lundi 22 janvier 2018 22:44:12

Enseignement supérieur : Les portes du dialogue « restent ouvertes » aux étudiants et aux enseignants

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar a réaffirmé, jeudi à Alger, que les portes du dialogue «restent ouvertes» aux partenaires sociaux «à condition de respecter la loi», ajoutant que la grève annoncée pour le 14 janvier est «illégale» du fait que «les organisations qui en ont lancé l’appel ne sont pas agréées».

PUBLIE LE : 13-01-2018 | 0:00
D.R

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar a réaffirmé, jeudi à Alger, que les portes du dialogue «restent ouvertes» aux partenaires sociaux «à condition de respecter la loi», ajoutant que la grève annoncée pour le 14 janvier est «illégale» du fait que «les organisations qui en ont lancé l’appel ne sont pas agréées».

«Les portes du dialogue restent ouvertes aux étudiants et aux enseignants, qu’ils soient syndiqués ou non, pour examiner toutes les questions liées à l’université et trouver les solutions adéquates mais dans un cadre légal respectueux des législations en vigueur dans notre pays», a indiqué M. Hadjar lors d’une rencontre avec les membres du nouveau bureau national de la Fédération nationale du personnel de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la culture, en présence du secrétaire générale de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Abdelmadjid Sidi Said.
A cet égard, le ministre a fustigé certaines organisations «qui prétendent représenter les enseignants ou les étudiants mais qui ne sont pas agréées», ajoutant que le mouvement de grève auquel elles ont appelé est «illégal», selon une décision de justice rendue public mercredi, «car ne remplissant pas les conditions légales». «La Constitution garantit à tout un chacun les droits à l’action syndicale et à la grève, mais elle impose en revanche une série de mesures règlementaires quant à leur pratique», a-t-il rappelé. Quant à la relation entre l’université et l’entreprise économique, M. Hadjar a affirmé qu’«une commission ministérielle a été créée sous l’égide du Premier ministre, chargée de préparer un dossier à soumettre dans deux mois au gouvernement sur les problèmes concernant ce point». Il a salué, à cet effet, «le rôle de l’université dans la réalisation du développement durable et la relance de l’économie nationale, à travers la formation des cadres et en assurant des formations adaptées aux besoins nationaux». Il a indiqué que l’université algérienne «recèle tous les moyens humains et matériels nécessaires pour être un acteur essentiel dans la réalisation de la politique de développement national». Le secrétaire général de l’UGTA a affirmé, pour sa part, que le dialogue «reste l’unique moyen pour la satisfaction des revendications des travailleurs», saluant dans ce contexte le rôle de l’université algérienne dans «l’accompagnement de la dynamique économique impulsée dans le pays notamment pour la création d’emplois».

La carrière de l’enseignant-chercheur

La carrière professionnelle de l’enseignant chercheur a été au centre d’une rencontre entre le ministre et les représentants des enseignants. En marge de cette rencontre tenue au siège du ministère, M. Hadjar a déclaré à la presse que l’examen des moyens de promouvoir le parcours professionnel de l’enseignant chercheur est un des axes de cette rencontre périodique avec les représentants des enseignants. Cette rencontre se penchera sur des questions d’ordre pédagogique ainsi que le volet socioprofessionnel et différents dossiers concernant la famille universitaire, a indiqué le ministre. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre des rencontres régulières avec les représentants des différents partenaires sociaux pour consacrer le principe du dialogue responsable et sérieux pour traiter dés le début les problèmes soulevés et éviter ainsi les crises, a fait savoir le ministre. Pour sa part, le secrétaire général du Syndicat national des enseignants universitaires (SNEU), affilié à l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Amarna Messaoud a salué la politique du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique visant à mettre en oeuvre le principe du dialogue et de la concertation pour examiner les questions ayant trait à la vie socioprofessionnelle des enseignants, estimant que cette rencontre est la concrétisation effective de cette politique. Il a précisé à cette occasion que la rencontre portera sur plusieurs questions dont le suivi de la question de distribution des logements préfabriqués au profit des enseignants ainsi que d’autres dossiers relatifs au volet pédagogique et à la recherche scientifique. (APS)
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions