lundi 11 dcembre 2017 10:30:37

Fichier électoral des inscrits nés entre 1900 et 1920 : Nécessité d’assainir

Le président de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE), Abdelouahab Derbal, a souligné, lundi à M’sila, la nécessité «d’assainir manuellement le fichier électorale des inscrits nés entre 1900 et 1920», ainsi que les citoyens ayant procédé à la rectification de leurs noms suite à des erreurs de transcription.

PUBLIE LE : 12-10-2017 | 0:00
D.R


Le président de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE), Abdelouahab Derbal, a souligné, lundi à M’sila, la nécessité «d’assainir manuellement le fichier électorale des inscrits nés entre 1900 et 1920», ainsi que les citoyens ayant procédé à la rectification de leurs noms suite à des erreurs de transcription.
Lors de sa visite aux services de la direction de régulation et des affaires générales de la commune de M’sila ainsi qu’au siège local de la HIISE, M. Derbal a relevé que les communes n’ont pas reçu de logiciels du ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement territorial permettant d’assainir automatiquement les listes. Concernant les natifs entre 1900 et 1920, la majorité seraient décédés et non-déclarés à l’état civil, impliquant de «radier les noms de cette catégorie d’âge des listes électorales et de réintégrer ceux qui présenteraient un recours», a indiqué M. Derbal.
Les noms de ceux ayant procédé à des rectifications suite à des erreurs dans la transcription de leurs noms lors de la numérisation du fichier de l’état civil doivent également être radiés manuellement pour éviter les cas de double inscription, a ajouté le responsable de la HIISE. M. Derbal a rencontré de nombreux candidats aux assemblées locales dont les candidatures ont été rejetées pour cause de poursuites judiciaires, alors qu’ils affirment n’avoir jamais comparu devant un juge d’instruction, quand certains exercent actuellement leurs fonctions de présidents d’assemblée populaire communale (APC).
M. Derbal a affirmé, à cet effet, que la décision de justice était «souveraine», ajoutant que les concernés, dont le nombre atteindrait 100, a-t-on appris in situ, ajoutant qu’ils auraient dû d’abord se rapprocher de la commission locale de la HIISE avant de faire appel en justice pour demander au moins des explications aux services de wilaya sur les réserves émises sur leur candidature.
A titre de rappel, le président de l’instance constitutionnelle avait insisté lors de son passage au forum du quotidien El Moudjahid sur l’importance de «définir avec précision certaines prérogatives de responsables administratifs au niveau local afin que chaque partie assume ses responsabilités loin de tout arbitraire ou irrespect de la loi et que l’instance puisse accomplir sa mission».
L’intervention efficace de l’instance auprès des concernés par l’opération électorale «avait besoin de plus d’adaptation des lois et règlements en vigueur», avait-il poursuivi. Il avait également précisé que «le processus électoral est un travail permanent nécessitant des moyens matériels considérables et aussi un suivi en matière d’encadrement et de formation technique et politique».(APS)
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions