jeudi 18 octobre 2018 20:08:25

Président Ghali : « Détermination du peuple sahraoui à aller de l'avant vers sa libération »

Le président sahraoui, secrétaire du Front Polisario, Brahim Ghali, a salué la détermination du peuple sahraoui à aller de l'avant vers sa libération, loin de toute expectative ou attentisme, mettant en avant les acquis réalisés par la cause sahraouie tout au long de l'année écoulée, notamment au niveau africain en déjouant les multiples manœuvres de l'occupation marocaine visant à porter atteinte à la place de l'Etat sahraoui au sein de l'Union africaine (UA).

PUBLIE LE : 13-01-2018 | 0:00
D.R

Le président sahraoui, secrétaire du Front Polisario, Brahim Ghali, a salué la détermination du peuple sahraoui à aller de l'avant vers sa libération, loin de toute expectative ou attentisme, mettant en avant les acquis réalisés par la cause sahraouie tout au long de l'année écoulée, notamment au niveau africain en déjouant les multiples manœuvres de l'occupation marocaine visant à porter atteinte à la place de l'Etat sahraoui au sein de l'Union africaine (UA).

Dans un message diffusé mercredi par l'Agence de presse sahraouie (SPS), en marge de la clôture de la Conférence annuelle des relations extérieures, tenue pendant trois jours à la base militaire du martyre Heddad, le président Ghali a réitéré son appel au royaume du Maroc à œuvrer pour le règlement du conflit «conformément aux frontières héritées du colonialisme et partant assurer la coexistence entre deux pays voisins membres de l'UA, le Maroc et la République sahraouie dans le respect mutuel, le bon voisinage et la coopération au mieux des intérêts des peuples des deux pays et de la région».

 Des victoires sur plusieurs plans et d'autres à venir

Le président sahraoui a mis en exergue «le caractère particulier» de l'année 2017 en termes d'action nationale, en général et diplomatique en particulier, où la cause sahraouie a enregistré des victoires et des acquis importants. «Nous notons avec satisfaction que toutes ces victoires consacrent la détermination du peuple sahraoui à aller de l'avant vers sa libération, loin de toute expectative ou attentisme», a indiqué le Président Ghali. Evoquant les principaux acquis, il a cité notamment «l'action constante et intense, au niveau du continent africain, de la diplomatie sahraouie qui a eu à mener des combats féroces pour déjouer les multiples manœuvres de l'occupation marocaine visant à porter atteinte à la place de la République sahraouie au sein de l'UA». «Plusieurs capitales africaines ont été, à maintes occasions, le théâtre de ces tentatives marocaines, dont Malabo, Maputo, Kigali, le Caire, Addis Abeba, Abidjan et bien d'autres», a rappelé le président sahraoui, soulignant «la victoire qu'a remporté la cause nationale lors du sommet EU-UA organisé en Côte-d'Ivoire». Qualifiant cette étape de tournant important, le président Ghali a dit espérer «sincèrement que cette étape soit le début d'une nouvelle ère, une ère qui verra le règlement du conflit au Sahara Occidental sur la base de la légalité internationale, consacrée par la charte de l'ONU et l'acte constitutif de l'UA».

« L’UE doit assumer ses responsabilités juridiques et morales »

Abordant la spoliation continue des ressources naturelles du Sahara Occidental par l'occupant marocain, le président Ghali a mis en avant les succès réalisés sur le plan juridique et judiciaire, notamment au niveau européen, avant d'appeler l'UE à "assumer ses responsabilités juridiques et morales en faveur d'un solution juste, démocratique et durable au conflit, en respectant l'arrêt de la CJUE et les principes fondateurs de l'UE».
Il a appelé, dans ce contexte, la Commission de l'UE à «cesser immédiatement ses tentatives injustifiées pour contourner l'arrêt», notamment dans ses dispositions relatives à la pêche qui stipulent que l'accord ne doit pas couvrir les eaux territoriales du Sahara Occidental car cela constitue une violation flagrante de l'arrêt et du droit européen et international. A rappeler, à ce propos, la publication mercredi des conclusions de l'Avocat général de la CJUE qui a jugé «invalide» l'accord de pêche UE-Maroc en raison de son application au Sahara occidental ainsi que l'appel lancé par le député européen Florent Marcellesi à la Commission européenne de «suspendre immédiatement» les négociations avec le Maroc sur de nouveaux accords de pêche et d'agriculture. A ce titre, le Front Polisario a lancé mercredi un appel solennel à l'ensemble des compagnies européennes présentes au Sahara Occidental et dans les eaux adjacentes de ce conformer au décisions judiciaires internationales rendues à cet effet. Le président sahraoui a saisi l'occasion pour saluer la résistance et la lutte du peuple sahraoui «dans les territoires occupés pour l'indépendance en dépit de la répression et du blocus», soulignant que «cette résistance pacifique et la question des droits de l'homme et des ressources naturelles seront sans nul doute au centre de l'action diplomatique sahraouie pour défendre la cause sahraouie et mettre à nu les violations commises par le Maroc».
Concernant ces violations, le président sahraoui a évoqué les souffrances des détenus politiques du groupe «Gdeim izik», appelant, dans ce contexte, à «l'application immédiate du droit humanitaire international à leur profit et au profit de l'ensemble des détenus politiques, par leur libération immédiate et leur transfert vers leur pays». Il a dénoncé, en outre, la violation flagrante de l'accord de cessez-le-feu et de la convention militaire N.1 par le Maroc qui a procédé unilatéralement à l'ouverture un passage dans la zone tampon d'El Guergarat, principale raison, a-t-il dit, du regain de tension dans cette région. Il a appelé l'ONU a parachever le processus de décolonisation au Sahara Occidental et à accélérer le règlement des problèmes découlant de cette flagrante violation, et ce en application de la résolution 2351 du Conseil de sécurité, comprenant notamment l'envoi d'une mission technique.

La diplomatie sahraouie soutenue  par la légalité internationale

Concernant l'action diplomatique sahraouie en faveur de la cause sahraouie, le président Ghali a affirmé que les militants sahraouis qui activent à l'extérieur «sont armés de leur cause juste, qui est capable de mettre en échec toutes les pratiques immorales et les manœuvres viles auxquelles recoure l'Etat d'occupation marocaine, ajoutant que «cette cause juste est soutenue par le droit et la légalité internationaux et par un peuple opprimé, convaincu de la victoire inéluctable».
L'action diplomatique sahraouie est encadrée par un ensemble de programmes et de politiques, conçus à partir des objectifs cardinaux du peuple sahraoui, que sont la liberté et l'indépendance, concrétisés aujourd'hui dans les résolutions du 14e Congrès du Front Polisario et la programme annuel du gouvernement, a précisé le président Ghali. Le président sahraoui a conclu, son allocution, en affirmant que ce qui est attendu de cette Conférence est «une contribution concrète reflétant notre conviction, à tous, de la nécessité de promouvoir nos relations extérieures pour être à la hauteur des défis et enjeux qu'imposent les développements continus de la scène nationale, régionale et internationale».
 «Les défis sont grands et les responsabilités lourdes, mais les perspectives sont prometteuses et les souffrances qu'endure au quotidien le peuple sahraoui ne font que renforcer sa détermination et son attachement à sa lutte légitime en vue d'arracher ses droits légitimes, à leur tête, le parachèvement de la souveraineté de son Etat sur l'ensemble de son territoire national», a soutenu le président Ghali. La Conférence annuelle des relations extérieures a pris fin, mercredi, par l'affirmation de la coordination et de l'intensification de l'action et par la mise en place de mécanismes à même de faire aboutir l'action diplomatique pour gagner le pari.
 


Avis de l'avocat de la CJUE sur l’accord de pêche UE-Maroc
L'intergroupe sur le Sahara occidental au PE se félicite 

L'intergroupe «paix pour le peuple sahraoui» au Parlement européen s'est félicité, jeudi, de l'avis de l’ avocat général de la Cour européenne de justice (CJUE), Melchior Wathelet, qui a affirmé que l’accord de pêche conclu entre l’ UE et le Maroc est «invalide» au motif qu’ il s’applique au Sahara occidental et aux eaux y adjacentes. «L'intergroupe du Parlement européen pour le Sahara occidental se félicite de l'avis de l'avocat général de la CJUE qui a conclu que l'accord de pêche UE-Maroc est invalide en raison de son application au Sahara occidental», a-t-il indiqué dans un communiqué. L'intergroupe a relevé, à ce titre, que l'avocat général de la CJUE a contesté la notion de «puissance administrante de facto» invoquée, à chaque fois, par la Commission européenne pour justifier l'inclusion des territoires sahraouis dans ses accords avec le Maroc.  «L'avocat général se réfère au Maroc en tant que puissance occupante et affirme que «la notion souvent invoquée par la Commission qui considère le Maroc en tant que ‘’force administrante de facto’’ n'existe pas en droit et doit être rejetée», a-t-il souligné. Soulignant que la qualité du Maroc, quelle soit «puissance administrante de facto»  ou «puissance occupante» du Sahara occidental ne peut justifier la conclusion de l’ accord de pêche avec l'UE qui inclut le Sahara occidental, l'avocat général a tenu à remettre les pendules à l'heure en affirmant que la notion de «puissance administrante de facto» n’existe pas en droit international. Pour l'avocat Melchior Wathelet, «le Maroc est la puissance occupante du Sahara occidental». L'intergroupe a estimé que l'UE a, une fois de plus, violé le droit international en ne respectant pas le droit à l'autodétermination du peuple du Sahara occidental et a violé son obligation de ne pas reconnaître une situation illicite découlant de sa violation. L'intergroupe a exhorté, ainsi, la Commission européenne et les Etats membres de l'Union à «suspendre immédiatement» les négociations avec le Maroc sur de nouveaux accords de pêche et d'agriculture, ainsi qu'à prendre toutes les mesures nécessaires pour se conformer au droit international et européen en ce qui concerne le Sahara occidental. «Ce qui implique d'engager des discussions avec le seul représentant reconnu du peuple du Sahara occidental, le Front Polisario», a-t-il ajouté. L'intergroupe a exigé, en outre, de la Commission de «faire un audit approfondi des relations UE-Maroc, qui prend en compte les conséquences juridiques et politiques de l'occupation illégale du Sahara occidental». L'intergroupe a lancé également un appel aux entreprises européennes à «cesser immédiatement» leurs activités dans les territoires occupés du Sahara occidental et de mesurer les conséquences juridiques des profits tirés d'une situation illégale. «Nous attendons avec impatience la décision de la Cour qui, espérons-le, suivra les conclusions de l'avocat général de la CJUE», a-t-il conclu. L'eurodéputée Lynn Boylan du parti irlandais «Sinn Féin» a, dans une déclaration publiée sur le site du parti, appelé les dirigeants européens à respecter l'intégrité territoriale du Sahara occidental et à se conformer à l'arrêt rendu le 21 décembre 2016 par la CJUE. Lynn Boylan a déclaré que les nouvelles conclusions de l’avocat Melchior Wathelet «confirment le droit à l'autodétermination» du peuple du Sahara occidental et reconnaît que «le Maroc est une puissance occupante». Sur cette base, Mme Boylan a affirmé que la Commission européenne «doit suspendre toutes les négociations pour de nouveaux accords commerciaux avec le Maroc jusqu'à ce que des mesures efficaces soient mises en place pour protéger le droit international». «Le Maroc occupe illégalement les trois quarts du Sahara occidental et l'ensemble de son littoral.
 


Conférence internationale de solidarité avec le peuple sahraoui
« L’ONU doit imposer le référendum pour l’autodétermination »

Le   Premier ministre sahraoui, Abdelkader Taleb Omar, a salué la décision de   l’Avocat général de la Cour de justice européenne (CJUE) invalidant   l’accord de pêche entre l’Union européenne (UE) et le Maroc car englobant   le Sahara occidental et ses eaux territoriales.  “L’accord (de pêche UE-Maroc) est invalide car il va à l’encontre du droit   international, de la souveraineté du peuple sahraoui sur ses ressources et   de son droit à l’autodétermination”, a précisé le Premier ministre dans une   allocution, jeudi, lors de la réunion du Comité de suivi de la mise en  œuvre des décisions de la Conférence des coordinations européennes de   solidarité avec le peuple sahraoui au siège du ministère sahraoui des   Affaires étrangères. 
La rencontre a vu la participation de membres du Secrétariat général du   Front Polisario et du Gouvernement sahraoui, du président de la   Coordination européenne de solidarité avec le peuple sahraoui, Pierre   Galand, de la présidente de l’Association française des amis de la RASD,   Régine Villemont, ainsi que de représentants de la Coordination de Suède,   d’Espagne et d’Italie, et du Conseil des droits de l’Homme de Suisse,   d’Angola, d’Afrique du Sud, du Ghana et du Nigéria. 
Le responsable sahraoui a souligné l’importance de cette position émanant   de la plus haute instance judiciaire européenne qui confirme, a-t-il dit,   la justesse de la cause sahraouie.  Les représentants du Mouvement international de solidarité avec le peuple   sahraoui ont réaffirmé, jeudi au camp d’Aousserd des refugiés sahraouis, en   marge de leur visite aux camps de réfugiés sahraouis, leur soutien   inconditionnel à la cause sahraouie.  Ils ont plaidé pour un élargissement du mouvement de solidarité avec la   cause sahraouie, la dernière colonie en Afrique, afin de permettre au   peuple sahraoui d’exercer son droit à l’autodétermination et à   l’indépendance.  Les délégations du Mouvement international de solidarité avec le peuple   sahraoui ont reçu un accueil populaire chaleureux au camp d’Aousserd, à   travers une grande tente traditionnelle où a été représentée la diversité   de la culture sahraouie.  La délégation algérienne participant à cette action de solidarité est   conduite par le président de la Commission des affaires étrangères, de la   coopération et de la communauté à l’étranger à l’APN, Abdelhamid Si Affif,   ainsi que du président du Comité national algérien de solidarité avec le   peuple sahraoui, Said El-Ayachi. (APS)

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions