vendredi 19 janvier 2018 02:52:26

Centre de développement des énergies renouvelables : nouvel atlas éolien de l’Algérie

Le Centre de développement des énergies renouvelables (CDER) vient de publier sur son site un nouvel atlas éolien de l’Algérie. Quatre chercheurs réalisent des cartes du vent sur la base de données de vitesse de vent horaires et trihoraires enregistrées sur dix (10) années consécutives de 2004 à 2014, dans 74 stations météorologiques de l’Office national de la météorologie (Onm), ainsi que dans 21 stations supplémentaires des pays limitrophes.

PUBLIE LE : 02-01-2018 | 0:00
D.R

Le Centre de développement des énergies renouvelables (CDER) vient de publier sur son site un nouvel atlas éolien de l’Algérie. Quatre chercheurs réalisent des cartes du vent sur la base de données de vitesse de vent horaires et trihoraires enregistrées sur dix (10) années consécutives de 2004 à 2014, dans 74 stations météorologiques de l’Office national de la météorologie (Onm), ainsi que dans 21 stations supplémentaires des pays limitrophes.

La prospection d’emplacements optimaux pour les parcs éoliens pouvant assurer un retour d’investissement et fournir une énergie éolienne compétitive «est accompagnée de limites de faisabilité liées notamment à la topographie du lieu et à la disponibilité du réseau électrique», lit-on sur le site du Cder. Une méthode d’optimisation (GIS Method), basée sur la superposition des couches à l’aide des systèmes d’informations géographiques, a permis de cibler les sites optimaux en Algérie et de proposer une stratégie d’installation de fermes éoliennes relative au programme national des énergies renouvelables. Le CDER explique également que bien que cet atlas préliminaire donne des informations utiles pour la quantification du potentiel existant, il reste insuffisant pour le choix des sites éligibles à l’implantation de fermes éoliennes.
La prospection d’emplacements optimaux pour les parcs éoliens pouvant assurer un retour d’investissement et fournir une énergie éolienne compétitive est accompagnée de limites de faisabilité liées notamment à la topographie du lieu et à la disponibilité du réseau électrique. Le site explique d’autre part que le site d'In Salah, à titre d’exemple, affiche une vitesse moyenne du vent de 6,4 mètres/seconde (m/s) à côté d’Adrar qui enregistre 6,3 m/s. La wilaya d’Illizi, dotée d’une dizaine de stations, montre des vitesses dépassant les 5 m/s tandis que le site de Hassi R’Mel affiche des vitesses moyennes assez importantes atteignant 6,5 m/s.
Mais selon le CDER, bien que cet atlas préliminaire donne des informations utiles pour la quantification du potentiel existant, il reste insuffisant pour le choix des sites éligibles à l’implantation de fermes éoliennes. Par ailleurs on rappelle que Pr. Noureddine Yassa, DG du CDER avait indiqué que l’Algérie a tout l’intérêt de préserver son leadership et suprématie énergétique dans le conventionnel.
L’idéal, pour lui, est d’aller vers un mix énergétique algérien qui donnera une importance particulière aux énergies renouvelables, précisant que l’Algérie dispose d’un potentiel important pour l’accompagner dans sa transition énergétique.
 Fouad Irnatene

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions