éliminatoires du mondial-2018 (GB-5e j) : Pour l’honneur

Aujourd’hui, 17h à Yaoundé, Cameroun - Algérie
PUBLIE LE : 07-10-2017 | 0:00

Les deux équipes éliminées prématurément du Mondial-2018 en Russie, le Cameroun et l'Algérie, vont se rencontrer aujourd'hui, à 17h, à Yaoundé, au stade Ahmed-Ahidjo, inauguré en 1972, devant un public qui avait déjà perdu toute illusion.

C'est une première pour les deux équipes de se faire éliminer d'un mondial à deux journées de la boucle finale. C'est ce qui montre le net recul de ces deux formations africaines qui avaient joué, le plus souvent, les premiers rôles dans les compétitions africaines et internationales. Avant le démarrage de ces éliminatoires, les observateurs avaient choisi l'Algérie et le Cameroun comme favoris pour jouer la qualification au mondial russe. Dès le début, le Nigeria et la Zambie avaient été mis de côté comme s'il s'agissait de deux équipes sans envergure. Au fond, la réalité du terrain a démenti tout le monde, puisque les deux équipes sous-estimées, le Nigéria et la Zambie, qui vont se rencontrer à Uyo aujourd’hui, samedi, joueront pour composter le seul billet pour le mondial 2018. Aujourd'hui, les deux perdants du groupe B tenteront de sauver ce qui peut l'être. Tout ce qui leur reste, c’est d’améliorer leur classement au Ranking FIFA et aussi de la CAF pour les chapeaux sans le prochain tirage au sort. A l'aller, au stade Mustapha-Tchaker de Blida, les deux équipes se sont séparées sur le score de 1 à 1. Ce sont les algériens qui avaient ouvert la marque, très tôt, par Soudani avant de voir les camerounais revenir à la hauteur des verts suite à une erreur défensive manifeste. Cette fois-ci, Alcaraz, dont les jours sont comptés normalement, tenteront, à travers cette rencontre, de montrer que ce groupe des verts n'est pas encore fini. Mieux encore, on veut, dans la foulée, accorder une autre chance à l'espagnol pour le pousser à nous présenter une équipe complète et surtout capable de tenir le coup devant ces camerounais drivés par le belge Hugo Broos. Selon certains observateurs, la tâche des verts ne sera pas de tout repos, eu égard aux changements apportés sur l'effectif choisi pour cette confrontation qui comptera pour des prunes, si ce n'est de tenter à montrer que l'EN actuelle a de la valeur. Elle a manqué seulement de chance et de punch. Perdre d'un seul coup des éléments comme Slimani, Mahrez, Bentaleb, Guedioura, Medjani, Brahimi, Ghoulam...Il est clair que ce ne sera pas une partie de plaisir qui attend nos représentants en terre camerounaise. Les nouveaux joueurs qui ont été convoqués comme Ferhat, Fares, Chafaï, Derfalou, Benguit, Bendebka, Moussaoui vont-ils faire l'affaire. C'est une entreprise très périlleuse pour eux, surtout que tout a déjà été perdu sur le plan du résultat technique. On aurait dû les convoquer dans une situation plus profitable, notamment le match retour. On a vu comment des joueurs se cachent derrière la maladie ou la blessure pour ne pas répondre positivement à la convocation officielle. Lors de sa conférence de presse, Alcaraz avait répondu débord à toutes les questions, mêmes les plus désobligeantes, avant de dire :  «nous irons à Yaoundé pour chercher la Gagne.» En ajoutant : «on va donner de la joie au peuple algérien.» C'est à dire lui rendre le sourire. Là, il faut admettre qu'on l'a perdu depuis notre première défaite, à Lusaka, contre la Zambie sur le score de 3 à 1. Par conséquent, rien ne sera facile, puisqu'il ne suffit pas de changer quelques joueurs pour dire que tout ira dans le meilleur des mondes. De plus, Alcaraz n'a pas bénéficié de beaucoup de temps pour mieux préparer son groupe.
 Qu'est-ce qui fait qu'il soit aujourd'hui plus optimiste qu'il ne l’était avant le match contre la Zambie. C'est un peu grâce à nous que cette équipe est revenue dans la course à la qualification. On espère qu'en cas d'un autre faux pas, on ne va pas responsabiliser les joueurs du cru. Ils ne sont pas là depuis le début de ces éliminatoires du mondial 2018 en Russie. Ce qui est sûr, c’est que Alcaraz est le grand gagnant quelque soit l’issue de cette joute. Comme il a un contrat en « béton », puisqu’il a signé jusqu’en 2019, il ne craint plus rien ni personne,  même pas Zetchi. De plus, dans son contrat,  la CHAN et le Mondial ne s’y trouvent pas. C'est-à-dire que le président de la FAF, Kheireddine Zetchi, ne lui a demandé qu’un seul objectif : les demi-finales de la CAN2019. Là, on peut dire que la FAF s’est fait hara kiri. A n’y rien comprendre, puisqu’elle perd sur tous les plans et qu’Alcaraz est le seul gagnant. Donner 70.000 euros à  de dernier et ses deux adjoints, c’est vraiment jeter l’argent du contribuable par les fenêtres. Il ne nous a rien apporté et en plus, il peut partir avec la valise pleine. Pour ne pas assombrir encore plus les choses, on souhaite à notre sélection nationale de revenir au bercail avec un bon résultat. Ce qui serait réconfortant pour notre football, même si tout reste relatif. Va-t-on vers un vrai départ de l’ EN ou bien nous sommes toujours aux portes de la gare.
H. G.


EL MOUDJAHID - QUOTIDIEN NATIONAL D'INFORMATION Edité par l'EPE - EURL El MOUDJAHID - 20, Rue de la Liberté - Alger - Algérie
Tél. : +213(0)21737081 - Fax : +213(0)21739043
Mail : info@elmoudjahid.com