mardi 21 novembre 2017 20:26:30

Médecins résidents : Grève de deux jours

« les portes du dialogue sont ouvertes »

PUBLIE LE : 14-11-2017 | 0:00
D.R

Le Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra) entame à partir d’aujourd’hui, un débrayage cyclique de deux jours consécutifs, annonce un communiqué rendu public depuis quelques jours déjà. A travers ce mouvement de protestation, les médecins résidents activant à travers les structures de santé et hôpitaux du pays, veulent attirer l’attention des pouvoirs publics sur leur situation socio- professionnelle revendiquant principalement la révision du statut général du résident et l’amélioration des conditions de travail.
D’après le communiqué, cette grève consistera en un arrêt de travail total de tous les médecins résidents, à l’exception de ceux qui devront maintenir un service minimum, à savoir les gardes et les services des urgences.Le collectif autonome des médecins résidents algériens prévoit d’observer chaque semaine une grève de deux jours, pour faire part des préoccupations principales des médecins résidents.
 Selon le Dr Mohamed Taileb, membre du collectif autonome des médecins résidents algériens 2017, parmi les revendications du Camra figure la révision du système du service civil de sa forme actuelle, qui oblige un médecin à travailler entre un an et quatre ans dans des zones éloignées, sans qu’on lui assure un minimum de conditions matérielles pour son installation sur place. A cet effet, le Dr Taileb estime qu’il est nécessaire d’encourager davantage le service civil à travers la mise en place de mesures incitatives, telles que «le logement, les primes…».
Le collectif de médecins résidents revendique, également, le droit d’être dispensés du service national au même titre que les autres jeunes algériens concernés par la mesure. Selon le Camra, les résidents ne bénéficient pas de la dispense accordée aux Algériens nés entre 1985 et 1987, ni de dispense pour cause médicale ou pour situation de soutien de famille.
Le Dr Taileb qui estime que «les médecins résidents méritent beaucoup plus de considérations par rapport au travail qu’ils effectuent quotidiennement», a souligné la nécessité de revoir les primes de garde et l’enveloppe allouée aux œuvres sociales, auxquelles les médecins résidents n’ont pas droit, puisqu’ils sont considérés comme «étudiants». « Ces derniers doivent être en adéquation avec les efforts fournis par le médecin résident» a-t-il expliqué. Il a également évoqué le niveau de la formation et de la prise en charge des médecins résidents qui ont «une incidence directe sur la qualité des soins offerte aux patients».
 Le médecin a déploré par ailleurs le fait que certaines défaillances constatées dans la gestion de plusieurs hôpitaux algériens se répercutent automatiquement sur les médecins résidents.  En effet, ce dernier fait savoir que souvent, ces médecins sont dépassés au niveau des urgences. «Il nous arrive de voir tous les jours, les patients livrés à eux-mêmes dans les couloirs des hôpitaux», a-t-il reproché, soulignant au passage, que les médecins sont obligés de transporter certains blessés graves d’une salle à une autre avec l’aide d’autres patients». Dans cette optique, le praticien a aussi soulevé l’absence totale d’un corps assurant la sécurité des médecins dans l’enceinte des établissements hospitaliers. «Jusqu’à quand les résidents continueront à faire l’objet d’agression de la part de personnes venant de l’extérieur», s’est-il exclamé.
Il a souligné que ce genre de situation fait que les médecins urgentistes sont dépassés la plupart du temps. encore fait savoir que «le collectif du Camra exige que les médecins résidents doivent avoir les mêmes droits que les autres travailleurs».
 Par ailleurs, le représentant de la Camra qui met en avant le manque des moyens adéquats pour mener à bien la mission qui est inhérente à ce corps médical, a souligné la nécessité d’«estimer à sa juste valeur le médecin résident et redorer le blason de la fonction». Par ailleurs, les résidents réclament l’annulation des examens sanctionnants intercalaires jusqu’à l’application des réformes de formation et d’évaluation des médecins résidents selon leurs carnets.
Kamélia Hadjib

-------------///////////////////

« les portes du dialogue sont ouvertes »
Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a assuré, hier dans un communiqué, que «les portes du dialogue sont ouvertes» avec les résidents en sciences médicales, qui ont décidé d’entamer un mouvement de protestation, a indiqué hier un communiqué du ministère. Suite au mouvement de protestation décidé par le collectif des résidents en sciences médicales, le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière «informe que les portes du dialogue sont ouvertes et que les représentants dument mandatés des résidents en sciences médicales seront reçus par le ministre pour débattre de toutes les questions relevant des prérogatives du secteur de la santé», précise le communiqué.                                 
(APS)  
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions