lundi 11 dcembre 2017 20:11:28

Brevets sur l’investissement : Une protection à revoir

L’investissement en propriété industrielle a été débattu, hier à la Safex, lors d’un Colloque international qui lui a été consacré.

PUBLIE LE : 07-12-2017 | 0:00
Ph. : Louisa

L’investissement en propriété industrielle a été débattu, hier à la Safex, lors d’un Colloque international qui lui a été consacré.
Dans son intervention, M. Amor Zahi, directeur du laboratoire de propriété intellectuelle a précisé, de prime abord, que jusqu’à présent,
les rencontres se sont focalisées sur le volet juridique de la problématique, sans prendre en compte l’investissement qui précède l’innovation.
Pourtant, dit-il, cet effort apporte «une grande valeur économique».

De son côté, M. Hakim Tawsar, déplore le manque d’études en Algérie sur l’impact de la protection des brevets sur l’investissement, précisant que trois étapes ont marqué les produits pharmaceutiques. Ce n’est qu’à la troisième phase qu’«a été supprimée la discrimination entre l’inventeur algérien et étranger», et que les produits pharmaceutiques ont intégré la liste de brevetabilité. Sur sa lancée, l’orateur indique que les brevets permettent d’encourager la recherche de développement dans les université et centres de recherches. Il précise que les recherches de développement peuvent aboutir à des inventions qui peuvent ensuite être utilisées pour générer des revenus au profit des universités. A ses yeux, les brevets sont aussi des catalyseurs de technologie et de création des entreprises. De son côté, le représentant de l’Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et du développement technologique, explique cette agence est une passerelle, une interface entre le monde de la recherche et le monde socio-économique, ainsi qu’un outil de promotion de l’innovation. Et précise que 45 ateliers ont été tenus depuis 2010 à ce jour, et 60 projets sont en incubation. L’ANVREDET, faut-il le préciser, est chargée de mettre en place un programme d’actions qui permet de réaliser concrètement les capacités d’innovation et de créativité des secteurs socio-économiques, à travers les processus qui vont de l’identification des idées porteuses, leur évaluation technologique, des aspects juridiques de l’entreprise et surtout de conseil en droit de la propriété intellectuelle, jusqu’à la mise en place des infrastructures technologiques, en passant par l’étude de marché, de marketing, l’élaboration du plan d’affaires et de son évaluation. Par ailleurs, il convient de préciser que les industriels et autres inventeurs algériens commencent progressivement à enregistrer leurs marques au sein de l’Institut national de la propriété industrielle (Inapi). C’est un moyen efficace de protéger les produits d’origine contre le phénomène de piratage et de la contrefaçon qui a atteint des proportions alarmantes en Algérie. Les droits de propriété industrielle en Algérie sont bien protégés car ils répondent parfaitement aux normes internationales.
F. Irnatene

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions