Répression de manifestations en RD Congo : Le chef de l' ONU préoccupé

Le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a fait part de sa préoccupation après les informations faisant état d'une violente répression de manifestations par les forces nationales de sécurité à Kinshasa et dans certaines villes de la République démocratique du Congo (RDC), faisant au moins cinq morts, plusieurs blessés et entraînant l'arrestation de plus de 120 personnes
PUBLIE LE : 03-01-2018 | 0:00

Le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a fait part de sa préoccupation après les informations faisant état d'une violente répression de manifestations par les forces nationales de sécurité à Kinshasa et dans certaines villes de la République démocratique du Congo (RDC), faisant au moins cinq morts, plusieurs blessés et entraînant l'arrestation de plus de 120 personnes. «Le Secrétaire général appelle le gouvernement et les forces nationales de sécurité à faire preuve de retenue et à respecter les droits du peuple congolais aux libertés d'expression et de manifester pacifiquement», a dit son porte-parole, cité par l'ONU dans un communiqué publié lundi.  M. Guterres «exhorte tous les acteurs politiques congolais à demeurer pleinement engagés à la mise en œuvre de l'Accord politique du 31 décembre 2016 qui demeure l'unique voie viable devant mener à la tenue d'élections, à une alternance pacifique du pouvoir et à la consolidation de la stabilité en République démocratique du Congo», a-t-il ajouté. Selon la presse, les manifestants protestaient contre le maintien au pouvoir du Président Joseph Kabila, alors qu'un accord signé il y a un an prévoyait des élections fin 2017 pour organiser le départ de M. Kabila, dont le mandat s'est achevé en décembre 2016. Depuis hier, une polémique enflait à Kinshasa sur le nombre de victimes de la répression. Au total, douze personnes ont été tuées, selon les organisateurs. «Une dizaine de morts ont été répertoriés : 11 à Kinshasa et 1 à Kananga dans le centre du pays», a déclaré un porte-parole des organisateurs. La «violente répression» de ces marches a occasionné «la mort d'au moins cinq personnes, plusieurs blessés et l'arrestation de plus de 120 personnes», selon un communiqué du Secrétariat général des Nations unies, revoyant à la baisse un premier bilan de huit morts donné dimanche par de source onusienne à Kinshasa. «Aucun mort» n'a été enregistré en marge de ces marches, écrit dans un communiqué hier le porte-parole de la police.
 


EL MOUDJAHID - QUOTIDIEN NATIONAL D'INFORMATION Edité par l'EPE - EURL El MOUDJAHID - 20, Rue de la Liberté - Alger - Algérie
Tél. : +213(0)21737081 - Fax : +213(0)21739043
Mail : info@elmoudjahid.com