mardi 17 octobre 2017 04:46:55

Péninsule coréenne : Démonstration de force

Les Etats-Unis ont déployé deux bombardiers lourds supersoniques au-dessus de la péninsule coréenne pour une démonstration de force face à Pyongyang, lors d'un premier exercice nocturne associant les aviations du Japon et de la Corée du Sud.

PUBLIE LE : 12-10-2017 | 0:00
D.R

Les Etats-Unis ont déployé deux bombardiers lourds supersoniques au-dessus de la péninsule coréenne pour une démonstration de force face à Pyongyang, lors d'un premier exercice nocturne associant les aviations du Japon et de la Corée du Sud. Les deux B-1B Lancers basés sur l'île de Guam, avant-poste stratégique de l'armée américaine dans le Pacifique, ont volé mardi soir près de la mer du Japon, ont annoncé les Forces aériennes du Pacifique américaines dans un communiqué. «Les vols et les entraînements nocturnes avec nos alliés sûrs et efficaces font partie des capacités partagées par les Etats-Unis, le Japon et la République de Corée et affinent les capacités tactiques des pilotes de chaque pays», a dit le major Patrick Applegate. La veille de cet exercice militaire, le président Trump avait examiné avec son ministre de la Défense Jim Mattis et avec son chef d'Etat-major Joe Dunford «la gamme d'options» dont disposent les Etats-Unis face à Pyongyang, a annoncé la Maison Blanche. «Le briefing et la discussion se sont concentrés sur la gamme d'options pour répondre à toute forme d'agression de la Corée du Nord et, si nécessaire, pour empêcher la Corée du Nord de menacer les Etats-Unis et leurs alliés avec des armes nucléairesé, a déclaré la présidence américaine dans un communiqué. M. Trump avait affirmé dans un message énigmatique posté samedi sur Twitter qu'«une seule chose marchera» avec la Corée du Nord, sans dire laquelle, deux jours après une autre déclaration mystérieuse. «Les présidents et leurs administrations parlent à la Corée du Nord depuis 25 ans», avait tweeté M. Trump. «Les accords passés et les montants massifs d'argent versés n'ont pas eu d'effet". «Les accords ont été violés avant même que l'encre ne soit sèche», avait-il poursuivi. «Désolé, mais il n'y a qu'une seule chose qui marchera», avait conclu le locataire de la Maison blanche.
R. I.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions