Djir accueille l’un des plus importants pôles urbains du pays créés durant les 15 dernières années. Il s’agit de nouveau pôle urbain de Belgaïd qui accueille plus de 40.000 logements et qui a vu la réalisation de nombreux équipements publics et structures de proximité, pour répondre aux attentes des populations nouvellement relogées, en termes de prestations, et faire de ce site une zone urbaine modèle. Ces efforts visent à rendre attractif, ce pôle urbain appelé à accueillir les jeux Méditerranéens de 2021, soulignent les responsables locaux. Parmi les équipements et infrastructures publics qui y ont été réalisés, une nouvelle sûreté urbaine, une brigade de recherche et d’investigation ( BRI), une nouvelle agence commerciale de Sonelgaz, pour assurer le recouvrement et l’intervention en temps réel des pannes, des annexes d’état civil, une agence OPGI, une annexe administrative, une salle de soins, une agence commerciale Mobilis, une agence commerciale d’Algérie Télécom, un terrain de sport combiné et des établissements scolaires.

-------------------/////////////////////////

Entretien et ravalement de façades d’immeubles 
Le chantier bien avancé

Les travaux de ravalement des façades des immeubles au centre d’Oran ont atteint un taux d’avancement de 75%, a annoncé la direction du logement de la wilaya, maître d’œuvre du projet.
Cette dernière a fait savoir que six entreprises ont été désignées pour assurer les travaux de ravalement de façades de 15 immeubles situés dans les principales artères de la ville. Dans le quartier 870-Logements à Yaghmouracen, l’opération est à 90% d’avancement, après avoir sélectionné quatre entreprises pour assurer l’opération qui a bénéficié dix immeubles, a-t-on indiqué. Par ailleurs, et concernant l’immense chantier de réhabilitation du patrimoine immobilier représentant une valeur architecturale et qui est à l’arrêt depuis plus d’une année, on croit savoir d’une source autorisée qu’il sera bientôt relancé.
Depuis 2012, l’ambitieux programme de rénovation du patrimoine immobilier à haute valeur architecturale menée par l’OPGI engendre une refonte en profondeur du centre d’Oran, contribuant ainsi à changer son image, à l’embellir et à lui donner plus d’attractivité. En effet, même si le programme tâtonne pour des raisons liées à la crise financière, n’empêche que de nombreux chantiers ont été livrés, précisément sur le boulevard Maâta, la rue Larbi-Ben-M’hidi et le boulevard la Soummam.
Le résultat de rénovation et de restauration de certains immeubles est juste spectaculaire. Il faut dire que certains immeubles du centre-ville sont, en effet, des joyaux architecturaux qui suscitent, à la fois, émerveillement et curiosité. Malheureusement, l'entretien de ces immeubles n'a pas été pris en charge, et des décennies après, ce patrimoine immobilier s'est gravement dégradé, et les façades de certains édifices ont subi des métamorphoses, repoussantes, parfois, hideuses, d’où le lancement, par le gouvernement, d’un vaste programme de réhabilitation de 600 immeubles à Oran, dont une centaine dans le centre-ville. Cette opération a bénéficié initialement d’un budget global de 750 milliards de centimes, et elle a été scindée en deux tranches de 200 et 400 immeubles.
Dans la première phase, les travaux ont été confiés à des entreprises étrangères, notamment des sociétés espagnoles, françaises et italiennes spécialisées dans la restauration du vieux bâti. Les travaux portent, essentiellement, sur l’entretien de l’étanchéité, le traitement des façades et celui des parties communes. Outre son incidence directe sur le développement de la ville et l’amélioration du cadre de vie de ses habitants, le programme de lancement des grands chantiers de réhabilitation et restauration du patrimoine immobilier et urbain, a permis la relance des métiers traditionnels d’autrefois, et ce grâce au concours de l’association SDH «Santé Sidi El-Houari» implantée au cœur de ce quartier historique où elle a lancé une école de formation dédiée aux divers segments du bâti ancien, comme la maçonnerie traditionnelle, la taille de pierre, la charpente et la ferronnerie.

-------------------/////////////////////////

Extension de la route de la pêcherie
Les travaux lancés

Le coup d’envoi des travaux de la première tranche du projet de l’extension de la route reliant la pêcherie d’Oran au site Bel Horizon, qui traverse le quarter Sidi El-Houari, a été donné cette semaine par le wali d’Oran.
L’enveloppe consacrée à cette première tranche du projet destiné à soulager la pression sur la principale route reliant la ville d’Oran à la corniche ouest, notamment pendant l’été, est de l’ordre de 72 milliards de centimes, selon un responsable local. Cette zone a bénéficié aussi d’une étude d’aménagement urbain, réalisée conjointement par la commune d’Oran et la direction des travaux publics, qui va transformer la pêcherie d’Oran en un site touristique. Une assiette foncière récupérée après la démolition de 4 immeubles menaçant ruine situés sur la route reliant le quartier Sidi El-Houari à la pêcherie va être aménagée pour accueillir des restaurants, cafés airs de détente ect. Le premier responsable de l’exécutif local a assisté, par ailleurs, à la présentation du projet de création d’un espace de loisirs qui sera réalisé sur RN4 à proximité de l’aéroport international Ahmed-Benbella. Ce projet, qui a bénéficié d’un montant d’investissement de 418 millions de DA, devra être réalisé sur une superficie de 145.000 m2.

-------------------////////////////////////

Election  de la délégation d’Oran du FCE
Djilali Benahmed réélu
Le délégué sortant du FCE à Oran,
M. Djlilali Benahmed, a été reconduit pour un nouveau mandat à la tête de la délégation d’Oran, à l’issue d’une élection à laquelle il était le seul candidat. Selon une source du bureau local, l’opération s’est déroulée dans de bonnes conditions en présence des membres du bureau sortant. Le nouveau bureau n’a pas encore été formé, mais, selon des indiscrétions, une bonne partie de ses anciens membres seront aussi reconduits.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions