jeudi 19 octobre 2017 02:53:05

Cancer du Sein : La détection précoce une nécessité

C’est en présence du wali de Sétif, Nacer Maskri, du président de l’APW, du directeur de la santé et de la population, et d’éminents spécialistes, que s’est ouvert, samedi à l’auditorium Mouloud-Kacem-Naït-Belkacem, de l’université Ferhat-Abbas Sétif 1, le congrès international de chirurgie générale consacré au cancer du sein.

PUBLIE LE : 18-09-2017 | 0:00
D.R

C’est en présence du wali de Sétif, Nacer Maskri, du président de l’APW, du directeur de la santé et de la population, et d’éminents spécialistes, que s’est ouvert, samedi à l’auditorium Mouloud-Kacem-Naït-Belkacem, de l’université Ferhat-Abbas Sétif 1, le congrès international de chirurgie générale consacré au cancer du sein.

Organisée sous le haut patronage du ministre de la Santé et de la Population et de la Réforme hospitalière par le service de chirurgie générale du CHU de Sétif avec l’université de Sétif 1, le CHU de Sétif, la direction de wilaya de la Santé et de la Population ainsi que le registre du cancer de Sétif et l’association Enour d’assistance aux malades du cancer. Cette rencontre scientifique a également regroupé des malades et des universitaires, s’est orientée essentiellement sur cette pathologie qui constitue aujourd’hui un problème de santé publique d’actualité.
Le Pr Ilhem Wahab, présidente du comité d’organisation de ce congrès, intervenant à l’ouverture de cette rencontre ne manquera pas de souligner que tous les ans le cancer touche plus de 10 millions de personnes dans le monde et cause plus de 7 millions de décès dans une courbe qui ne fait malheureusement qu’augmenter d’année en année.
Dans ce contexte poursuivra t-elle le cancer du sein reste le plus fréquent et la première cause de décès chez la femme à l’échelle mondiale, soulignant par la même la stratégie mise en œuvre au titre du plan cancer 2015-2019 par le Président de la République pour prendre en charge mais aussi identifier et lutter contre les facteurs de risque. «Aussi s’agira-t-il d’échanger nos expériences dans un domaine aussi sensible et sortir avec des recommandations issues des avancées scientifiques actualisées ».
Le Pr Bahar Abdelaziz président du Conseil scientifique ne manquera pas de rendre un vibrant hommage au Pr Ahmed Bendib qu’il qualifiera de père incontesté de la sénologie et monument de la pathologie mammaire, revient sur les éléments qui ont guidé le choix d’un tel thème «sachant que le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme d’autant plus important dira t-il que c’est un sujet brûlant d’actualité dans un contexte marqué par la mise en œuvre du plan cancer initié par le Président de la République et la prise en change de cette pathologie au niveau du centre anti cancer qui a complètement, sachant là aussi autant c’était le parcours du combattant pour le malade d’aller faire sa radio et sa chimiothérapie autant aujourd’hui avec l’émergence du CAC et l’association Enour les rendez-vous sont beaucoup plus rapprochés et la malade qui a un cancer du sein accède plus facilement à la chimiothérapie ou la radiothérapie. Comme nous avons également relevé en cinquième point que cette approche pluridisciplinaire qu’est le cancer du sein à complément bouleversé notre approche thérapeutique et notre approche de travail en tant que chirurgien. »
Le chef de service de chirurgie du CHU de Sétif insistera notamment sur la détection précoce, sachant que sur les 126 malades opérées en 2 ans, le traitement conservateur n’a pas dépassé les 5%.
Pour sa part, le Pr Hélène Sancho Garnier, épidémiologiste, présidente de la fondation JDB Montpellier et qui revient pour la troisième fois à Sétif traitera de l’épidémiologie et du dépistage du cancer du sein établira une comparaison entre les cancers du sein en France et à Sétif et se penchera sur les facteurs de risque de ce cancer. Elle consacrera une large place au diagnostic précoce et au dépistage soulignant que l’intérêt majeur pour des pays comme l’Algérie et d’autres pays c’est de faire des diagnostics précoses et pas de se lancer dans des campagnes de dépistage.
Des données épidémiologiques relatives au cancer du sein qui seront également développée par le Pr Mokhtar Hamdi Chérif, épidémiologiste, président du premier registre du cancer de Sétif qui a été mis en place en 1986 : «Le cancer du sein demeure la tumeur la plus fréquente, d’ailleurs tous les registres du cancer ont observé une augmentation de 5% au cours de ces 20 dernières. C’est une incidence qui reste élevée dans les pays occidentaux mais la nôtre est également en train de connaître le même phénomène et va rejoindre avec le vieillissement de la population dans les vingt prochaines années les incidences occidentales. En Algérie nous sommes actuellement à 12.000 nouveaux cas en 2016 et on doit s’attendre à 18.000 nouveaux cas en 2025 ; une incidence qui demande à être prise en charge de façon efficace sachant de surcroît que 40% des cancers chez la femmes sont des cancers du sein.  La priorité actuelle serait donc d’axer notre travail sur la détection précoce en intégrant bien sur le plan cancer et le plan de maladies chroniques années. Notre challenge est donc de diminuer de ce taux élevé de femmes qui arrivent à un stade tardif et partant déboucher sur l’impact que cela doit produire en matière de survie et de mortalité.
F. Zoghbi

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions