mardi 21 novembre 2017 18:27:41

Hommage à Mahmoud Zemmouri : Le Roi de la comédie satirique

Mahmoud Zemmouri a fait ses classes au cinéma en tant qu’acteur dans le film «L’Autre France» d’Ali Ghanem, en 1977.

PUBLIE LE : 14-11-2017 | 0:00
D.R

Mahmoud Zemmouri a fait ses classes au cinéma en tant qu’acteur dans le film «L’Autre France» d’Ali Ghanem, en 1977. C’est donc ce dernier qui lui mettra le pied à l’étrier. Il est distribué dans «Tchao Pantin» de Claude Berri en 1983, «La Smala» de Jean-Loup Hubert, en 1984, «Commissaire Moulin», feuilleton en 1989, «Julie Lescaut» feuilleton, 1992), «Blanc d'ébène» de Cheikh Doukouré, en 1992 «L’Hexagone»  de Malik Chibane, en 1994, et enfin «Munich» de Steven Spielberg en 2015. Zemmouri dira que le grand cinéaste américain Steven Spielberg le trouvait très sympathique. Mohmoud Zemmouri se lance dans la réalisation de «Prends 10.000 balles et casse-toi» en 1952, une réponse loufoque et satirique à la fameuse loi Stoléru sur le retour des familles d’immigrés dans leur pays d’origine. Le succès du film l’encourage à écrire une autre comédie, «Les folles années du twist», un regard amusé et décalé de la vie de tous les jours durant la colonisation qu’il tournera à Boufarik, son village natal, en 1986. Le film fait polémique comme la majorité des productions de Mahmoud Zemmouri mais connaîtra un large succès public en Algérie. C’est assurément avec sa comédie «De Hollywood à Tamanrasset» que Zemmouri casse la baraque en braquant sa caméra sur les effets des séries américaines sur les populations des pays du sud avec les premières années de l’avènement des antennes paraboliques. C’est drôle et hilarant, et le film pose une vraie problématique, celle de l’influence d’une autre culture sur les petites gens. Il entreprend un grand projet en 1993 avec l’adaptation à l’écran du roman «L’Honneur de la tribu» de l’écrivain Rachid Mimouni. Un véritable défi d’autant que le cinéaste filme pour la première fois une histoire qu’il na pas écrite, et cela
l’handicape. Il perd ses repères et sa liberté sur le plateau de tournage. «L’Honneur de la tribu» peut être considéré comme étant le seul film raté de Mahmoud Zemmouri. Le retour à la comédie, son genre cinématographique qu’il affectionne, lui permet de renouer avec le succès. Zemmouri met pour la première fois à l’écran les stars du rai, Cheb Khaled et cheb Mami, en leur faisant chanter leurs tubes dans «100% Arabica» en 1997, une féroce satire sur les islamistes en France qui prennent les commandes des mosquées et qui imposent leur loi avec la complicité de l’administration française. En véritable chroniqueur, proche du cinéma de Merzak Allouache, Zemmouri signe «Beur, blanc, rouge» en 2006, suite au sifflement de la marseillaise et au débordement du terrain par les supporters lors du match amical de football France-Algérie à Paris. Il est aussi le réalisateur de la série «Ilmaret Hadj Lakhdar» et apporte sa touche de cinéaste à cette série à succès où se démarque Lakhdar Boukhars. Une petite parenthèse télévisuelle pour Mahmoud Zemmouri. En 2015, il réalise «Certifiée hallal», une comédie hilarante qui n’est pas encore été distribuée en Algérie. C’était le dernier film de Zemmouri qui aura consacré sa vie au cinéma et qui scrutait la société algérienne en France et en Algérie pour souligner à coups de gros traits ses tares et ses travers. Mahmoud Zemmouri s’octroie toujours un rôle dans ses films. Il a été acteur à ses débuts et aime se mettre dans la peau des personnages qu’il crée. Il marquera le cinéma algérien en tant que roi de la comédie satirique. Une foule immense de ses amis du cinéma et de ses admirateurs lui ont rendu un dernier hommage lors de son enterrement à Boufarik récemment. Zemmouri est décédé le 4 novembre 2017 à Paris à l’âge de 70 ans.
Abdelkrim Tazaroute

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions