mercredi 13 dcembre 2017 06:29:57

Signature d’une convention de partenariat entre le CRA et le CICR

Valeur ajoutée aux missions humanitaires

PUBLIE LE : 07-12-2017 | 0:00
D.R

Dans le cadre du renforcement des capacités du Croissant-Rouge algérien, celles d’accomplir ses missions humanitaires à travers la vulgarisation de la culture de solidarité, le Croissant-Rouge Algérien et le Comité international de la Croix-Rouge ont signé,
 hier, une convention de partenariat portant sur plusieurs axes d’une coopération multiforme.

Le document a été paraphé par la présidente du Croissant-Rouge, Mme Saïda Benhabylès, et la représentante du Comité international de la Croix-Rouge, Mme Catherine Gendre, et cela au siège du CRA, sis au boulevard Mohammed-V.
En vertu des termes de cet accord, il prévu le renforcement des capacités du CRA en matière de formation des bénévoles et des cadres, pour faire face au catastrophes, notamment en matière de secourisme, ainsi que la vulgarisation du droit international humanitaire, dans le domaine de l’information et de la communication, et enfin le renforcement du service appelé «RLF», soit rétablissement des liens familiaux.
«Cette convention n’est que la continuité d’un partenariat qui évolue de jour en jour. Elle va permettre au CRA de renforcer ses capacités et missions humanitaires», s’est félicitée Mme Saïda Benhabylès, en qualifiant l’accord d’«acquis considérable pour le mouvement caritatif algérien».
Faisant un tour d’horizon historique, Mme Benhabylès a fait remarquer que le partenariat et la relation entre le CRA et le CICR ne datent pas d’hier ni depuis l’indépendance d’ailleurs. En effet, celle-ci remonte à 1956, lorsque les architectes de la Révolution algérienne ont compris la nécessité de créer un espace humanitaire pour être l’écho des souffrances du peuple algérien et des atteintes aux droits de l’homme et de la dignité humaine commises par le colonialisme français à l’échelle internationale . «Cette relation étroite entre les deux organisations humanitaires s’est davantage renforcée après la reconnaissance officielle du Croissant-Rouge, le 4 juillet 1963», a-t-elle souligné.
Mme Benhabylès a expliqué que cette nouvelle démarche s’inscrit dans le cadre de la nouvelle stratégie du CRA planifiée depuis 2014, et qui consiste à renforcer les capacités de cet organisme humanitaire, afin de réduire les charges sur l’État, «bien au contraire, il s’agit, pour nous, de devenir un complément et servir d’appoint aux efforts de l’État».
Prenant la parole, la représentante du Comité international de la Croix-Rouge, Mme Catherine Gendre, a fait savoir que «bien que cet accord soit formel, celui-ci illustre parfaitement la coopération qui s’est faite naturellement depuis des années avec le CRA».
La responsable a mis en avant le fait que «le CRA a connu un nouveau souffle avec Mme Saïda Benhabylès», et que «cette instance dispose d’un réseau de volontaires important». Pour Mme Gendre, «le mouvement humanitaire, ce n’est pas seulement l’assistance, c’est aussi rappeler aux États, l’importance du droit humanitaire, les conventions qu’ils ont ratifiées et qu’ils sont censées respecter».
Mme Gendre a souligné que le rétablissement des liens familiaux est le domaine d’expertise de l’organisme qu’elle représente. «On souhaite partager cet acquis avec tous les organismes humanitaires internationaux», a-t-elle insisté.
L’objectif essentiel de cette convention est, selon elle, «le transfert de compétences, qui aboutira à la mise en place d’un réseau efficient capable de satisfaire aux besoins en matière de rétablissement des liens familiaux dans le monde entier».
Sarah A. Benali Cherif

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions