jeudi 19 octobre 2017 22:34:57

Promotion de la santé mentale : Mise en œuvre d’un plan national

10% de la population mondiale employée s’est absentée du travail pour cause de dépression

PUBLIE LE : 12-10-2017 | 0:00
D.R

« La promotion de la santé mentale a été inscrite dans nos premières priorités, en témoignent les actions qui ont été engagées et qui sont appelées à se poursuivre et à se renforcer », a annoncé le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui, à l'occasion de la célébration de la Journée mondiale de la santé mentale qui se déroule le 10 octobre de chaque année.
Dans une allocution, lue en son nom par le directeur général des services sanitaires au ministère, le Pr. Mohamed El-Hadj, le ministre a fait savoir que l'Algérie à souscrit à la Déclaration mondiale sur les maladies non transmissibles, adoptée en septembre 2011, lors de la réunion de haut niveau des Nations Unies à New York, et adhère au plan d’action global pour la santé mentale 2013-2020 de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). M. Hasbellaoui a indiqué que l'augmentation de la charge de morbidité des troubles mentaux dans le monde constitue un autre défi auquel nos systèmes de santé sont confrontés.
« Nous avons opté, comme préconisé par l’OMS, pour une approche basée sur la primauté du préventif sur le curatif, orientée sur la proximité, assise sur l'intersectorialité et adaptée aux différentes étapes de la vie et à notre contexte national », a-t-il dit.
Dans ce sens, il a révélé que cette nouvelle approche trouve son illustration dans l’élaboration d’un plan national de promotion de la santé mentale 2017-2020. « Plusieurs actions ont été déjà engagées par notre département qui se sont traduites par la création d'une sous-direction de la promotion de la santé mentale dans l'organigramme du ministère, à l'effet de traduire organiquement l'intérêt particulier porté à cette dimension de la santé», a-t-il révélé.
Cette nouvelle approche s'est traduite aussi, selon lui, par le renforcement, dans le projet de nouvelle loi sanitaire, des dispositions relatives à la protection des personnes atteintes de troubles mentaux et à la promotion de la santé mentale ainsi que par la mise en œuvre d'un vaste programme de réalisation d’infrastructures hospitalières et de soins de proximité dédiées la promotion de la santé mentale y compris la lutte contre les addictions.
Le ministre a appelé, à cette occasion, les pouvoirs publics, professionnels, secteurs partenaires, société civile, médias et familles à «se mobiliser davantage avec nous pour intensifier nos efforts afin d'atteindre les objectifs que nous nous sommes assignés".

10% de la population mondiale employée s’est absentée du travail pour cause de dépression

Prenant la parole à son tour, la directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, le Dr. Matshididiso Moeti, a souligné que cette 25e édition de la journée mondiale de santé mentale se tient sur le thème de « la santé mentale sur le lieu de travail».
Elle affirme, dans ce sens, qu’il existe une relation étroite entre le stress en milieu de travail et la mauvaise santé mentale. « Bien souvent négligée, la santé mentale constitue un facteur essentiel de la santé des employés. Environ 10% de la population employée s'est absentée du travail pour cause de dépression à l'échelle mondiale », a-t-elle dit.
La représentante de l’OMS assure de ce fait que « 50% des personnes souffrant de dépression ne sont pas traitées ». Elle souligne, d’ailleurs, que «la santé mentale a un impact déterminant sur le développement économique et le bien-être, les pertes de productivité induites par l'absentéisme sont imputables à des problèmes de santé mentale. Le stress lié au travail coûte à la société mondiale des milliards de dollars en dépenses directes et indirectes», a-t-elle fait savoir.
Cependant, le Dr. Matshididiso Moeti a indiqué que la dépression est évitable et traitable lorsqu'elle est diagnostiquée à un stade précoce « jusqu'à 80%des personnes traitées connaissent généralement une amélioration de leur santé mentale dans les quatre à six semaines ».

Près d’un million d’Algériens consultent pour des troubles mentaux

De son côté M. Mohamed Chakali, sous-directeur de la promotion de la santé mentale, a fait savoir qu’outre les troubles mentaux identifiés dans la classification internationale, notre pays a subi les effets d’une longue période difficile avec un lot de séquelles, des traumatismes psychiques, liés à la violence.
« Nous enregistrons près d’un million de consultations dans les différents troubles mentaux chaque année », a-t-il relevé, tout en signalant que ce chiffre est loin de refléter la réalité. Il l’explique par le manque de coordination entre les établissements publics et privés. « La plupart des patients consultent chez le privé, il y a une défaillance dans le système de collecte d’informations entre les établissements hospitaliers, d’où l’utilité urgente de ce plan », a-t-il estimé. Le spécialiste affirme que ce plan d’action doit servir de cadre de référence pour les décideurs, les responsables institutionnels et tous les intervenants en lien avec les populations ciblées.
« Ce plan comporte 6 axes stratégiques dont 16 objectifs qui doivent être concrétisés par 35 actions, lesquelles sont déclinées en 88 mesures », a-t-il détaillé.
Pour l’application de ces orientations stratégiques, un comité intersectoriel a été mis en place durant le processus d’élaboration de ce plan. Celui-ci sera chargé de la mise en œuvre et du suivi du plan de promotion de la santé mentale pour les quatre années à venir, associant tous les acteurs et tous les ministères concernés ainsi que des représentants des familles et des usagers.
    Sarah A. B. C.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions