mardi 12 dcembre 2017 15:17:30

RDC : Guterres met en garde contre les conséquences désastreuses

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, met en garde contre de nouvelles coupes dans la mission des Casques bleus déployés en République démocratique du Congo, où des élections restent incertaines, dans un rapport remis au Conseil de sécurité.

PUBLIE LE : 04-10-2017 | 0:00
D.R

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, met en garde contre de nouvelles coupes dans la mission des Casques bleus déployés en République démocratique du Congo, où des élections restent incertaines, dans un rapport remis au Conseil de sécurité. De nouvelles réductions dans la force Monusco, la plus importante opération de paix de l'ONU menée avec quelque 18.000 hommes, pourraient ne plus lui permettre d'empêcher un effondrement du pays, indique-t-il dans cette étude stratégique de 27 pages sur l'engagement onusien. Sous la pression des Etats-Unis, le Conseil de sécurité avait en mars décidé de réduire les effectifs de la Monusco de 2.000 hommes. Les 15 membres du Conseil doivent tenir la semaine prochaine une réunion sur la RDCongo. «J'ai confiance dans l'efficacité des changements en cours au sein de la Monusco. Mais les Etats-membres devraient être prudents en cas de nouvelles coupes budgétaires dans cette mission car elles pourraient compromettre sa capacité à remplir ses obligations principales», écrit le SG de l'ONU. «Le but ultime de la Monusco est d'empêcher l'effondrement de la RDCongo qui menacerait la stabilité régionale et internationale», ajoute-t-il. Des élections pourraient ouvrir la porte à des réductions d'effectifs, voire même à la fin de la mission après 17 ans de présence des Casques bleus dans le pays, estime aussi dans son rapport Antonio Guterres. Lors de l'Assemblée générale de l'ONU en septembre, le président congolais Joseph Kabila avait assuré que le cap vers des élections était «définitivement fixé» et souligné que les Casques bleus ne pouvaient rester «indéfiniment» dans son pays.
Mais aucun calendrier électoral n'a été encore rendu public alors qu'en vertu d'un accord politique conclu en décembre 2016, la RDCongo est tenue d'organiser des élections présidentielle, législatives et provinciales d'ici au 31 décembre 2017.
Le second mandat de cinq ans de Joseph Kabila est expiré officiellement depuis le 20 décembre 2016 et la Constitution lui interdit de se représenter. Beaucoup d'experts doutent cependant de la possibilité de tenir des élections dans les délais impartis. Plusieurs éléments aggravent la crise politique en RDC, élément instable de l'Afrique centrale avec ses neuf frontières, 2,3 millions de km2, quelque 70 millions d'habitants, 3,8 millions de déplacés internes et 500.000 réfugiés du Rwanda, du Burundi, du Soudan du Sud et de Centrafrique. Parmi eux, des groupes armés sont toujours actifs dans l'est frontalier du Sud-Soudan, de l'Ouganda, du Rwanda et du Burundi, tandis que l'ONU a enregistré récemment «une augmentation importante» des violations des droits de l'homme. (APS)
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions