vendredi 21 septembre 2018 04:10:21

Nouvelles d’Afrique

Huit personnes ont trouvé la mort, dimanche, en République démocratique du Congo et une centaine d'autres ont été arrêtées, en marge de manifestations de catholiques contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila, muet sur son avenir politique dans ses vœux aux Congolais

PUBLIE LE : 02-01-2018 | 0:00
D.R

Marches anti-Kabila (RD Congo)
Huit morts

Huit personnes ont trouvé la mort, dimanche, en République démocratique du Congo et une centaine d'autres ont été arrêtées, en marge de manifestations de catholiques contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila, muet sur son avenir politique dans ses vœux aux Congolais. M. Kabila a assuré que la publication de l'échéancier qui prévoit la tenue de la présidentielle au 23 décembre 2018 «conduit de manière irréversible vers l'organisation des élections».

Gabon
Bongo veut mettre en œuvre un «changement radical» de gouvernance

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a annoncé dimanche vouloir mettre en œuvre un «changement radical» de gouvernance et vouloir faire de la cohésion des Gabonais son ambition, lors de ses vœux du nouvel an. «Je suis déterminé à tout mettre en œuvre pour raffermir notre unité, retrouver notre cohésion. La cohésion, c'est (...) mon ambition pour le Gabon», a-t-il déclaré depuis la présidence gabonaise.

Attaque de Boko Haram au Nigeria
25 bûcherons tués

Des combattants du groupe terroriste Boko Haram ont tué samedi 25 bûcherons dans un village de l'Etat du Borno (nord-est du Nigeria), selon un nouveau bilan établi dimanche auprès de témoins. Un premier bilan faisait état de quatre morts lors de cette attaque, menée par des éléments à motos dans le village de Maiwa, à 20 km de Maiduguri, la capitale de l'Etat du Borno. «Nous avons découvert 21 nouveaux corps lorsque les équipes de secours ont fouillé les buissons à la recherche de nombreux villageois qui n'étaient pas rentrés chez eux après l'attaque», a déclaré Bunu Gana, un bûcheron qui a survécu à l'assaut.

Cameroun
Le président Biya exhorte à «veiller à l'ordre républicain»

Le président camerounais Paul Biya a déclaré dimanche qu'il était de son «devoir» de «veiller à l'ordre républicain». «Il est de mon devoir de veiller à l'ordre républicain, à la paix sociale, à l'unité de la Nation et à l'intégrité du Cameroun», a déclaré dimanche le président Biya, 84 ans dont 35 au pouvoir, dans le traditionnel discours de vœux à la Nation du 31 décembre. «J'ai instruit que tous ceux qui ont pris les armes, qui exercent des violences ou qui incitent à la violence, soient combattus sans relâche et répondent de leurs crimes devant la justice», a martelé M. Biya.

Conflit en Casamance
Appel pour une «paix définitive»

Le chef de l'Etat sénégalais Macky Sall a lancé dimanche un appel aux rebelles de Casamance pour la poursuite des pourparlers en vue d'»une paix définitive» dans cette région sud du Sénégal où sévit depuis trente cinq ans un conflit armé, dans son message de fin d'année. «Je lance un appel à tous nos compatriotes du MFDC (Mouvement des forces démocratiques de Casamance, rébellion indépendantiste armée, ndlr) pour la consolidation de la paix», a dit Macky Sall. «Consolidons la paix, car nos progrès sont déjà substantiels, par le dialogue confiant que nous avons poursuivi toutes ces années avec le soutien constant des facilitateurs, que je salue et apprécie», a-t-il ajouté.


Côte d’Ivoire
Le président Ouattara pour une armée «véritablement républicaine»

Le président ivoirien Alassane Ouattara a, lors de son allocution télévisée de Nouvel An, souligné sa volonté de transformer l'armée en une force «véritablement républicaine», après une année 2017 marquée par des mutineries. «Notre objectif à présent, à travers la loi de programmation militaire, est d'accélérer l'amélioration des conditions de vie des forces armées, de restaurer la discipline, de la moderniser et de la transformer en une armée véritablement républicaine, c'est à dire une armée réconciliée dans ses différentes composantes», a affirmé le président, qui a abordé ce thème dès le début de son discours.

Menace terroriste au Niger
Le président Issoufou promet de renforcer l'armée

Le président du Niger, Mahamadou Issoufou a promis dimanche soir de renforcer en 2018 l'armée qui doit combattre des groupes terroristes responsables d'attaques meurtrières répétitives. «En 2017, nous avons été confrontés aux mêmes défis que durant les années précédentes, il s'agit notamment des menaces que font peser sur notre pays les organisations terroristes et criminelles», a indiqué le président Issoufou dans un message radio- télévisé à l'occasion du Nouvel An.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions