mercredi 22 novembre 2017 00:01:51

« Les faux héritiers » d’Amar Zentar : L’héritage… un phénomène sociétal

Edité par Casbah édition, l’œuvre de Amar Zentar intitulée "Les faux héritiers" est un roman de cent-dix pages dans lequel, comme son titre l’indique, l’auteur relate, explore et interroge une société à califourchon entre tradition et modernité et qui cherche ses repères perdus dans la perversion subite des mœurs de la cité...

PUBLIE LE : 09-11-2017 | 0:00
D.R

Edité par Casbah édition, l’œuvre de Amar Zentar intitulée "Les faux héritiers" est un roman de cent-dix pages dans lequel, comme son titre l’indique, l’auteur relate, explore et interroge une société à califourchon entre tradition et modernité et qui cherche ses repères perdus dans la perversion subite des mœurs de la cité...

Accident cérébral ou ruse de guerre pour démasquer tous les prétendants et candidats à l’héritage, on ne le sait. En tous cas, simulation ou vérité, les faits sont là : les appétits voraces s’ouvrent et la magouille risque de briser la fragile cohésion familiale… C’est l’histoire d’un bonhomme qui simule un AVC et dont la petite famille et même des membres de sa famille lointaine pensaient qu’il possédait des biens qu’ils pouvaient hériter après sa mort. « Subitement le patriarche s’est tu », lit-on au début du roman. «Consternation dans la maison, ses fils se regardent, en proie sans doute à la même pensée, chacun devinant celle de l’autre…»
« Hier, leur père a été victime d’un accident cérébral. Sans crier gare. Il n’a pourtant jamais fumé une seule cigarette et encore moins bu d’alcool sa vie durant ». Et c’est à ce moment-là que les membres de sa petite famille commencent à recevoir des SMS et des visites de cousins éloignés. « En fait, souvent la famille ne se retrouve qu’à l’occasion d’une fête ou d’un décès».
   L’histoire se complique lorsque la seconde épouse du patriarche apparait. Ainsi les mauvaises intentions de ses enfants et des membres de la famille naissent. Dans son roman, Amar Zentar a utilisé des phrases courtes. Malgré sa plume connue dans la presse, il a utilisé un style très simplifié qui peut être lu par toute catégorie de lecteurs. Ancien journaliste de plus de trente ans de carrière, successivement à Révolution Africaine et Algérie-Actualités ainsi que le quotidien El Moudjahid, Amar Zentar a déjà publié trois romans : «Le but», «Journal d’un plumitif» et «La tombe sous le grenadier».
   Il y a lieu de noter que ce roman est sorti le mois en cours, et ce, à l’occasion de la 22e édition du Salon international du livre.
Sihem Oubraham

-------------------/////////////////////

Amar Zentar, écrivain et ancien journaliste à El Moudjahid
Problemes de cohésion sociale

Présentez-nous votre ouvrage…
C’est un ouvrage qui s’intitule « Les faux héritiers» édité par les éditions Casbah. Cette œuvre se propose en toute humilité d’interroger un phénomène de société qui représente actuellement l’héritage. C’est un récit que j’ai écrit en six mois.

Justement quelles sont les raisons qui vous ont incité à écrire ce roman dans ce sens-là ?
Très sincèrement… je suis dans un tribunal de la capitale où j’ai assisté à un procès de deux familles qui s’entre-déchiraient, justement, pour une question de parcelle de terrain. À ce moment-là je me suis dit : «Si on s’entre-déchire pour une parcelle de terrain dans une société, cela peut avoir des conséquences comme même assez graves sur la cohésion sociale.

Les personnages de votre roman sont-ils des personnages réels ou imaginaires ?
Ce sont des personnages imaginaires… C’est l’histoire du patriarche. Ce dernier représente la conscience de la famille ; c’est en quelques sorte l’autorité morale. Il va simuler un accident vasculaire. À ce moment-là il va se rendre compte que toute la famille, y compris sa lointaine famille croyait qu’il était un grand propriétaire terrien. Donc ces proches pensent qu’il est condamné et vont pouvoir l’hériter. Hors…, pour leur malheur, il n’a absolument rien à leur céder pour héritage à par son nom patronymique et tout le capillaire que représente ce nom.                         
Propos recueillis par S.O
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions