long metrage Ahmed Bey : tournage en grande partie à Boussaâda

Plus de 60% des séquences du long métrage Ahmed Bey, qui retrace la vie de ce gouverneur turc à Constantine, seront tournées à Boussaâda, dans la wilaya de M’sila, a indiqué jeudi l’auteur du scénario du film, Rabah Drif.
PUBLIE LE : 07-10-2017 | 0:00

Plus de 60% des séquences du long métrage Ahmed Bey, qui retrace la vie de ce gouverneur turc à Constantine, seront tournées à Boussaâda, dans la wilaya de M’sila, a indiqué jeudi l’auteur du scénario du film, Rabah Drif. Le choix de Boussaâda et d'El Alig pour le tournage de ces séquences se  traduit par la similitude architecturale entre les villes de Boussaâda et de Constantine pendant les années 1800, a précisé M. Drif. Le village El Alig, dont une partie est actuellement en ruines, est aussi semblable à la ville de Blida, où Ahmed Bey était en exil et qui a été secouée par un séisme en 1825, a-t-il souligné. Le premier tour de manivelle de ce long métrage, produit par le ministère de la Culture et réalisé par le cinéaste iranien Djamel Chouradja, sera donné avant la fin de cette année, a annoncé la même source, ajoutant que la logistique de ce film sera utilisée après pour la production d’autres films. Le film, rappelle-t-on, met en avant la résistance d'Ahmed Bey face à l'occupation française à Constantine, pendant la période où il gouvernait Constantine avant d’être relevé par le Dey et s’exiler à Blida. Ahmed Bey est le fils de Mohammed Chérif qui a occupé le poste de lieutenant (khalifa) du Bey Hassen et le petit-fils d’Ahmed El Kolli, qui gouverna le Beylik (province) de l’Est, autrement dit Constantine, durant 16 ans. Sa mère, El Hadja Cherifa, algérienne de souche, est issue de la famille Ben Ghana, l’un des plus importants chefs religieux arabes du Sahara, matériellement et moralement. Classé parmi les kouloughlis (enfants nés des unions mixtes), Ahmed Bey naquit vers 1789 à Constantine et fut désigné du nom de sa mère, à savoir El Hadj Ahmed fils d'El Hadja Cherifa. Après le décès prématuré de son père, mort étranglé, sa mère a été contrainte, dans des conditions difficiles, de s'enfuir avec lui de  Constantine vers le Sahara, loin des complots, de crainte qu’il ne subisse le même sort que son père. Sur intervention de l’Agha Yahia, il fut désigné par le Dey Hussein en qualité de Bey à la tête du Beylik de l’Est en 1826. Durant son mandat, Constantine connut une grande stabilité depuis son investiture jusqu’en 1837, date de la chute de la ville selon des ouvrages historiques. (APS)


EL MOUDJAHID - QUOTIDIEN NATIONAL D'INFORMATION Edité par l'EPE - EURL El MOUDJAHID - 20, Rue de la Liberté - Alger - Algérie
Tél. : +213(0)21737081 - Fax : +213(0)21739043
Mail : info@elmoudjahid.com