mercredi 22 novembre 2017 00:04:39

Le Coin du copiste : Préservons notre patrimoine

La question du patrimoine est au cœur d’une problématique capitale qui concerne l’image que renvoie un pays dans sa globalité archéologique, s’agissant de la gestion de ses biens culturels qui constituent un legs civilisationnel et identitaire dont il ne faudrait pas négliger l’importance ni la valeur historique.

PUBLIE LE : 07-11-2017 | 0:00
D.R

La question du patrimoine est au cœur d’une problématique capitale  qui concerne l’image que renvoie un pays dans sa globalité archéologique, s’agissant de la gestion de ses biens culturels qui constituent un legs civilisationnel et identitaire dont il ne faudrait pas négliger l’importance ni la valeur historique. Bien sûr, on n’ignore pas que des équipes de spécialistes tentent tant bien que mal de sensibiliser les citoyens à la préservation de ces nombreux sites disséminés sur tout le territoire national, en l’occurrence ici à ne pas endommager ces constructions millénaires qui méritent l’attention de tous et celle des autorités locales en charge de ce volet trop souvent délaissé parce que mésestimé pour d’ignorance et parfois, comme cela se passe souvent lorsque l’on assiste pas purement et simplement à du vandalisme, par un flagrant laisser-aller. Si nous insistons sur ce point sensible dont ce soucie peu la grande majorité de la population, nous ne parlons pas ici des vieilles mosquées dont un bon nombre a été restauré mais surtout des vestiges datant de la période romaine et de l’antiquité à l’instar des ruines de cités olympiques et des théâtres de plein air dont la construction et l’apparence dans l’assemblage des gradins sont comparables à ceux que l’on retrouve dans les villes européennes. Si des sonnettes d’alarme ont été lancées par le ministère de la Culture aux responsables  pour veiller à la sauvegarde d’un patrimoine en péril, il faut savoir que dix apprentis-auteurs conscients de la problématique posée, ont publié aux éditions Média Plus une œuvre collective intitulée «À la recherche du patrimoine perdu » ; une bonne initiative de la part de ces jeunes préoccupés par le sujet : «Un fil conducteur relie les récits les uns aux autres : le patrimoine national commun dans ses multiples dimensions archéologique, culturelle, matérielle ou immatérielle. «Les personnages évoluent dans un décor et un univers inspirés du patrimoine matériel et immatériel exceptionnel dont dispose l’Algérie, entre le réel et l’irrationnel. Des sites archéologiques, des monuments historiques, des objets et des collections muséales, des musiques, des danses ancestrales… », précise un site électronique qui ajoute plus loin, citant le commentaire de l’éditeur que ces récits :
«servent de trame à des histoires ou des contes sortis tout droit de l’imagination fertile des lauréats de la quatrième édition du concours de la nouvelle fantastique.  Chaque récit vous donnera l’occasion de voyager et de frissonner, à l’ombre des ruines de Timgad, dans l’ancestrale et incontournable Médina d’Alger, la Casbah, assis dans les gradins du théâtre romain antique de Skikda».
L. Graba

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions