dimanche 22 octobre 2017 05:51:48

Sociétés pétrolières et gazières arabes : opter pour les réassurances

Les 340 sociétés arabes d’assurances ont enregistré en 2016 un chiffre d'affaires de 30 milliards de dollars.

PUBLIE LE : 04-10-2017 | 0:00
D.R

Organisé par l'Union algérienne des sociétés d'assurances et de réassurance (UAR),  en collaboration avec l'Union générale arabe d'assurances (UGAA), un séminaire ayant pour thématique  «Justice et assurances dans les pays arabes» s’est tenu récemment à Alger.

L’événement qui a regroupé des acteurs du secteur de l’assurance et de la réassurance du monde arabe a abordé l’état des lieux du secteur des assurances dans la région et les perspectives de son développement dans le contexte actuel. Une conjoncture dont les conséquences ont lourdement impacté les économies arabes essentiellement dépendantes des hydrocarbures. Dans cette optique, l'UGAA, par la voie de son secrétaire général, a appelé les sociétés pétrolières et gazières à souscrire des réassurances dans le marché arabe pour dynamiser l’activité. M. Abdelkhalek Raouf Khelil a déploré, au passage, "le recours des sociétés énergétiques activant dans le monde arabe aux sociétés étrangères pour la réassurance de leurs infrastructures, alors que coût des prestations proposées par les compagnies arabes est beaucoup moins cher". En effet, a-t-il affirmé, "Nous avons dans les pays arabes 18 compagnies de réassurance qui accomplissent leurs missions dans les meilleurs conditions. Nous nous employons au sein de l'UGAA à limiter le paiement des primes d'assurances au monde arabe au lieu de permettre aux étrangers de bénéficier d'un marché estimé à plusieurs millions de dollars", rapporte l’APS. Aussi, pour argumenter ses propos, il a souligné que le chiffre d'affaires des sociétés d'assurance arabes était évalué à 30 milliards de dollars, dont 300 millions versant sous le chapitre de la réassurance, soit à 90 % à l'étranger et à moins de 10% auprès des sociétés arabes de réassurance. Ce même responsable devait préciser que le véritable problème réside dans le fait que les pays arabes "souffrent encore d'un complexe envers les étrangers". M. Abdelkhalek Raouf Khelil a déclaré au passage que les 340 sociétés d’assurances recensées dans le monde arabe ont enregistré en 2016 un chiffre d'affaire de l'ordre de 30 milliards de dollars et une croissance de près de 5%. Le séminaire qui aura permis d’aborder les contraintes générées par la situation actuelle induite par les fluctuations du marché pétrolier a été marqué par des interventions centrées sur le rôle du numérique dans la facilitation de la communication au sein des sociétés d'assurance avec le corps de la justice en matière de règlement des litiges relatifs à l’assurance. Objectif d’ailleurs souligné par le président de l'Union algérienne des sociétés d'Assurance et de Réassurance (UAR), M. Brahim Djamel Kassali, dans son discours d’ouverture, prononcé au nom du ministre des finances ; Ce dernier a rappelé, à ce propos que, le but du séminaire devait consister à consolider davantage les rapports entre la justice et le secteur des assurances. Le procureur général près la Cour de Guelma, M. Abdelkrim Djadi, a pour sa part, indiqué que cette rencontre constituait une opportunité pour rechercher les moyens construire des relais entre les systèmes informatiques au niveau des compagnies d'assurance et ceux existant au département de la Justice. Dans ce contexte, des participants au séminaire ont plaidé la nécessité de créer des tribunaux spécialisés dans les finances et d'assurer une formation spécialisée constante au profit des magistrats dans les filières des assurance et des techniques banques notamment pour mener à bien leurs missions d’arbitrage dans les litiges. L'évolution du marché des assurances en Algérie, est l’autre chapitre abordé par le PDG de la compagnie algérienne des assurances (CAAT), M. Youcef Benmicia, qui précisera d’emblée que le marché algérien comptait 24 compagnies d'assurance, à fin 2016, contre 16 compagnie en 2007 et 2 310 agences commerciales (fin 2016) contre 1 304 agences en 2007. Le chiffre d'affaires de ce marché est passé  de 45 milliards de DA à 130 milliards de DA (1,2 milliard de dollars US), alors que le montant des indemnisations est passé de 25 milliards de DA à 70 milliards de DA, dont 46 milliards DA générés par les accidents de la route. Le premier responsable de la CAAT a également indiqué qu’à la fin 2016, les dépôts des compagnies d'assurance auprès des banques ont atteint 265 milliards de DA contre 77 milliards de DA à fin 2007.
D. Akila

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions