mercredi 15 aot 2018 17:51:43

Nouvelles de sétif

Le secteur de l’emploi a connu d’importantes avancées, ces dernières années, tant et si bien que la dynamique engagée à travers les différents mécanismes initiés par l’État a permis, au-delà des différentes autres modes de placement, d’aboutir à la permanisation, de 2010 à 2017, de 17.605 jeunes inscrits au dispositif d’aide à l’insertion professionnelle dans les institutions et administrations publiques, ainsi que les entreprises du secteur économique.

PUBLIE LE : 17-01-2018 | 0:00
D.R

Dispositif d’aide à l’insertion professionnelle
17.600 jeunes permanisés

Le secteur de l’emploi a connu d’importantes avancées, ces dernières années, tant et si bien que la dynamique engagée à travers les différents mécanismes initiés par l’État a permis, au-delà des différentes autres modes de placement, d’aboutir à la permanisation, de 2010 à 2017, de 17.605 jeunes inscrits au dispositif d’aide à l’insertion professionnelle dans les institutions et administrations publiques, ainsi que les entreprises du secteur économique.

Des chiffres qui attestent de l’effort déployé par tous ceux qui ont à charge de promouvoir un tel volet et sont d’autant plus consolidés par l’action déployée par l’agence de wilaya de l’emploi au niveau de laquelle l’évolution a atteint 29.655 demandeurs d’emploi en 2016. Elle n’a pas été sans être accompagnée par une offre qui, pour la même période, a atteint plus de 22.000 postes dépassant en plus de 17.859 inscrits au titre de l’année 2017 et dépassant donc de loin le portefeuille de l’année 2013 dont l’offre ne dépassait pas les 16.269 postes. Autant de paramètres qui n’ont pas été sans impacter positivement un autre volet non moins important et enregistrer à fin 2017, le chiffre de 65.808 placements dans différents secteurs d’activités. A ce titre, l’évolution des placements classiques, DAIP et CTA est marquée par le placement de 78.899 demandeurs entre 2013 et 2016 auxquels il faudrait ajouter les 20.173 de l’année 2017. S’agissant des dispositifs de création d’activités, l’agence de wilaya de l’ANSEJ a financé 4.260 projets sur ces 4 années et 248 autres au titre de la seule année 2017 pour un nombre global de plus de 16.300 emplois générés. Pour la seule année 2017, le montant de l’investissement a atteint 1.245.162.173,00 DA repartis sur des secteurs tous aussi importants, puisque l’agriculture et la pêche se taillent la part du lion avec 33% de ces projets qui consacrent par ailleurs 14% au secteur de l’industrie et 15% aux services alors que le bâtiment et les travaux publics couvrent 10% des projets financées durant cette même année.
La CNAC, autre dispositif non moins important, n’échappe pas à cette dynamique puisque dans le cadre du soutien à la création et à l’extension d’activité par les chômeurs promoteurs âgés de 30 à 50 ans, cette agence de wilaya a assuré le financement de 3.486 projets depuis 2014 au 30 septembre de l’année 2017, ce tout générant un nombre global de 8.419 emplois. Pas moins de 940 projets sont orientés vers l’agriculture suivie de l’artisanat avec 538 projets sur toute cette période et le bâtiment avec 146 projets financés. Autant de résultats qui permettent de relever que 103.381 postes d’emplois ont été créés depuis 2013 et ne sont pas aussi sans être le produit de la politique d’investissement engagée dans cette wilaya.
F. Z.


Tramway 
La dernière ligne droite

Alors que le tramway entre dans sa dernière ligne droite avant sa mise en exploitation prévue pour le premier semestre de l’année, rien ne semble être laissé au hasard et tout est mis en œuvre pour que ce grand projet structurant ne connaisse aucune défaillance qui pourrait entraver sa bonne marche dans une ville où les pouvoirs publics; à leur tête le wali, ont fait état depuis le début de toute la disponibilité qui se devait pour lever, et à temps, toutes les contraintes qui ont surgi au fur et à mesure de la réalisation du projet.  Pour en savoir davantage sur l’avancement de ce projet nous avons contacté M. Benabid Salah-Eddine, chef de projet, qui nous a indiqué que «c’est un chantier référence dans sa dimension de transport intelligent et tout ce qu’implique un volet aussi sensible», faisant un lien à un retour d’expérience par rapport aux autres projets initiés à travers le pays et partant, la prise en charge de tous les enseignements qui se devaient.  Notre interlocuteur, qui estime que tout ce qui a été promis en termes de délais ou d’équipements à été exécuté à ce jour, ajoute que pour être dans les échéances fixées : «On compte finaliser les travaux fin mars 2018, si nous ne sommes pas gênés par les conditions climatiques», ajoutant que pour l’heure : «Nous sommes en train de finaliser tout ce qui est voirie et là, on se rapproche des 90%», non sans relever avec satisfaction que les tests dynamiques et statiques sont concluants et que «nous avons renforcé toutes les équipes pour les aménagements, nous sommes en train de finaliser tout ce qui a trait aux stations de voyageurs et prochainement, nous allons commencer la plantation d’arbres». Au chef de projet relevant du maître de l’ouvrage de conclure, comme aller dans le sens d’un projet qui désormais tire à sa fin : «L’exploitant SETRAM à été installé. Il compte même commencer la marche à blanc prochainement.»
Par ailleurs et pour aller dans les détails qui s’imposaient avant la livraison du projet, des exercices de simulation de déraillement d’une rame causant 4 blessés ont été effectués récemment sur un point du tracé de la voie par les services de la protection civile et ceux de la sécurité à l’effet de mettre en œuvre tous les mécanismes qui s’imposent et parer à d’éventuels défaillances du genre en un temps record.
 


Une réalisation attendue
Premier parking à étages

C’est enfin chose faite ! Sétif disposera bientôt de son premier parking à étages qui viendra soulager la ville de ses multiples tracas et s’inscrire dans la dynamique induite par la réalisation du tramway qui, s’il permettra d’offrir un mode transport propre et moderne, n’en est pas moins sans grignoter  bien des espaces jusque-là réservés au stationnement.
À ce titre, l’initiative qui vient d’être prise par l’agence de wilaya de gestion et de régulation foncières urbaine de Sétif, de réaliser le premier parking à étages, n’a pas été sans se traduire par un profond sentiment de satisfaction au sein de la population, d’une manière générale, et des conducteurs, en particulier, qui n’en demandaient pas tant, sachant de surcroît que cette nouvelle réalisation sera implantée au niveau de la cité des 5 Fusillés, à proximité de l’actuelle gare routière et du stade du 8-Mai 1945, et à seulement quelques encablures du tramway.
Le nouveau parking sera édifié au vu de la fiche technique du maître de l’ouvrage sur 5 niveaux, pour une capacité de 500 véhicules, avec une aire de locaux qui s’étend sur 1.073 m2 à l’effet d’y créer aussi une activité commerciale.
Il faut espérer enfin qu’une telle réalisation, dont la surface bâtie pour l’ensemble des niveaux est de à 14.807 m2, soit un élément incitateur de l’investissement privé dans ce domaine.


ACCIDENTS DE LA ROUTE
Des chiffres alarmants


Pas moins de 4.018 infractions au code la route dont 318 délits ont été relevés par les services de police relevant de la sûreté de la wilaya durant le dernier mois de l’année précédente, indique un communiqué de la cellule de communication de cette institution au titre du bilan relatif à la sécurité routière durant le mois de décembre 2017.
Un chiffre révélateur de l’indifférence, voire la négligence de bien des conducteurs qui n’a pas été sans se traduire par des indicateurs qui ne trompent pas quand on sait notamment que pour le seul mois de décembre 2017, les services de police ont également relevé 30 accidents corporels qui ont engendré 32 blessés et 2 morts sur les routes relevant de la compétence territoriale de ces services de sécurité.
Bien que ce chiffre, indique le même communiqué, soit en baisse de 20 accidents et 24 blessés par rapport à celui relevé lors de la même période de l’année 2016, grâce aux moyens mis en œuvre, au redéploiement et à la présence constante des services de police au niveau des principaux carrefours, routes secondaires et autres points névralgiques à l’effet de réduire le nombre d’accidents de la route et partant les conséquences qu’ils peuvent induire aux deux plans matériel et corporel.
Il reste qu’en dépit de tous les efforts qui ont été consentis pour abonder dans ce sens et faire le moins de victimes possibles, le facteur humain reste encore la principale cause de ces accidents atteignant même des proportions alarmantes qui dépassent les 96%, concédant le reste à l’état du véhicule au moment où, pensons-nous également, l’état de certaines routes n’est pas plus enviable mais ne justifie en aucun cas l’aboutissement à de tels constats.
Sur les 4.018 infractions au code de la route et 318 délits enregistrés, figurent entre autres 1.233 infractions liées à l’arrêt et au stationnement abusif embarrassant la circulation, 312 autres d’utilisation du film fumé sur les vitres du véhicule, 110 infractions pour utilisation abusive du téléphone portable durant la conduite, 171 autres pour défaut de port de ceinture de sécurité, le tout engendrant 169 cas de mise en fourrière de véhicules et 31 autres de motocyclettes.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions