vendredi 19 janvier 2018 02:50:05

Les nouvelles de La Mekkerra

Cinquième ville du pays après Alger, Oran, Constantine et Annaba, Sidi Bel-Abbès s’est toutefois métamorphosée au vu des imposants équipements réalisés au titre des différents programmes de développement pour arracher d’abord le statut de pôle industriel fièrement représenté par l’ENIE et de universitaire à travers ses deux grands pôles totalisant, aujourd’hui, un effectif de l’ordre de 36.000 étudiants

PUBLIE LE : 02-01-2018 | 0:00
D.R

Page réalisée par A. Bellaha
 

EXTENSION DES ZONES URBAINES
Une cité en mutation


Cinquième ville du pays après Alger, Oran, Constantine et Annaba, Sidi Bel-Abbès s’est toutefois métamorphosée au vu des imposants équipements réalisés au titre des différents programmes de développement pour arracher d’abord le statut de pôle industriel fièrement représenté par l’ENIE et de universitaire à  travers ses deux grands pôles totalisant, aujourd’hui, un effectif de l’ordre de 36.000 étudiants sans compter ces nouvelles zones urbaines venus se greffer ou mieux étendre un tissu urbain dont la gestion devient quelque peu problématique.
 

L’introduction du moyen de transport moderne qui est le tramway a davantage égayé son paysage et reconfiguré son territoire puisque toute sa distance de 14,5 km fut aménagé et illuminé pour lui offrir un autre standing. Il ne reste sans doute que la matérialisation de l’opération d’aménagement de Oued Mekkerra dont les études ont été finalisées, pour la perfection de l’œuvre et la modernité de la cité âpres des actions de restauration du vieux bâti engagées simultanément et la promotion de ses espaces verts et sites de détentes à l’image du jardin public et du boulevard de la Macta. Même la complexité de l’opération  du  ramassage des ordures a été traitée à la suite de la création d’une entreprise de wilaya Nadifcom et le redéploiement et la redynamisation du centre d’enfouissement en attendant la création d’une société spécialisée dans la gestion urbaine appelée à assurer un équilibre et à veiller sur une homogénéité.
La nouvelle assemblée communale issue du dernier scrutin doit impérativement valoriser de ces investissements et innover en outre pour rendre attractive cette ville. Il y a du pain sur la planche pour les élus toutes tendances confondues sommés de se placer au dessus et de servir et la collectivité et le citoyen. «Je suis animé d’une grande volonté pour mener à bien le développement de notre commune. Je demande de l’aide naturellement pour réaliser nos objectifs suivant les priorités…», nous confie le Président de l’APC, Adda Boudjellel Tewfik, déterminé à aller au bout de l’effort pour accomplir sa mission. Cette forte détermination peut être assimilée à une ambition démesurée au regard des difficultés et du sous-encadrement de l’administration qui est le principal outil d’exécution du programme. Absolument, l’administration communale demeure singularisée par un manque de cadres compétents pour accompagner le développement local et améliorer les prestations de service public d’où la nécessité de recourir par exemple à des détachements internes des directions techniques d’agents qualifiés en mesure de relever le défi.
La réflexion semble être engagée d’ailleurs pour étoffer les services de cette entité de base sur laquelle repose tout l’espoir. L’espoir de redorer le blason de cette ville, de capitaliser ses atouts et de susciter l’intérêt des investisseurs potentiels pour la création des emplois et des richesses … ll ne s’agit point de se limiter à des missions classiques mais d’entreprendre et de faire valoir un esprit de marketing pour exploiter au mieux les potentialités existantes.
Un grand pari est à tenir par cette nouvelle assemblée qui est tenue par un dialogue et une concertation avec le mouvement associatif, avec les operateurs locaux et les notables de la ville pour gagner l’adhésion de son environnement et assurer une efficacité dans les actions à initier. En clair, un dialogue permanent pour aussi des soucis de transparence et de crédibilité.    
 


Installation de l’APC du chef-lieu le contrat de confiance
Avec 24 sièges, le FLN est majoritaire pour prendre les destinées de cette commune et accompagner surtout sa mutation. «Je suis naturellement honoré par la confiance placée en moi par une majorité de la population mais je reste aussi conscient de la complexité de la tâche pour inviter tous les élus, toutes tendances confondues, à me soutenir et à œuvrer dans le sens de l’intérêt de notre ville… » dira le nouveau Président, Adda Boudjellel Tewfik à la fin de la cérémonie comme pour relever l’importance du travail d’équipe dans les prestations à assurer et les missions à accomplir. De l’engagement à priori est affiché pour répondre aux attentes et besoins d’une population et persévérer dans la voie de la modernisation de la cité de manière à la rendre davantage attractive pour susciter l’investissement productif. Du travail, il y en a pour cette assemblée appelée  à encadrer une administration communale, ce premier outil d’exécution des délibérations approuvées, à redéployer un personnel et à concéder quelques activités annexes pour se consacrer exclusivement au développement, à la croissance et à la création des richesses. C’est par un véritable diagnostic qu’il faut commencer pour situer ensuite les priorités dans les actions à initier de concert avec la société civile pour gagner l’adhésion du citoyen et entretenir un climat de confiance.
Complexe effectivement et réalisable à la fois demeure la tâche de l’Assemblée qui doit se détacher de l’esprit partisan pour une efficacité dans l’action.
 
L’aménagement de l’Oued Mekkerra, une urgence

Le traitement de la problématique des inondations provoquées par l’Oued Mekkerra  a été réalisé avec perfection et des investissement colossaux de protection en se permettant même la construction d’un barrage écrêteur à proximité de la localité de Tabia et la création d’un système d’alerte. Et par cet effort de l’Etat, l’ensemble des agglomérations riveraines sont «immunisées» au grand soulagement de la population le plus souvent désemparée autrefois par l’avènement de ces crues. Il n’en demeure pas moins que le passage de ce cours d’eau sur le territoire du chef-lieu, assimilé pratiquement à un canal d’eau usées à ciel ouvert avec l’ensemble des désagréments, notamment en période estivale, constitue une véritable contrainte. Des études d’aménagement confiées à une entreprise coréenne, ont été réalisées  il y a plus de deux ans pour connaître un début d’exécution par l’élimination des réseaux de rejet versants et malheureusement un arrêt du chantier par manque de ressources à la grande déception des citoyens. Une situation qui dévalorise le tracé du tramway dans sa partie nord du moins. On croit savoir que des tentatives sont entreprises pour le financement de l’opération dont la concrétisation attribuera de la hauteur à la ville et permettra la perfection de l’œuvre. Selon les etudes, il est prévu aux abords de cet oued, un certain nombre d’infrastructures de commerce, de détente et de loisirs.

Ces châteaux abandonnés….

Sidi Bel-Abbès s’est toujours caractérisée par son architecture  aérée, ses grands et spacieux boulevards et ses espaces verts jadis jalousement entretenus pour lui conférer un statut urbanistique  privilégié. De nombreux châteaux qui remontent à l’époque coloniale, existent et évoquent même une histoire à l’image de celui du Bastide où Napoléon III a effectué une halte. Bref, ces demeures splendides se trouvent dans un état de dégradation lamentable. Il y a deux année, une action a été engagée pour la restauration du château Bastide et sa reconversion en musée mais en vain. Tout a été abandonné au grand regret d’une population qui assiste avec impuissance à la détérioration de ces repères de la ville. La nouvelle APC aura-t-elle l’initiative de récupérer ces établissements et de les restaurer ?    
 


ENIE
nouvelle gamme de Smartphones


Le E 7 fait déjà sensation pour susciter l’intérêt des utilisateurs à sa recherche sur le marché depuis sa présentation la semaine dernière lors d’une cérémonie de promotion des nouveaux produits, EF1, E 3, E 5 dont la commercialisation sera effective à partir du mois du janvier… Et c’est une entreprise privée HG power  qui, au titre d’un partenariat avec l’ENIE, qui sera chargée de la distribution et de la commercialisation. Pour bon nombre d’observateurs et experts, les produits sont d’une extrême qualité permettant à l’ENIE d’introduire le marche et se placer dans l’échiquier aujourd’hui fortement occupé par les plus grandes marques… «Nous avons un pari à tenir et un défi à relever pour s’imposer sur le marché et faire face à la concurrence. Notre savoir-faire et nos capacités fraîchement modernisés nous autorisent à exprimer de folles ambitions…», nous confie le directeur général, Djamel Bekkara qui devait rappeler tout le processus de redéploiement de l’entreprise engagée, notamment la création des laboratoires de recherche et de developpemnt, un véritable espace d’innovation et de créativité. Une véritable prouesse a été réalisée par l’ENIE qui compte améliorer ses produits et diversifier sa gamme en étant au même diapason d’une évolution technologique.
L’opportunité était en effet offerte lors de la présentation pour non seulement relever le caractère de partenariat Public/Privé dans cette opération mais signifier une volonté de maintenir une dynamique dans la perspective de promouvoir une production nationale dans le domaine de l’électronique grand public. Les potentialités de conception et de fabrication de l’ENIE dans ce domaine et dans celui de la photovoltaïque ont été passées à propos en revue à la suite notamment de l’élan d’équipement observé et de l’effort particulier fourni par l’Etat pour la réhabilitation de ce fleuron de l’industrie électronique.
De l’engagement donc est ainsi exprimé pour s’affirmer et prendre part à cette œuvre de relance de l’économie nationale. On nous signale même que des journées d'information seront organisées prochainement avec la direction générale de la recherche scientifique et l’université pour concevoir une stratégie d’exploitation des capacités d’innovation et de créativité de l’ENIE et de développement la petite et moyenne industrie …

Journées d’information sur l’innovation industrielle

Des journées d’information sur les capacités d’innovation et de développement industriel seront organisées en Janvier par l’ENIE, de concert avec la direction générale de la recherche scientifique. La manifestation se veut un espace ouvert à l’université et aux operateurs pour prendre connaissance d’abord des nouvelles installations technologiques de cette entreprise et s’informer de leur champ d’action dans la conception et la promotion des produits électroniques pour favoriser un esprit de recherche et participer à la relance de l’économie nationale. Un véritable laboratoire est mis à la disposition des experts et universitaires pour la mise au point de leurs projets de recherche et la promotion de leurs inventions.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions