mercredi 13 dcembre 2017 06:31:23

Grand angle : Nakba bis

La reconnaissance par les Etats-Unis d’Amérique, de la ville sainte d’al Qods, comme capitale « éternelle » d’Israël, n’a pas provoqué une levée de bouclier au sein des pays arabes et musulmans.

PUBLIE LE : 07-12-2017 | 0:00
D.R

La reconnaissance par les Etats-Unis d’Amérique, de la ville sainte d’al Qods, comme capitale « éternelle » d’Israël, n’a pas provoqué une levée de bouclier au sein des pays arabes et musulmans. Comme si la résignation s’était définitivement enracinée provoquant, à la limite, un « ouf » de soulagement parmi les dirigeants d’une nation tétanisée, le doigt ankylosé sur la couture, devant l’hégémonie de l’Oncle Sam, juge et bourreau, dans le conflit du proche orient. Ce Mercredi, s’inscrira dorénavant dans le prolongement de la tragique histoire de la Nakba, que le peuple palestinien a toujours enduré sous le regard indifférent des dirigeants arabes trop occupés à régler leur rancœur atavique, et à hisser la compromission avec l’état sioniste au rang d’une « amitié » qui les affichera un jour au menu d’un raout établi depuis le congrès de Sion. Hormis quelques déclarations timides, le monde arabo-musulman fait encore une fois preuve d’atermoiements et d’attentisme. Pourtant ce n’est pas les leviers de pression qui font défauts mais plutôt le courage. Une attitude rassurante pour le couple Trump - Netanyahu qui peut désormais caresser réellement le rêve du « Grand Israël » bâti par la sueur phobique des dirigeants d’un monde arabe qui se sont fourvoyé dans leurs comptes d’apothicaires refusant de voir le morcellement auquel est soumis leur espace vital. Diviser pour régner. L'idée maîtresse du plan, qui est de balkaniser le Monde Arabo-musulman est aujourd'hui ouvertement admise par des membres ou des conseillers importants des gouvernements américain et israélien. Inscrire l’espace arabo musulman à l’instar de l’Europe centrale et l’Afrique, dans une « zone molle » ferait naitre une emprise américano-israélienne dénommé tout simplement « l’empire ». Al Qods représente l’étape crucial de cette vision voir la clé de sa réussite. « L’ordre marchand » expression chère à Jacques Attali pour désigner le nouveau centre d’influence se reconstitue avec en prime un vent d’hégémonisme jamais égalé par le passé mais dangereusement… pérenne.
M T
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions