mardi 19 septembre 2017 14:20:09

Le Coin du copiste : Un conteur en Angleterre

Si on s’était tourné vers tout ce qui avait trait à la culture orale, il y a plus d’une vingtaine d’années, en reconnaissant dans sa fonction de transmission de valeurs ancestrales et de traditions en lien avec le profane dans toutes les sociétés maghrébine et arabe où le conte était essentiel dans une communauté, force est de reconnaitre qu’aujourd’hui et par ces temps de transformation sociale tous azimuts, cette même oralité qui constitue le substrat d’une culture donnée semble se perdre dans les méandres de l’oubli avec notamment la disparition de plusieurs générations qui se chargeaient de véhiculer à travers les contes anciens tout un pan de nos valeurs les plus lointaines mais surtout et particulièrement spécifiques à l’Algérie.

PUBLIE LE : 13-09-2017 | 0:00
D.R

Si on s’était tourné vers tout ce qui avait trait à la culture orale, il y a plus d’une vingtaine d’années, en reconnaissant dans sa fonction de transmission de valeurs ancestrales et de traditions en lien avec le profane dans toutes les sociétés maghrébine et arabe où le conte était essentiel dans une communauté, force est de reconnaitre qu’aujourd’hui et par ces temps de transformation sociale tous azimuts, cette même oralité qui constitue le substrat d’une culture donnée semble se perdre dans les méandres de l’oubli avec notamment la disparition de plusieurs générations qui se chargeaient de véhiculer à travers les contes anciens tout un pan de nos valeurs les plus lointaines mais surtout et particulièrement spécifiques à l’Algérie. Certains artistes dont les initiatives sont hélas isolées du contexte, travaillent pourtant à faire ressusciter dans les esprits la tradition du conte à l’instar de celle du « goual » ou encore de la « halqa », authentique théâtre ambulant des rues comme cela se passait autrefois dans les marchés et places publiques dans chaque ville. On apprend ainsi que le conteur professionnel et auteur algérien, Mahi Seddik, est au programme de journées culturelles algériennes prévues du 20 au 24 septembre à Londres comme annoncé par les organisateurs de ce projet qui s’est finalement concrétisé. Habitué des rondes populaires et du théâtre de la «halqa», Mahi Seddik est convié à présenter des contes puisés dans le patrimoine oral algérien, particulièrement du Grand Sud, à la faveur de deux représentations de son spectacle Les contes d’Algérie, à l’occasion de cet événement communautaire visant à promouvoir la culture algérienne. Natif de Sidi Bel Abbès, Mahi Seddik, qui a suivi une formation dans le quatrième art, s’attache depuis plusieurs années à promouvoir et à revivifier la tradition orale disparue des goual (conteurs). Le conteur a animé ces dernières années, à la faveur des festivals organisés à travers l’Algérie, de nombreux espaces et ateliers consacrés au conte populaire et a assuré des cycles de formation en Tunisie et aux Emirats arabes unis, notamment. Cette manifestation est organisée par The National Algerian Centre, une organisation qui vise à encadrer la communauté algérienne établie en Angleterre et à offrir des formations et des activités culturelles aux jeunes de la communauté. Perpétuer la tradition comme le font certains conteurs, qui se comptent sur les doigts de la main, est une chose qui peut contribuer à raffermir notre relation avec nos racines profondes, œuvrer à la faire connaitre en dehors de nos frontières pour donner notamment en Occident une image différente que celle que l’on a l’habitude de voir sur nos écrans en reflétant par le verbe et la parole une culture séculaire.
L. Graba

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions