vendredi 13 dcembre 2019 02:35:49

6.000 praticiens du secteur public concernés : Augmentation de 70% pour les médecins généralistes

Le SNPSP demande à la tutelle de valider l'amendement du statut particulier

PUBLIE LE : 04-05-2011 | 18:33
D.R

Le bras de fer entre la corporation des médecins et plus particulièrement les praticiens généralistes du secteur public s’apprête enfin à connaître son épilogue. En effet, la réunion tenue, hier, entre la tutelle et les représentants  du syndicat national des médecins généralistes du secteur public, a permis d’aboutir à un consensus pour une revalorisation des salaires de la corporation, allant jusqu’à 70%. Cette décision, en fait, qui intervient pour réhabiliter le praticien généraliste, dans ses droits répond aussi au souci d’améliorer la situation socioprofessionnelle de cette corporation. Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a été on ne peut plus clair sur ce sujet, affirmant à l’issue de la réunion qu’il est inacceptable qu’un médecin généraliste stagiaire débute avec un  salaire de 32.000 DA. Cet engagement du premier responsable du secteur  qui concernera également les chirurgiens-dentistes et les pharmaciens, vient couronner les négociations entre les praticiens généralistes du secteur public et le département de la santé, de la population et de la réforme hospitalière. Le chargé du secteur, s’exprimant sur le régime indemnitaire, annoncera qu’il concerne, en fait,  tous les autres corps du secteur médical, à l’exception des médecins spécialistes rappelant que "l'ancrage juridique a été mis en place. Ce n’est pas le cas, tiendra-t-il à préciser, pour les médecins spécialistes qui avaient exigé la promulgation de leur statut avant d’entamer les discussions autour  du régime indemnitaire.
Le ministre, estimera que l’amendement du statut de cette corporation demande du temps, d’où le risque de priver près de 6.000 spécialistes, relevant de la fonction publique, de l’effet rétroactif depuis janvier 2008, au cas où le délai dépasserait le 30 juin. Le ministre estimera par ailleurs que les régimes indemnitaires de tous les corps devraient être prêts, dans une semaine, sauf celui des spécialistes. Il affirmera que 50 milliards de dinars seront consacrés par l’Etat  dans le cadre de la revalorisation des salaires de la profession. Ces mesures, annoncées par la tutelle, ont faut-il le rappeler, ont été saluées par la corporation. Le représentant du Syndicat national des médecins généralistes s’est dit ainsi satisfait des dispositions prises par la tutelle pour l’application de l’augmentation des salaires. Il faut dire que le dénouement du conflit entre cette corporation et la tutelle va, à coup sûr, influer positivement sur la qualité de la prise en charge des malades. A noter que le syndicat œuvre, depuis sa création, à la promulgation d'un nouveau statut.
Samia D. / APS

Le SNPSP demande à la tutelle de valider l'amendement du statut particulier 
Le Syndicat national des praticiens de la santé publique  (SNPSP) interpelle, dans un communiqué diffusé, hier, le ministère de la Santé pour qu'il valide et concrétise le projet d'amendement du statut particulier de ce corps de métier, et le régime indemnitaire correspondant.        
 "Le SNPSP, engagé plus que jamais dans le combat de la dignité, interpelle  encore une fois le ministère pour la concrétisation du travail fait en commission mixte syndicat-ministère concernant la validation du projet d'amendement du statut particulier et son corollaire indissociable que constitue le régime indemnitaire indexé sur une classification corrigée de la grille des salaires et à hauteur de 100% d'augmentation", a indiqué le syndicat dans un communiqué.         
 Pour ce syndicat, le ministre de la Santé, "après s'être engagé, dès son installation, pour la prise en charge des revendications justes et légitimes  des praticiens de la santé publique, a décidé aujourd'hui de tourner le dos à l'essentiel", selon lui.         
 Il déplore, sur ce, ce qu'il considère comme des "tergiversations" de la tutelle et un "non-respect de ses engagements" à satisfaire les revendications des praticiens spécialistes.          
Ce syndicat autonome rappelle, à l'occasion, qu'il avait obtenu, le  24 janvier dernier, l'installation de la commission mixte chargée d'élaborer des amendements au statut particulier et de soumettre un projet de régime indemnitaire indexé en termes de pourcentage sur une classification corrigée de la grille des salaires.         
De ce fait, il affirme qu'il reste "le seul porte-parole légitime des médecins généralistes, des chirurgiens-dentistes et des pharmaciens de santé publique dont il a élaboré le statut particulier de 1991 et celui de 2009".          
Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière,  M. Djamel Ould Abbès, avait indiqué, mardi dernier, lors d'une réunion avec des représentants du Syndicat national des médecins généralistes de la santé publique, que les régimes indemnitaires de tous les corps devraient être prêts dans une  semaine au plus tard et ne resterait alors que celui des spécialistes.         
 Il avait également annoncé, à l'occasion, que les médecins généralistes de la santé publique allaient bénéficier d'une augmentation de salaire maximale  de 70 %, et s'était engagé à ce que cette augmentation touche également les pharmaciens et les chirurgiens-dentistes.            
Le ministre avait affirmé que les augmentations de salaires devant concerner  l'ensemble des corps de la santé allaient coûter au budget de l'Etat une dépense supplémentaire de quelque 50 milliards de dinars.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions