mardi 21 novembre 2017 20:30:01

Intoxications alimentaires : Plus de 50 cas à Alger

Cinquante-trois cas d'intoxication alimentaire ont été enregistrés durant le 3e semestre 2017, a-t-on appris hier du représentant de la Direction du commerce de la wilaya d’Alger, El-Ayachi Dehar.

PUBLIE LE : 08-11-2017 | 0:00
D.R

Cinquante-trois cas d'intoxication alimentaire ont été enregistrés durant le 3e semestre 2017,  a-t-on appris hier du représentant de la Direction du commerce de la wilaya d’Alger, El-Ayachi Dehar. Ce chiffre a atteint 340 cas pour le premier trimestre de l’année pour la même wilaya, alors que  l’année 2016 en compte 316.

Dans une déclaration à l’APS, M. Dehar a indiqué que selon le rapport des services de la Direction de la santé de la wilaya d'Alger, 53 personnes ont  été victimes, durant le 3e semestre 2017, d'intoxications alimentaires au  niveau de nombreux restaurants et fast-foods à Alger.
Ces intoxications alimentaires sont liées à la consommation de glaces périmées, ainsi qu'à la consommation de viandes blanches, de poissons et de mayonnaise et d'autres préparations dans les restaurants et les fast-foods  et qui ne répondent pas aux normes d'hygiène.
Certains commerçants ne respectent pas la chaine de froid pour les produits périssables et les normes d'hygiène dans les cuisines et de conservation des viandes rouges et blanches, a ajouté la même source, appelant les consommateurs à faire preuve de vigilance lors de l'achat des produits de consommation, en particulier ceux proposés sur le marché parallèle et ne répondant pas aux règles de conservation, de stockage et d'hygiène et échappant au contrôle.
Il a souligné dans ce sens que les campagnes de sensibilisation organisées par le ministère du Commerce et ses services ont été fructueuses.

Prévention et limitation  des risques

De son côté, le ministère de la santé impute ces intoxications alimentaires essentiellement au non-respect des règles d'hygiène des mains, des ustensiles et du mode de préparation des repas alimentaires ainsi qu'à la température de conservation et stockage des aliments dans les réfrigérateurs.
Il met également en garde contre la prolifération de ces cas pendant la période d'été qui est connue pour l'organisation des fêtes, cérémonies et repas collectifs.
Parmi les produits alimentaires qui sont à l'origine du plus grand nombre l'intoxications enregistrées suite au non-respect des règles de conservation, stockage et d'hygiène, Merzaka Belkadi, maître-assistant au service épidémiologie et de médecine préventive au CHU Mustapha-Pacha, cite les glaces et certains types de viandes et poissons ainsi que le lait et ses dérivés.
A ce propos, la spécialiste appelle à la nécessité de respecter les 10 règles préconisées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en matière de prévention de ces intoxications alimentaires qui peuvent causer de nombreux décès.
Parmi ces règles, la spécialiste met l'accent sur la nécessité de respecter la température et la chaîne de froid pour chaque type d'aliments, cuits ou frais, tout en les conservant conformément aux normes en vigueur, outre l'hygiène des cuisines, des ustensiles et de la tenue des travailleurs qui sont tenus de porter des gants, au cas où leurs mains présentent des plaies susceptibles de véhiculer des germes et bactéries, indépendamment de la lutte contre certains types d'insectes et de rongeurs porteurs de microbes.

Un véritable fardeau pour la santé publique

Les symptômes liés aux intoxications alimentaires qui constituent un véritable fardeau pour la santé publique se manifestent par des troubles digestifs, des vomissements, douleurs abdominales, diarrhées aigües ainsi que par des troubles neurologiques pouvant conduire à la paralysie, voire même le décès, a rappelé la spécialiste.
Les personnes présentant ces symptômes doivent impérativement s'adresser aux services des urgences au niveau des hôpitaux ou à la clinique la plus proche de leur lieu de résidence, pour une prise en charge rapide, à titre préventif d'éventuelles complications.
Le Chef de service de prévention au niveau de la Direction de la santé d'Alger (DSP), Dr Boudjemâa Ait Ouares a, de son côté, rappelé le programme de prévention des intoxications alimentaires spécial saison estivale, qui a été tracé par la wilaya d'Alger en 2017 et qui porte sur les activités menées par les brigades mixtes chargées du contrôle des produits alimentaires au niveau des locaux, fast-foods, restaurants, notamment collectifs, ainsi qu'au niveau des campings d'été.
Le même interlocuteur rappelle, à ce titre, l'instruction de la DSP d'Alger, adressée en la matière, à l'ensemble des communes et wilayas déléguées de la capitale, ainsi que l'action de coordination menée par les brigades de contrôle relevant des ministères de la Santé et du Commerce, en vue de prévenir les risques liés à ces intoxications alimentaires.

Fermeture de 78 commerces pour pratiques illégales

Par ailleurs, M. Dehar a affirmé que la valeur des marchandises non facturées exposées à la vente dans les commerces et marchés d'Alger durant le mois d'octobre dernier s'élevait à plus de 176 millions de Da, contre plus de 135.000 de Da de profits illicites, tandis que la valeur des marchandises saisies dépassait 3,7 millions de DA.  
Le nombre des interventions effectuées par les agents de contrôle et de répression de la fraude de la wilaya durant la période indiquée est estimé à 16.000, à l'issue desquelles 1.800 contraventions et plus de 1.640.000 procès ont été dressés.
78 commerces ont été proposés à la fermeture pour pratiques commerciales illégales (souvent pour manque de registre de commerce).
La direction du commerce de la wilaya d'Alger a tracé un programme précis pour le contrôle des activités des commerçants de la wilaya d'Alger en 2017 en vue d'atteindre 200.000 commerçants contrôlés d'ici la fin de l'année en cours, avec une moyenne de 17.000 commerçants/mois. Ces opérations seront  assurées par les inspecteurs et les agents de contrôle relevant de la direction, répartis sur 347 équipes.
La wilaya d'Alger compte 78 marchés de détail, 46 marchés de proximité, ainsi que quatre zones d'activités : El-Djorf, Bab Ezzouar, El-Hamiz, Gué de Constantine et Jolie Vue. La capitale compte plus de 460 commerces, outre six abattoirs, 53 abattoirs de volaille et un seul marché de gros des fruits et
légumes.
R. S.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions