samedi 21 octobre 2017 04:02:25

Budgets primaires des communes pour 2018 : Priorité à la rigueur

Les walis, walis délégués, chefs de daïra et présidents d’APC sont appelés à s’atteler présentement à l’élaboration des budgets communaux pour l’exercice 2018, ceci en exécution de la directive émanant du ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire.

PUBLIE LE : 11-10-2017 | 0:00
D.R

Les walis, walis délégués, chefs de daïra et présidents d’APC sont appelés à s’atteler présentement à l’élaboration des budgets communaux pour l’exercice 2018, ceci en exécution de la directive émanant du ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire.
Selon le document du ministère de l’Intérieur, il est demandé aux destinataires l’élaboration des budgets primaires des communes de l’exercice 2018 avant le 31 octobre, pour être engagés par les nouvelles assemblées élues issues des élections du 23 novembre. L’importance pour les pouvoirs publics est que les budgets doivent s’opérer dans le respect strict de la discipline et de la rigueur, notamment en matière d’estimation des ressources qui seront engrangées dans la gestion des différents services publics.
La directive rappelle l’obligation pour les collectivités locales de faire valoir le principe de la «rationalisation des dépenses» en évitant les frais inutiles dans la mise en œuvre des programmes à réaliser. S’agissant de ces programmes, le ministère insiste sur la nécessité de lancer des projets structurants qui impactent positivement la vie du citoyen et régénèrent de la valeur ajoutée à l’économie nationale. Il est, en outre, important de donner la priorité aux projets déjà lancés ou en phase de réalisation, souffrant de manque de ressources financières.  
Le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, M. Noureddine Bedoui, a affirmé récemment que l'Etat ne renoncera pas aux acquis sociaux concrétisés au profit des citoyens dans différents secteurs tels que la santé, l’éducation et l'eau potable.  
Dans cette optique, la directive rappelle les cadres de l’administration locale sur la nécessité de se concentrer davantage sur l’entretien des biens non productifs tels que les écoles primaires, les centres sanitaires et autres structures administratives.
En effet, le contenu du projet de loi de finances 2018 et le Plan d'action du gouvernement démontre parfaitement la volonté de l'Etat à préserver les acquis sociaux, notamment en matière de santé et d’éducation.
Il s’agit, entre autres, de la décision qui a été prise par le gouvernement pour la relance des différents projets de développement qui ont été gelés, notamment dans les wilayas du Sud par l’injection de 150 milliards de dinars dans le Fonds de développement du Sud. Selon M. Bedoui, cette mesure permettra de poursuivre le processus de développement dans ces régions, l’une des instructions données par le Président de la République visant l'amélioration des conditions de vie des citoyens dans tous les domaines. Le ministre qui a rappelé l’engagement du gouvernement à poursuivre la mise en œuvre du programme du Président Bouteflika jusqu'à 2019, a mis l'accent sur l'importance de généraliser l'utilisation des énergies renouvelables dans les projets de développement en cours de réalisation au niveau des établissements éducatifs, notamment dans l'éclairage public pour «réduire les coûts de l'électricité».
    Kamélia H.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions