samedi 20 janvier 2018 07:39:35

Tizi Ouzou : reconnaissance au président

La décision du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, de faire de Yennayer, premier jour de l’an amazigh, fête nationale, chômée et payée, a été accueillie avec joie et soulagement par la population de la wilaya de Tizi-Ouzou où cette journée a toujours été fêtée dans la communion la plus parfaite.

PUBLIE LE : 30-12-2017 | 0:00
D.R

La décision du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, de faire de Yennayer, premier jour de l’an amazigh, fête nationale, chômée et payée, a été accueillie avec joie et soulagement par la population de la wilaya de Tizi-Ouzou où cette journée a toujours été fêtée dans la communion la plus parfaite.
En effet, les citoyens et citoyennes, jeunes et moins jeunes, étaient unanimes à saluer cette «sage et non moins courageuse» décision du Président de la République d’introduire Yennayer dans la nomenclature des fêtes nationales chômées et payées, mais aussi à rappeler tous les sacrifices consentis par des générations de militants n’ayant pas cessé depuis le mouvement national jusqu’à nos jours de revendiquer la reconnaissance de l’identité amazighe.
Pour ces citoyens et citoyennes, la consécration de Yennayer, fête nationale chômée et payée, après la constitutionnalisation de tamazight comme langue nationale et officielle, par le Président de la République, est le fruit de toutes ces luttes qu’ont mené ces générations de militants et les sacrifices qu’ils ont consentis pour que l’Algérie se réconcilie dans la paix et l’unité avec son histoire et identité. «C’est une décision historique qui s’ajoutera aux autres décisions historiques concernant la reconnaissance de notre identité millénaire», estiment les habitats de Tizi-Ouzou dont la population a toujours été à l’avant-garde de toutes les luttes pour la reconnaissance de l’identité amazighe et qui a payé un lourd tribut pour qu’aujourd’hui l’Algérie se réconcilie pleinement avec son histoire.  Cette nouvelle mesure présidentielle ne fera que renforcer l’unité nationale et immuniser le pays de toute tentative de division et de déstabilisation, estiment encore les citoyens. Elle permettra aussi aux Algériens de se réapproprier de leur propre identité ancestrale, rappellent d’autres citoyens, tout en mettant en exergue la sagesse et la clairvoyance de l’auteur de toutes ces décisions visant la réconciliation de notre pays avec son histoire et son identité. La constitutionnalisation de tamazight comme langue nationale et officielle, la généralisation progressive de son enseignement dans les différents paliers, la mise sur pied prochaine de l’académie algérienne de la langue amazighe et tant d’autres mesures visent la promotion de cette identité millénaire du peuple algérien. Ces avancées ont été réalisées en un laps de temps relativement court pour que le pays soit réconcilié avec son histoire. La revendication est portée par de valeureux militants depuis le mouvement national à ce jour. Il s’agit notamment des moudjahidine M’barek Ait Menguellet, Benai Ouali, l’amusnaw Mouloud Mammeri, Matoub Lounes, Lounis Ait Menguellet, Slimane Azem, Said Boukhari... L’hommage doit être également rendu aux jeunes victimes des événements douloureux du printemps 2001 et les enfants du boycott scolaire de l’année 1994/1995 qui se sont sacrifiés pour la reconnaissance officielle de notre identité.
Le sacrifice de toutes ces générations n’est finalement pas vain.
Bel. Adrar
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions