mercredi 13 dcembre 2017 06:37:11

Visite du Président français Emmanuel Macron en Algérie : Prospérité et sécurité communes

Le Président Bouteflika s’entretient avec son homologue français

PUBLIE LE : 07-12-2017 | 0:00
D.R

Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, s’est entretenu hier à Alger avec son homologue français, Emmanuel Macron, en visite d’amitié et de travail en Algérie. L’entretien a eu lieu en présence du Président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, du général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, et du ministre des Finances, Abderrahmane Raouya.
La visite de Macron, qui s’inscrit dans le cadre du partenariat d’exception que l’Algérie et la France sont attelées à bâtir et à conforter, constitue une occasion pour les deux pays d’explorer de nouvelles voies pour renforcer leur coopération et leur partenariat et procéder à une concertation sur les questions régionales et internationales d’intérêt commun.
Le Président français a été accueilli à son arrivée à l’aéroport international Houari-Boumediène par le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, qui était accompagné du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, du général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire et du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel. (APS)
Entretiens de l’Hôte de l’Algérie

------------------/////////////////////

Avec  le Premier  ministre  Ahmed  Ouyahia…

M. Emmanuel Macron a reçu, hier à Alger, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia. Les entretiens ont eu lieu en présence du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, et du ministre des Finances, Abderrahmane Raouya.

… et le vice-ministre  de la Défense nationale Ahmed Gaïd Salah
 
Le Président français a également reçu, à la résidence d’Etat de Zeralda (Alger), le vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), le général de corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah. (APS)

------------------/////////////////////

Bain de foule à Alger-centre...

Le président français s’est également offert hier une promenade pédestre à Alger-Centre. Accompagné du président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah et du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, le Président français a été accueilli à son arrivée à la Grande Poste par le wali d’Alger, Abdelkader Zouh et le président de la commune d’Alger-Centre, Abdelhakim Bettache. Lors de cette promenade, le Chef de l’Etat français a emprunté la rue Larbi Ben M’hidi où il a serré la main et échangé des propos avec des citoyens attablés sur des terrasses de café ou se trouvant sur les trottoirs de la rue avant de se diriger vers la place Emir Abdelkader, un des grands symboles de la résistance algérienne contre l’occupation française. Le Président français a achevé sa promenade en se rendant à la librairie du Tiers-Monde. Dans une déclaration à la presse, M. Macron s’est dit d’emblée «heureux» de l’accueil qui lui a été réservé lors de cette promenade. «Je veux transmettre un message au peuple algérien (à travers cette visite) que je veux une France aux côtés de l’Algérie et qui aide la jeunesse algérienne à réussir», a-t-il déclaré, ajoutant que le développement de la coopération bilatérale sera également un des grands dossiers de cette visite. «Notre mission est d’aller de l’avant et prendre des décisions structurantes pour les prochains mois et les prochaines années, notamment en matière économique et de sécurité collective», a-t-il souligné.
Sur la question de la mémoire, il a précisé que ses positions envers cette question «n’ont pas changé», souhaitant ouvrir une «page d’avenir» dans les relations algéro-françaises. (APS)

… et dépôt de gerbe de fleurs au sanctuaire du Martyr

M. Macron s’est recueilli au sanctuaire du Martyr à Alger, à la mémoire des chouhada de la glorieuse guerre de Libération nationale. Accompagné du président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, et du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel. Le Président Macron a déposé une gerbe de fleurs devant la stèle commémorative des Martyrs de la Révolution nationale et observé une minute de silence à leur mémoire.
 

------------------/////////////////////

Un partenariat d’égal à égal

Le Président français a plaidé pour un «nouveau rapport» avec l’Algérie, fondé sur un «partenariat d’égal à égal» et pour la construction d’un «axe fort» entre les deux pays autour de la Méditerranée, avec un prolongement vers l’Afrique. «Le nouveau rapport que je veux construire avec l’Algérie et que je propose aux Algériens est celui d’un partenariat d’égal à égal, construit dans la franchise, la réciprocité et l’ambition», a affirmé le Président français dans une interview au quotidien El Watan publiée hier. «Avec l’Algérie, la France doit construire un axe fort, un axe autour de la Méditerranée qui se prolonge vers l’Afrique», a-t-il soutenu, ajoutant que «les objectifs de notre relation doivent être en particulier notre sécurité et notre prospérité commune, autour de projets concret et innovants». Qualifiant l’Algérie de «partenaire économique majeur» de la France, Macron a rappelé que le stock d’investissements français en Algérie hors hydrocarbures s’élevait à 2,3 milliards d’euros, observant que «si les projets en cours de développement se concrétisent», le montant de ces investissements pourrait afficher une «forte augmentation» dans les années à venir. Il a soutenu que les entreprises françaises qui investissent en Algérie dans le long terme «agissent en convergence avec les priorités de l’Algérie : produire sur place, produire ‘‘algérien’’, c’est-à-dire avec un taux d’intégration local important, apporter des savoir-faire et des technologies pour créer de l’emploi et participer à la diversification et au développement de l’économie algérienne». Sur le chapitre de la mémoire et à la question de savoir s’il maintenait l’expression «crime contre l’humanité» à propos de la colonisation, employée lors de sa visite à Alger en février dernier alors qu’il était candidat à la présidence française, M. Macron a déclaré : «Mes convictions sur ce point n’ont pas changé depuis que j’ai été élu Président de la République. Je suis d’une génération de Français pour qui les crimes de la colonisation européenne sont incontestables et font partie de notre histoire», a-t-il affirmé, estimant, cependant, qu’il ne fallait pas s’«enferrer» dans ce passé mais «construire un avenir commun et une espérance».
A propos de la lutte antiterroriste au Sahel, le Président français a souligné que «la France et l’Algérie ont un intérêt commun, celui de la stabilité de la région et la lutte contre les groupes terroristes, qui ont frappé et meurtri à plusieurs reprises nos deux pays».
Il a ajouté attendre «une coopération totale de tous ceux qui partagent l’objectif d’une paix durable au Mali» renchérissant «j’attends beaucoup de l’Algérie dans ce domaine». Au sujet du drame de la migration et son lot de victimes, le Chef d’Etat français a évoqué une «responsabilité partagée» entre l’Europe et l’Afrique, observant que la réponse qui doit être apportée est multiple. «Elle est sécuritaire, sans aucun doute, mais elle est également politique, comme en Libye où les trafiquants profitent de l’instabilité du pays pour prospérer», a-t-il précisé.
«Il s’agit de travailler sur le long terme sur les raisons qui poussent ces populations à quitter leur pays et risquer leur vie», a-t-il ajouté. A une question sur la crise libyenne, Macron, après avoir rappelé que la France et l’Algérie soutiennent «pleinement» la médiation des Nations unies, a indiqué qu«’il faut à présent convaincre l’ensemble des acteurs que la seule solution pour résoudre la crise libyenne est politique», soulignant que «l’Algérie joue un rôle important sur ce dossier en animant avec la Tunisie et l’Egypte un groupe de travail dont l’objectif est de jouer un rôle constructif et de soutien à la médiation de l’ONU». (APS)
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions