jeudi 26 avril 2018 10:23:26

Projet Alger Smart ville : Plus de 200 chercheurs établis à l’étranger de retour

«Réception au début de l’année prochaine du premier grand Fablab au profit des Startups»

PUBLIE LE : 31-10-2017 | 0:00
D.R

Plus de 200 chercheurs de la communauté   algérienne établie à l’étranger activant dans d’importantes entreprises de haute technologie,  à travers différents pays du monde, sont revenus en Algérie, dans le cadre du  projet «Alger Smart ville», vient de révéler la responsable du projet Alger Smart ville à la wilaya.
Mme Fatiha Slimani a, en effet, indiqué que ce projet lancé depuis une année a déjà attiré plus de 200 jeunes chercheurs établis à l’étranger. «Ces chercheurs, poursuit la responsable du projet, ont à leurs actifs, des brevets d’invention couronnant leurs nombreuses innovations technologiques. Cela dit, ils ont choisi de revenir dans leur pays afin de participer dans la conception d’Alger comme ville intelligente». Parmi ces compétences qui reviennent au pays, figurent notamment le Dr Noureddine Taibi et le Pr Riad Hartani. Diplômé de l’Ecole nationale polytechnique, Noureddine Taibi fait en effet partie de la diaspora algérienne qui après avoir fait leurs preuves à l’étranger ont choisi de revenir au pays. Cet ingénieur qui avait a créé sa propre société activant dans le domaine technologique aux Etats Unies d’Amérique a voulu créer une société similaire à Alger et actuellement, il active entre l’Algérie et les Etats-Unis d’Amérique. L’éminent professeur Riad Hartani est lui aussi diplômé de l’école nationale polytechnique. Actuellement, il met le savoir qu’il a acquis au service du pays. Il faut dire que le Pr Hartani —qui était parti en France pour poursuivre ses étude—- n’avait que 25 printemps lorsqu’il avait décroché le titre de docteur pour une thèse sur l’intelligence artificielle qui lui a value la mention «très honorable» avec les félicitations du jury à l’université de Paris. « Ce jeune scientifique réussit ensuite, à créer  un incubateur (endroit où se développent les startups) à la Silicone vallée, aux Etats Unis d’Amérique.
Le Pr Hartani qui a contribué également à la création de la ville intelligente de Séoul (Corée du Sud) est actuellement consultant à la wilaya d’Alger, fait savoir la chargée des investissements  de la wilaya d’Alger.  L’autre exemple en la matière, cité par Mme Slimani est un institut qui porte le nom de «Haba» et qui est détenteur de pas moins d’un millier de brevets aux Etats-Unies d’Amérique. L’institut Haba est, faut-il le signaler, composé d’un groupe d’Algériens établis à   l’étranger ayant différents profils et venus de divers horizons.
Désormais intégré dans le cadre du projet Alger Smart ville, l’institut Haba est en fait un accélérateur de startups ; permettant ainsi de mettre les startups en relation avec les acheteurs de leurs solutions et conclure des contrats.    

«Réception au début de l’année prochaine du premier grand Fablab au profit des Startups»

L’institut Haba qui active actuellement à Alger pour la création et l’accompagnement des startups compte réceptionner au début de l’année prochaine, «le premier grand fablab». Il s’agit d’un atelier de fabrication numérique répondant aux normes internationales qui est destiné aux startups et aux étudiants porteurs de solutions innovantes. Le fablab est également à même de permettre aux startups de réduire considérablement la durée et les coûts de développement conceptuel du prototype et la mise au point du produit pour un éventuel lancement sur le marché, explique Mme Slimani. Elle annonce, d’autre part, que ce laboratoire de fabrication mettant à la disposition des étudiants porteurs de solutions innovantes un arsenal de machines et d’outils pour la conception et la réalisation de prototypes sera situé au niveau de deux locaux situés près des voûtes d’Alger. Les jeunes inventeurs qui seront accompagnés par des experts auront ainsi davantage de facilité pour  mettre au point leurs prototypes, et ce, en utilisant gratuitement des machines et des outils numériques de haute technologie disponible dans ce fablab», a indiqué la même source. Aussi, elle notera dans ce même contexte que «l’intégration des startups locales —créés par de jeunes étudiants ayant développé des solutions innovantes dans le projet Alger smart ville— sera hautement bénéfique pour les investisseurs éventuels leur permettant d’acheter un produit local innovant sans avoir recours à l’étranger en dépensant des devises
Soraya Guemmouri
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions