dimanche 19 novembre 2017 09:34:37

Finance islamique : Des bases solides

Consacrée dans le PLF-2018, la finance islamique «gagne du terrain en Algérie».

PUBLIE LE : 09-11-2017 | 0:00
D.R

Consacrée dans le PLF-2018, la finance islamique  «gagne du terrain en Algérie». Rappelant que les six banques publiques du pays se sont engagées à lancer des services de finance islamique d’ici la fin de l’année et le gouvernement a annoncé le lancement d’un comité de conformité charia, l’analyse du cabinet d’intelligence économique et de conseil britannique, Oxford business group, indique que « l’Algérie déploie son offre de finance islamique afin d’attirer les investissements et renforcer la bancarisation », à travers le lancement de  nouveaux services proposés, notamment, la murabaha (vente à prix coûtant majoré, alternative au crédit à la consommation), l’ijara (crédit-bail), et la musharaka (partenariats). Aussi, le lancement avant la fin de l’année d’un comité de conformité à la charia constitue « une avancée décisive pour le secteur de la finance islamique, qui ne disposait pas jusqu’à présent d’un cadre réglementaire spécifique », souligne OBG. L’analyse du cabinet britannique estime que « si la stratégie du gouvernement porte ses fruits, cela pourrait avoir un impact considérable sur la clientèle de ces banques, qui dominent déjà très fortement le marché », tout en précisant que les six banques publiques « se partageaient 88,3% de l’ensemble des dépôts, soit 8,1 milliards de dinars (60,1 millions d’euros) à fin 2015. Cette stratégie répond aux objectifs du plan d’action du gouvernement visant à « assurer le développement du marché des capitaux et de la Bourse, afin d’offrir des alternatives aux financements des investissements et aux augmentations des capitaux », note l’analyse. A ce propos, il est fait mention du lancement, en avril, de l’emprunt obligataire, « donnant au marché une nouvelle impulsion qui pourrait perdurer tout au long de l’année prochaine si le projet de lancement de Sukuks se concrétise ».
Dans le même contexte, le document considère que l’option pour la finance islamique de la part de banques privées, bien qu’elles ne représentent qu’une petite part dans le secteur bancaire algérien, est susceptible de renforcer « les bases solides » censées  contribuer davantage à l’élargissement de cette formule à l’avenir. « Les banques privées proposent déjà des produits bancaires compatibles avec la charia ». La banque Al Baraka est implantée en Algérie depuis 1991, tandis que le groupe français BNP Paribas offre des services compatibles avec la charia depuis 2014.
«Al Salam, Trust Bank et Gulf Bank Algeria offrent également des services compatibles avec la charia. En juillet, une autre banque française –la Société Générale— a annoncé qu’elle envisageait de lancer des produits compatibles avec la charia au cours du deuxième semestre de l’année, proposant des systèmes de dépôt participatifs sans taux d’intérêt », rappelle, OBG.  
D. Akila

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions