mercredi 18 octobre 2017 04:47:04

7e Salon international de l’aquaculture en novembre : carrefour de professionnels

Le 7e Salon international de la pêche et de l’aquaculture «SIPA 2017» se tiendra, à Oran, du 9 au 12 novembre prochain. Experts nationaux et étrangers débattront des atouts que représentent ces deux secteurs pour la diversification économique.

PUBLIE LE : 04-10-2017 | 0:00
D.R

Le 7e Salon international de la pêche et de l’aquaculture «SIPA 2017» se tiendra, à Oran, du 9 au 12 novembre prochain. Experts nationaux et étrangers débattront des atouts que représentent ces deux secteurs pour la diversification économique. Cet évènement permettra aux professionnels, investisseurs, responsables de banques, de compagnies d’assurances… de se concerter autour des enjeux de secteur de la pêche et l’aquaculture et ses activités annexes. Objectif : coordonner les efforts afin de le développer, créer de réelles opportunités d’investissement à même de contribuer au développement durable de l’économie nationale et veiller à une exploitation optimale des ressources. Le développement de l’aquaculture, faut-il le préciser, figure parmi les objectifs du nouveau modèle économique de croissance.
Le plan sectoriel de la promotion de l’investissement dans ledit secteur vise, lui, à la promotion de mécanismes d’exploitation optimale des ressources marines et garantir leur rentabilité, l’accompagnement de l’investissement productif dans les filières aquacoles, l’encouragement de la coopération et partenariat, ainsi que la consolidation de la gestion participative avec les différents acteurs du domaine. Le département de l’Agriculture vise une augmentation de la production de la filière aquacole à 17.000 tonnes/an en 2017, par le développement de l’aquaculture intégrée dans les bassins d’irrigation agricole. La réalisation de cet objectif passera par la concrétisation de 2.100 projets d’investissements publics et privés dont 70% consacrés à la pisciculture dans les bassins d’irrigation agricole. Cet objectif de 2017 a été retenu sur la base des engagements des directeurs de wilayas chargés de la pêche et des programmes d’action et des investissements. Tout récemment, le ministre de l’Agriculture souligné que 200 demandes d’investissement soumis à l’étude, ont pour but de renforcer non seulement les capacités de production dans la filière halieutique (maritime) mais aussi d’investir davantage dans le domaine de l’aquaculture dans les régions internes. «L’aquaculture, soutient-il, dans les régions du Sud et des haut plateaux, un rêve par le passé, est devenu aujourd’hui une réalité palpable, grâce à la volonté des investisseurs dans le domaine». Dans ce domaine aquacole, l’Algérie est en train de nouer de partenariats, notamment avec les Sud-Coréens. Un plan directeur à long terme est en cours d’élaboration.
F. Irnatene
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions