Campagne électorale des locales du 23 novembre MPA : Le parti affiche ses ambitions

Amara Benyounès, secrétaire général du Mouvement populaire algérien (MPA), a animé jeudi dernier à Tizi-Ouzou un meeting électoral durant lequel il s’est montré très ambitieux quant aux résultats satisfaisants qu’obtiendrait son mouvement lors des élections locales du 23 novembre.
PUBLIE LE : 11-11-2017 | 0:00

Amara Benyounès, secrétaire général du Mouvement populaire algérien (MPA), a animé jeudi dernier à Tizi-Ouzou un meeting électoral durant lequel il s’est montré très ambitieux quant aux résultats satisfaisants qu’obtiendrait son mouvement lors des élections locales du 23 novembre. S’exprimant à la maison de la culture Mouloud-Mammeri de la ville des Genêts, le premier responsable du MPA a en effet rassuré les candidats et sympathisants de son parti que celui-ci «va créer une surprise lors de cette élection locale», une élection qu’il a qualifiée au passage de plus importante que toutes autres élections, eu égard à la proximité existant entre les élus locaux et les populations. «Notre parti a eu déjà à gérer 91 communes à travers 1.600 élus au niveau national durant le dernier mandat. Aujourd’hui nous sommes en lice par 850 listes de candidature dans 46 wilayas du pays.
Et j’ai la conviction que le MPA va créer une belle surprise dans ces élections », a-t-il affirmé devant les militants et candidats de son mouvement. Pour le numéro un du MPA, « il est impossible qu’il y ait du développement sans paix et stabilité ». Il a exhorté les futurs élus de son parti à déployer beaucoup d’énergie pour y assurer la stabilité dans la région et à convaincre les investisseurs à s’y installer. Amara Benyounès a néanmoins rappelé que la promotion de l’investissement dans n’importe quelle région du pays passe inéluctablement par l’octroi de plus de prérogatives aux élus locaux dans la prise de décision concernant notamment la gestion des fonciers et de l’urbanisme. « Il faut plus de démocratie et plus de décentralisation de la décision pour permettre la relance économique dans notre pays », a-t-il insisté.
Revenant à la situation du pays, le premier responsable du MPA a indiqué que ces élections locales interviennent dans des conditions économiques, sociales et politiques particulières et il convient pour tout un chacun d’y contribuer pour leurs réussites, car, pour lui, en démocratie, le vote est la seule et unique solution à la crise.
« La rue ne ramène rien du bon pour le pays. Le recours à la rue pour changer les responsables est également fini », a répondu Amara Benyounès à ceux qui appellent la population à manifester dans la rue, en insistant que la seule immunité contre les interventions étrangères est la démocratie.                                                                                           
Bel. Adrar

amara benyounes :
 « l’ère du socialisme est révolue »


En rencontrant hier, à Sétif, les militants, les candidats et les sympathisants de son parti, le président du Mouvement populaire algérien pense que le moment est venu pour « sortir de la légitimité révolutionnaire pour laisser place à une légitimité démocratique ».
Amara Benyounès a fait état de la situation financière difficile qui prévaut et souligné à ce propos la nécessité de resserrer les rangs de tous les Algériens et d’œuvrer ensemble, pour dépasser cette conjoncture, ajoutant que ces élections locales sont plus importantes que les législatives au vu de la proximité qui lie l’élu avec le citoyen et l’impact qu’elles sont appelées à produire dans la consolidation de la dynamique du développement local. En s’exprimant en arabe et en amazigh, il reviendra sur les deux revendications de son parti, à savoir « plus de démocratie et une plus grande décentralisation », soulignant dans ce contexte la nécessité de doter l’élu de prérogatives dans la gestion des affaires de la commune. Un élu dont il ne manquera pas aussi de dire au-delà de tous les droits, les devoirs dans sa disponibilité à servir les intérêts du citoyen et non les siens. A propos de ces élections qui interviennent dans un environnement économique et financier difficile, l’intervenant, soutenant la vision et les solutions adoptée par le gouvernement, dira que « nous avons perdu 60% de nos ressources mais avec des réserves de change de 102 milliards de dinars et une dette extérieure pratiquement à un niveau zéro et le travail, nous pouvons dépasser cette situation ».
Des solutions face auxquelles certaines voix se sont élevées, dira-t-il, le poussant à s’interroger sur les propositions et les solutions remèdes de ces « experts ». Il plaidera cependant en faveur de réformes radicales pour aller vers une économie diversifiée et citera l’exemple des wilaya de Sétif et Bordj Bou-Arréridj pour mettre l’accent sur les résultats de la dynamique de développement soulignant l’impact produit par l’investissement privé et sa place dans le développement économique du pays.
    F. Zoghbi


EL MOUDJAHID - QUOTIDIEN NATIONAL D'INFORMATION Edité par l'EPE - EURL El MOUDJAHID - 20, Rue de la Liberté - Alger - Algérie
Tél. : +213(0)21737081 - Fax : +213(0)21739043
Mail : info@elmoudjahid.com