vendredi 19 janvier 2018 02:54:54

M. Raouya : «Le partenariat public-privé n'est pas une privatisation»

«Le partenariat public-privé, prévu par la Charte du Partenariat sociétaire, n'est pas une privatisation, mais une prise de participation d'entreprises privées dans des entreprises publiques, dans des secteurs non stratégiques et dans les limites qui sont connues», a déclaré, hier, le ministre des Finances, sur les ondes de la chaîne III de la Radio nationale.

PUBLIE LE : 03-01-2018 | 0:00
D.R

«Le partenariat public-privé, prévu par la Charte du Partenariat sociétaire, n'est pas une privatisation, mais une prise de participation d'entreprises privées dans des entreprises publiques, dans des secteurs non stratégiques et dans les limites qui sont connues», a déclaré, hier, le ministre des Finances, sur les ondes de la chaîne III de la Radio nationale. Outre cette mise au point, qui coupe court à certaines voix qui ont parlé de privatisation, Abderrahmane Raouya va droit au but et explique que le maintien de l'emploi demeure une «priorité» pour l'Etat, ajoutant que «le privé ne peut agir en dehors des règles fixées par la loi». Ce qui est sûr, enchaîne le ministre, «l'Etat n'est pas prêt à céder le moindre pourcentage du capital des entreprises publiques relevant des secteurs stratégiques, comme celui de l'énergie dont les hydrocarbures, ou des transports. Evoquant les éventuelles conséquences inflationnistes de l'application du financement non conventionnel, le ministre souligne qu’après une réduction significative du déficit de la balance commerciale, en 2017, à laquelle s’ajoute la mobilisation de quelque 500 milliards de dinars de liquidités, le gouvernement semble appréhender les années à venir avec sérénité.
Le taux d’inflation pour la nouvelle année de 2018, lui, a été, selon les prévisions, fixé à 5,5%, et le taux du niveau de croissance se situerait autour des 4%. Dans le même contexte, M. Raouya rappelle une «assez forte augmentation» du budget d’équipement par rapport à celui de fonctionnement en «légère baisse».

Raouya préconise un meilleur ciblage des subventions

Cette mesure devrait, aux yeux du ministre, permettre l’augmentation des investissements dans les infrastructures de base et, dans les deux à trois prochaines années, obtenir un taux de croissance «encore plus élevé et un déficit moindre». Sur sa lancée, M. Raouya dira que l'Etat «mène la politique du bâton et de la carotte pour inciter les détenteurs de cet argent informel à intégrer le secteur formel». Et écarte l'éventualité d'un changement de la monnaie nationale pour drainer les capitaux circulant dans le secteur informel. «Cela ne peut être possible si la masse de cet argent n'est pas suffisamment connue», ajoute-t-il. Rebondissant sur la baisse des recettes pétrolières, et leur corollaire, le ralentissement du niveau de croissance économique, le premier argentier du pays souligne que l’amendement de la loi sur la monnaie et le crédit a apporté des nouveautés. Désormais, le financement du budget d’équipement sera assuré par la Banque d’Algérie afin de permettre à l’économie nationale de rebondir.
Le tout s’inscrit dans le chapitre des réformes structurelles, dont la mise en œuvre se fait progressivement. Sur la révision de la politique des subventions, le ministre a estimé que les dépenses des transferts sociaux (1.760 milliards de DA en 2018) demeurent lourdes. «C'est trop», a-t-il observé. Compte tenu de cette situation, l'Etat devra mieux cibler ces subventions en 2018. Concernant le commerce extérieur et les mesures prises pour la suspension de l'importation de certains produits, M. Raouya réaffirme le caractère conjoncturel de la mesure. L’objectif, explique-t-il, est de «mettre fin à l'importation anarchique, retrouver l'équilibre de la balance commerciale et rendre notre économie plus solide d'ici deux à trois années».
Fouad Irnatene

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions