vendredi 20 octobre 2017 00:46:04

«La nuit du conte africain» à l’Opéra d’Alger : Lorsque le Goual est adopté par le théâtre

El-Goual (le diseur), ce personnage dans les sociétés du Maghreb d'antan, qu’on croise sur les places des anciennes villes…

PUBLIE LE : 07-10-2017 | 0:00
D.R

El-Goual (le diseur), ce personnage dans les sociétés du Maghreb d'antan, qu’on croise sur les places des anciennes villes… ces personnes fascinantes avec leur façon de narrer des histoires anciennes, donner des infos, tout en réunissant les passants… Il apostrophait ses récits en tapant sur le «bendir».

Cette fois-ci c’est sur la planche du majestueux Opéra d’Alger Boualem-Bessaïeh que le public a eu rendez-vous avec El Goual et ce à l’occasion de «La nuit du conte africain».
Enfants que nous étions… qui d’entre nous n’a pas été bercé par sa maman ou sa grand-mère par une «M’hadjia» pour s'endormir. Les petits et les plus grands s'émerveillent de ce recueil des contes et légendes populaires. Ainsi, le public de l’Opéra d’Alger, venu peu nombreux jeudi soir, a eu le droit à un come-back de voir pas moins de huit Goual venus de différents pays du continent noir. Cette soirée baptisée « la nuit du conte africain », organisée par l’Opéra d’Alger Boualem Bessaïeh sur deux dates, soit le 5 et le 6 octobre, a témoigné de la participation de plusieurs pays africains dont l’Algérie avec Sihem Kennouche, Mahi Seddik et Abdelghafour Louiz ; la Tunisie avec Amel Boutabba, le Maroc avec Halima Hamadane, Kayto du Congo démocratique, Chyc Polhit du Gabon et enfin Kpg du Burkina-Faso. Ainsi la nuit du conte africain a été ouverte avec une entrée inattendue des Gouals qui, accompagnés de la troupe Diwane, ont défilé parmi le public pour monter sur scène. Venue de Ghardia, cette troupe folklorique, formée de cinq femmes et deux hommes, a envouté le public avec son show de musique et de danse. Doté de son bendir et vêtu d’une qechabia, Mahi Seddik a gratifié le public avec son interprétation exceptionnelle. Aussi Amel Bouata et Halima Hamadane ainsi que Sihem Kennouche, qui étaient vêtues de tenues traditionnelles représentant chacune leur pays, ont envoûté les présents avec leurs contes, leurs présence sur scène. Par contre le passage de Kayto et Chuc ainsi que Kpg ressemblait beaucoup plus à un «one man show» destiné aux enfants de moins de 10 ans. Au-delà du rêve, le public a traversé la rivière et a voyagé en chevauchant l'imaginaire à la découverte d'un monde inconnu créé par les Gouals à travers la «Nuit du Conte africain». Ils étaient comme des randonneurs noctambules qui traversent les collines en longue file avec leurs loupiotes… Ces rêveurs étoilés ont goûté la parole des contes dans les chemins creux et les lits de rivières !
Une Nuit inoubliable... en deux parties.
Sihem Oubraham
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions