vendredi 20 octobre 2017 06:21:49

Conférence à l’INESG sur le thème « Mer et littoral : opportunités, enjeux et défis pour l’Algérie » : Exigence d’une politique maritime intégrée

Le professeur et chercheur à l’École nationale supérieure des sciences de la mer et de l’aménagement du littoral, Samir Guermes, a mis en exergue, hier à Alger, le défi de la gouvernance algérienne maritime, un des facteurs de développement de notre économie.

PUBLIE LE : 05-10-2017 | 0:00
Ph: Nacéra

 Le professeur et chercheur à l’École nationale supérieure  des sciences de la mer et de l’aménagement du littoral, Samir Guermes, a mis en exergue, hier à Alger, le défi de la gouvernance algérienne maritime, un des facteurs de développement de notre économie. Il précise qu’il y a «un gisement dormant dans l’espace maritime du pays, dont la dynamisation pourrait servir l’économie algérienne».
Lors d’une conférence de presse organisée à l’Institut national d’études de stratégie globale (INESG) à Alger, en présence des représentants de différentes institutions de la République, le Pr Guermes a rappelé, au début, le potentiel des côtes et du littoral national, faisant observer que «15 wilayas font face au bassin méditerranéen», c’est pourquoi «il faut qu’il y ait une gouvernance maritime», qui s’ajoute aux efforts déployés chez les deux pays voisins et du nord de la Méditerranée. Notamment que, stratégiquement parlant, l’exploitation des ressources et potentialités de la Méditerranée, dans tous les domaines stratégiques, représente un atout indéniable et «l’avenir» au sens propre et figuré du terme, car ce creuset cache un trésor générateur d’une économie prolifique. C’est pourquoi «il faut se lancer dans des recherches scientifiques et avoir une vision stratégique de la mer, «pour exploiter ces richesses naturelles», notamment que le statut maritime de l’Algérie est très important par rapport à d’autres pays de  la Méditerranée, et cela encourage à «établir une économie bleue et veiller à consolider la stabilité sociale». Le conférencier a indiqué que l’Algérie perd des milliards de dinars, à cause de l’absence de protection environnementale. Après avoir souligné l’importance d’unifier la vision sur l’exploitation de la ressource naturelle maritime, et rappelé que ce créneau de l’économie concerne «11 ministères», le chercheur en sciences de la mer et de l’aménagement du littoral a consacré la part du lion de sa conférence aux enjeux économique, écologique, environnemental et même la politique étrangère dans la géopolitique. C’est  pourquoi il est nécessaire de «se lancer dans ce secteur générateur de perspectives d’avenir». Cela demande davantage «de recherches  dans le domaine», tout comme il est bien connu que «l’économie maritime et côtière est basée sur la ressource naturelle».
Dans ce cadre, l’orateur  a souligné le rôle de la communauté scientifique qui est appelée à insister sur les enjeux de l’économie maritime, afin d’exploiter, dans le futur proche, cette ressource naturelle.
   Hamza Hichem
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions