lundi 11 dcembre 2017 20:10:55

Nouvelles d'Oran, Jeux Méditerranéens-2021 : Relance des travaux

Enseignement de la langue amazighe : De nouvelles classes

PUBLIE LE : 23-11-2017 | 0:00
D.R

JEUX MéDITERRANéENS-2021
Relance des travaux
 
Une première partie du budget alloué aux grandes opérations de préparation des jeux Méditerranéens-2021, estimé à 13 milliards DA, a été débloquée en ce début de mois, a-t-on appris, hier, du directeur de la jeunesse et des sports de la wilaya d’Oran, Gharbi Badr-Eddine.

Cet argent a permis de payer la société chinoise chargée de réaliser les travaux et par conséquent, achever les chantiers de la première tranche freinés pendant plusieurs mois à cause de problèmes d’ordre financiers. A ce même propos, l’on saura du même responsable qu’une avance a été versée à la société chinoise pour entamer, dans les plus brefs délais, la réalisation des structures complémentaires de 2e première tranche à l’intérieur du complexe sportif. Depuis quelques semaines, le wali d’Oran, Cherifi Mouloud tient des réunions régulières avec les responsables du secteur afin de définir et recenser les besoins financiers permettant de relancer toutes les opérations  ayant une relation directe ou indirecte avec les Jeux Méditerranéens 2021. Concernant  les travaux d’aménagement et de mise à niveau des anciennes structures sportives existantes, aux dernières nouvelles, les bureaux d’études ont été désignés et les cahiers de charges ont été déposés au niveau du comité des marchés vers la fin du mois dernier, révèle M. Gharbi, avant d’indiquer que les avis d’appels d’offres pour le choix des entreprises ont été lancés au cours de la 3e semaine du mois de novembre, ce qui permettra, selon lui  de commencer les travaux dès la disponibilité de l’argent, prévue en début 2018. Parmi les infrastructures concernées par les opérations de réhabilitation et de mise à niveau, la piscine olympique du jardin communal, le club de tennis de St Hubert, le centre équestre Antar-Ibn Chadad d'Es-Sénia et le champ de tir de Bir El Djir. Pour les autres infrastructures en cours de réalisation, deux salles ont été réceptionnées cette semaine. L’une est sise dans le quartier Akid Lotfi offrant une capacité de 500 places, l’autre à Sidi El Bachir et dispose de 1.000 places. Ces deux salles sont destinées à accueillir de nombreuses compétitions, entre autres, l’escrime et le tennis de table. Le taux d’avancement des cinq salles omnisports restantes est à plus de 90% et elles devront être opérationnelles prochainement.
Par ailleurs, s’agissant du projet de réfection et de remise à niveau du grand palais des sports, sis dans le quartier appelé M’dina El Djdida, M. Gharbi Badr-Eddine assure «Nous attendons une enveloppe financière pour lancer les  travaux de réhabilitation du palais des sports dont l’estimation budgétaire avoisine les 400 millions de dinars». A savoir que l’inscription financière de cette opération n’a pas été encore faite. Selon le DJS, les infrastructures dont dispose la capitale de l’Ouest suffisent largement pour accueillir les compétitions des 28 disciplines prévues dans grande manifestation. Il est bon de rappeler que l’ensemble des projets en question ont été lancés dans le cadre de la mise en œuvre du plan quinquennal 2010-2014 avant même le dépôt de la candidature pour les Jeux Méditerranéens de 2021.

-----------------//////////////////

Enseignement de la langue amazighe
De nouvelles classes

Le nombre des élèves inscrits dans les classes de l’enseignement de la langue tamazigh dans la wilaya d’Oran est passé de 65 en 2016 à 198 pour l’année scolaire en cours ( 2017-2018),et ce, grâce à l’ouverture de sept nouvelles classes dédiées  à l’apprentissage de tamazigh, réparties à travers les plus importantes communes de la  wilaya-t-on appris de Mme Chaker, responsable de communication auprès de la  direction de wilaya l’éducation nationale. Sur les sept classes, six accueillent les élèves de la 4e et la 5e année primaires. Elles ont été ouvertes dans les écoles Imam-El-houari et Youssef-Ben-Techefine, Cheikh-Abdelkader sises dans la commune d’Oran, Douar El Doum à Bir El Djir, Hammou Boutlélis à Aïn El Turck, et Ayzi Benyabka à Béthioua. La septième classe, quant elle, a été ouverte au niveau de l’établissement moyen sœur  Benslimane. Pour les responsables du secteur, l’ouverture de ces classes, se veut une première étape s’inscrivant dans le cadre de la stratégie de la tutelle visant à élargir et promouvoir l’enseignement de la langue.  C’est ainsi que de nouveaux postes budgétaires ont été ouverts cette année pour assurer la couverture pédagogique des sept classes, une source autorisée. Dans le secteur privé, une école privée spécialisée dans les langues, a lancé l’année dernière des cours de Tamazigh. Selon la responsable de cet établissement, ce projet a été lancé suite aux multiples demandes formulées, notamment par des adultes, pour suivre des cours d’initiation et de perfectionnement de Tamazight. Parmi les candidats, il y a ceux qui maîtrisent déjà le parler et qui ont souhaité apprendre à lire et à écrire, et d’autres qui voulaient s’initier. A l’échelle nationale,  le secrétaire général du Haut-commissariat à l'amazighité (HCA), Si El Hachemi Assad, avait indiqué au mois d’août dernier, que l'enseignement de tamazight devrait être généralisé à 38 wilayas du pays au cours de l’année scolaire 2017-2018.une action  qui s'inscrit dans le cadre du partenariat conclu en février 2015 entre le HCA et le ministère de l'Education nationale.

-----------------//////////////////

Environnement
Lancement du projet « guides de la nature »

350 dossiers de candidatures à la formation de «guides de la nature» ont été réceptionnés par l’association Bel Horizon, dans le cadre du projet «Jardin méditerranéen» soutenu conjointement par le ministère de l’Environnement et des Energies renouvelables et le département de la coopération technique belge, lancé officiellement le 1er septembre dernier. Il s’agit d’une formation en biodiversité d'une durée de 6 mois, a-t-on appris, hier, du président de cette association M. Kouider Metaïr qui gère le projet «Des cours théoriques alternés et des sorties sur terrain sont prévus tout au long de ce cycle d’apprentissage. Pour ce qui est de la formation de 20 guides de la nature, nous avons reçu 305 candidatures, depuis le lancement de l’appel à candidature jusqu’au 26 septembre dernier. Cet engouement traduit une réelle motivation des jeunes pour tout ce qui a trait à la protection de l’environnement. Dans le cadre de ce même projet, Il y aura l’édition d’un ouvrage sur les arbres remarquables dont l’auteur est un paysagiste connu à Oran en l’occurrence Slama Samir, en outre la création des clubs du patrimoine de la nature dans les  établissements», a fait savoir notre interlocuteur. Par ailleurs, dans le cadre de la dynamique de prise en charge de l’environnement, l’on croit savoir auprès du même responsable que la conservation des forêts de la wilaya d’Oran a mis à la disposition de l’association Bel Horizon un espace en plein site paysager Moulay Abdelkader, sur les hauteurs de la montagne du Murdjajo, A ce propos, il convient de souligner qu’une convention a été signée entre la conservation des forêts et l'association Bel Horizon pour la prise en charge du travail de sensibilisation des visiteurs du site. Un accord de partenariat similaire a été signé avec le ministère de l'Environnement et des énergies renouvelables et le comité technique belge pour la formation de 20 guides de la nature et la publication d'un ouvrage sur l'environnement. Concernant le déroulement de cette opération M. Métair explique que chaque samedi durant toute l'année 2017-2018 et avec le soutien de la conservation des forêts, l’association Bel Horizon organisera des opérations de nettoyage du site, sensibilisation des visiteurs, préparation du gîte, ateliers de photos ou animations diverses. «Une partie du site a déjà été nettoyée et en attendant  de mettre à la disposition de l’opération, un camion de ramassage d’ordures, les familles présentes sur les lieux ont très bien réagi à cette initiative», a-t-il relevé. A souligner que Bel Horizon est leader des associations oranaises engagées au profit de la sauvegarde et réhabilitation du patrimoine historique et naturel oranais.

-----------------//////////////////

Sûreté de wilaya
Les journalistes  honorés

La direction de la sûreté de la wilaya à Oran a organisé une  réception  en l’honneur de la famille de la presse exerçant à Oran, au siège de cette dernière, et ce,  en présence du wali et des moudjahidine membres de l’association nationale des grands invalides de la guerre de libération. Prenant la parole, le contrôleur de police, Chef de la sûreté de la wilaya  M. Salah Nouasri,  a présenté ses vœux à toute la corporation, à qui, a rendu un vibrant hommage en la qualifiant de  « partenaire  dans le travail quotidien de l’institution policière » étant le porte-voix des préoccupations  du citoyen et l’éclaireur de certaines réalités, qui parfois, échappent aux responsables, en particulier dans tout ce qui a trait à la sécurité du citoyen et ses biens.
A son tour le wali d’Oran, M.Cherifi Mouloud  a rappelé, le rôle important de la presse dans l’accompagnement du processus du développement local et national. Plusieurs de la famille révolutionnaires ont été distinguées à l’occasion

Exposition  de Chenine Zaza
« Le souffle  de l’automne »

L’artiste peintre Chenine  Zaza (autodidacte) a organisé au siège de la galerie de la régie communale des activités culturelles,  le vernissage de sa première exposition à Oran intitulée «le souffle de l’automne».
Pour cette artiste, cette exposition comprend une trentaine de toiles de peinture à l’huile qui traitent de sujets variés en rapport avec la nature, la famille, la femme algérienne  et d’autres sujets sociaux. Cette exposition devrait se déplacer dans d’autres villes de l’Ouest croit on savoir auprès de l’artiste. Chenin  Zaza est considérée  parmi les artistes les plus talentueux qui vont beaucoup apporter à l’art de la peinture à huile en Algérie.

Médiateur culturel
Projet de formation

L’Association culturelle Jeunes talent jeunes espoirs (JTJE) a organisé une journée portes ouvertes sur le projet de formation dans le métier de  médiateur culturel .
Ce projet vise à faire valoir le savoir-faire associatif dans la scène professionnelle en formant de jeunes demandeurs d'emploi au métier de médiateur culturel. Le médiateur culturel, qui est appelé aussi chargé de projet culturel, est une interface entre le public et l’œuvre artistique. Son métier inclut la communication et la gestion.
Il peut aussi coordonner toutes sortes d’activités dont la  programmation d’événement, promotion auprès des médias, suivi budgétaire, collaboration avec les artistes.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions