dimanche 23 septembre 2018 04:37:13

Dispositifs d’aide et d’insertion à l’emploi : Près de 2 millions de bénéficiaires

«Près de deux millions de jeunes ont bénéficié des différents dispositifs d’aide et de soutien à l’emploi mis en place par l’Etat, dont 1,6 million ont intégré le marché du travail de façon durable, grâce à leur permanisation, ou à la création de leurs propres entreprises, ou encore, s’ils ont décroché un autre emploi, en s’appuyant sur l’expérience qu’ils ont acquise dans le cadre de ces dispositifs »,

PUBLIE LE : 03-01-2018 | 0:00
D.R

«Près de deux millions de jeunes ont bénéficié des différents dispositifs d’aide et de soutien à l’emploi mis en place par l’Etat, dont 1,6 million ont intégré le marché du travail de façon durable, grâce à leur permanisation, ou à la création de leurs propres entreprises, ou encore, s’ils ont décroché un autre emploi, en s’appuyant sur l’expérience qu’ils ont acquise dans le cadre de ces dispositifs », a indiqué M. Mourad Zemali lors d’une conférence de presse qu’il a animée en marge de sa visite de travail, hier, dans la wilaya d’Oran.
Ainsi, a précisé le ministre, le secteur recense actuellement 400.000 jeunes employés via ces dispositifs. «L’intégration durable dans le marché du travail de ces jeunes et la préservation de leurs emplois est l’une des préoccupations majeures du gouvernement.
D’ailleurs, l’ANEM a reçu une directive pour orienter en priorité les offres d’emplois vers les jeunes recrutés dans le cadre des dispositifs de soutien, notamment le DAIP, je leur demande juste de patienter», a déclaré le ministre.
En réponse à une question relative aux conséquences éventuelles de l'ouverture du capital de certaines entreprises publiques à l'investissement privé sur le marché, M. Zemali a tenu à préciser que cette mesure vise d’abord à booster la situation financière de ces entreprises et à empêcher leur fermeture. « L’apport financier dont elles bénéficieront va, justement, les aider à préserver les emplois. A vrai dire, nous n’avons rien inventé. Les pays qui ont réussi à faire avancer leurs économies sont passés par là », dira-t-il.
Concernant l’annulation des pénalités de retard de remboursement des crédits obtenus grâce au dispositif ANSEJ, le ministre a expliqué que le montant de ces pénalités et le nombre des entreprises bénéficiaires de cette mesure ne sont pas encore arrêtés, étant donné que les dossiers sont en cours d’étude au niveau des banques. Dans le même registre, le ministre s’est dit satisfait de l’engagement effectif d’une bonne partie des entreprises financées par l’ANSEJ à rembourser les crédits, certains même par anticipation, au point, dit-il qu’«actuellement 50 à 60% des nouveaux projets ont été financés grâce aux crédits remboursés et nous espérons parvenir d’ici deux à trois ans à l’autofinancement », a affirmé le ministre.
Au sujet des difficultés financières dont souffre depuis quelques années la Caisse nationale des Retraites (CNR), le premier responsable du secteur a expliqué que cela est dû principalement au nombre très élevé des personnes sorties en retraite avant l’âge de 60 ans, soit près du tiers du total des retraités estimés à 3,1 millions de personnes. Ceci, ajoute-t-il, a engendré un déficit à la CNR dont le budget annuel est estimé à 550 milliards de DA. « Vous savez, en Algérie on recense un retraité pour deux salariés, alors que la norme internationale est un retraité pour 5 salariés et plus ».
A une question sur la nature des missions qui seront confiées à la commission des métiers à haute pénibilité annoncée par le ministre, il a fait savoir que cette dernière sera installée avant la fin janvier, « la nature de cette commission est purement technique, elle est composée de spécialistes. La liste des métiers à haute pénibilité sera définie en concertation avec tous les partenaires », a-t-il déclaré.
Le ministre a entamé sa visite à Oran en procédant à l’inauguration d’une antenne de l’ANEM à l’avenue Sidi Chahli dans le secteur urbain Ibn-Sina, avant de se rendre au siège de l’inspection régionale du travail.
Sur place, il a instruit les inspecteurs du travail de veiller au respect de l’intégration des jeunes recrutés dans le cadre des dispositifs d’aide à l’emploi après l’expiration de la durée contractuelle légale.
A ce propos, le ministre a affirmé que les employeurs qui ne respectent pas cette disposition se rendent coupables de licenciement abusif. Il a, en outre , insisté sur le respect du quota de 1% des emplois créés dans chaque entreprise destiné aux personnes aux besoins spécifiques conformément à la loi en vigueur. Concernant les ouvriers étrangers, M. Zemali a demandé aux inspecteurs d’appliquer la tolérance zéro à l’égard des employeurs qui font travailler des étrangers sans les déclarer.
Amel Saher
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions