Protection des consommateurs : «Consommons sans gaspiller»

Le président de l'Association « El Amane » pour la protection des consommateurs, Hassan Menaouar, a affirmé, hier, que son organisation se base dans ses activités sur la sensibilisation pour la consécration d'une culture de consommation sans gaspillage. Il notera à ce propos que les citoyens, s’ils ne cessent de se plaindre des augmentations des prix, leur penchant pour le gaspillage demeure toutefois très problématique.
PUBLIE LE : 03-01-2018 | 0:00

Le président de l'Association « El Amane » pour la protection des consommateurs, Hassan Menaouar, a affirmé, hier, que son organisation se base dans ses activités sur la sensibilisation pour la consécration d'une culture de consommation sans gaspillage. Il notera à ce propos que les citoyens, s’ils ne cessent de se plaindre des augmentations des prix, leur penchant pour le gaspillage demeure toutefois très problématique.
Selon lui, cela a été constaté non seulement pour ce qui est des produits comestibles mais également en matière de ressources, à l’exemple de l’électricité, l’eau, où il y a forcément abus.
S’exprimant sur les ondes de la Radio nationale, le même intervenant a affirmé que l'association « El Amane » active sur le terrain à travers la réalisation de sondages d’opinion sur la consommation pour déterminer les causes et conséquences de ce phénomène. Selon lui, les excès sont à l’origine de plusieurs maladies, telles que le diabète, le cancer et l’hypertension. Il rappelle que l’Algérie compte plus de 4 millions de diabétiques, 50.000 cas de cancer par an, dont 80% sont dus à la mauvaise consommation et à l’alimentation irrégulière. Le même intervenant a souligné que l'Algérien gaspille plus de 30% de ce qu’il consomme, que ce soit pendant le Ramadhan ou même tout au long de l'année. Il citera l’exemple du gaspillage d’eau dont la consommation n’est pas rationalisée.
Se référant aux statistiques, il notera que la tranche d’âge de moins de 25 ans peut être sensibilisée, ainsi que celle de 25 à 40 ans qui est prête à réduire sa consommation, tandis qu’un taux infime de la frange d’âge des plus de 45 ans est disposée à modérer sa consommation, que ce soit en énergie, en carburant, en tabac ou d'autres produits.
Le président de l'Association "El Amane" pour la protection des consommateurs a indiqué par ailleurs que les importateurs introduisaient au pays toutes sortes de marchandises qui se vendent à des prix pas forcément raisonnables.
Les mécanismes ont changé aujourd’hui, les importations ont baissé et les prix des produits ont augmenté. Mais, malheureusement, la culture de l’Algérien et son comportement de consommation n’ont pas changé, ce qui fait que le rôle des associations dans l’accompagnement des consommateurs pour les inciter à s'adapter au nouveau mode de vie en fixant des priorités est important. Il a évoqué, par ailleurs, le transport et les augmentations des tarifs de carburant et leur impact sur le citoyen et sur le transport des marchandises, ce qui affecte également le pouvoir d’achat des citoyens.
Salima Ettouahria


 


EL MOUDJAHID - QUOTIDIEN NATIONAL D'INFORMATION Edité par l'EPE - EURL El MOUDJAHID - 20, Rue de la Liberté - Alger - Algérie
Tél. : +213(0)21737081 - Fax : +213(0)21739043
Mail : info@elmoudjahid.com