mercredi 22 novembre 2017 00:01:58

Bachir Dehimi, président du groupe mécanique au ministère de l’Industrie : « L’Algérie produira 450.000 véhicules d’ici trois années »

Le constructeur automobile français, Peugeot, annonce que son premier véhicule de tourisme sortira en 2018. Invité à la Chaîne III, le président du Groupe mécanique au ministère de l’Industrie et des Mines, Bachir Dehimi, a déclaré qu’après l’arrivée de ce nouvel investisseur, l’Algérie disposera d’un total de cinq constructeurs, et une trentaine en tout ont également fait part de leur désir de s’installer en Algérie qui sera transformée en un important pool d’attractivité dans le domaine de la mécanique et de l’automobile.

PUBLIE LE : 14-11-2017 | 0:00
D.R

Le constructeur automobile français, Peugeot, annonce que son premier véhicule de tourisme sortira en 2018. Invité à la Chaîne III, le président du Groupe mécanique au ministère de l’Industrie et des Mines, Bachir Dehimi,  a déclaré qu’après l’arrivée de ce nouvel investisseur, l’Algérie disposera d’un total de cinq constructeurs, et une trentaine en tout ont également fait part de leur désir de s’installer en Algérie qui sera transformée en un important pool d’attractivité dans le domaine de la mécanique et de l’automobile.

M. Dehimi assure à ce sujet qu’avec la présence de plus en plus importante de constructeurs appelés à produire quelque 450.000 véhicules/an, «les sous-traitants étrangers ne manqueront certainement pas de venir» rejoindre leurs vis-à-vis algériens. M. Dehimi précise que le cahier des charges soumis aux constructeurs porte une série de conditions, notamment celles relatives à l’intégration, à la formation des personnels, à l’installation de sous-traitants et à l’exportation des véhicules produits à demeure. Il rappelle que lesdits constructeurs installés dans le pays vont faire du «montage», et non pas de «l’assemblage». Le montage, explique-t-il, étant un processus dans lequel est incluse l’activité d’intégration, amenée à évoluer, progressivement, «de 5 à 45%». Outre la satisfaction de la demande locale, davantage croissante, il est impératif, aux yeux de l’invité de la radio, de prendre le chemin de l’exportation, «sinon, on n’ira pas très loin». Par ailleurs, il convient de rappeler que les véhicules de la marque française Peugeot seront, selon Jean-Christophe Quémard, directeur du groupe PSA, chargé de l’Afrique et du Moyen-Orient, fabriqués en Algérie à partir de l’année 2018, par la société Peugeot Citroën Production Algérie (PCPA), pour un investissement de 100 millions d’euros. «L’usine Peugeot, qui sera installée à Oran, déclarait-il, fabriquera son premier véhicule au cours de l’année prochaine. La capacité totale de cette usine sera de 75.000 unités/an à terme». Le capital de la société est réparti selon la règle 51/49%, et ce à hauteur de 20% pour l’Entreprise nationale de production de machines-outils Algérie-PMO Constantine, de 15,5% pour le Groupe privé Condor et de 15,5% pour un opérateur pharmaceutique algérien  (Palpa Pro), pour la partie algérienne, et de 49% pour PSA, pour la partie française. L’objectif de ce projet, expliquait M. Quémard, est de développer une filière automobile complète en Algérie, tout en qualifiant le marché algérien de «très important» pour le groupe PSA. Quant au retard pris dans la création de cette nouvelle société, le même responsable l’attribue à certains changements apportés dans le cahier des charges, expliquant que «la dynamique des relations entre les deux pays a donné un coup d’impulsion à la concrétisation de ce projet».
Fouad Irnatene


 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions