samedi 18 novembre 2017 11:23:01

Rejet du référendum sur l'indépendance du Kurdistan : Pour l'unité de l'Irak

Le Parlement irakien a exprimé hier son opposition catégorique au référendum sur l'indépendance du Kurdistan, à moins de deux semaines de la tenue de cette consultation à l'origine de remous dans l'ensemble de la région.

PUBLIE LE : 13-09-2017 | 0:00
D.R

Le Parlement irakien a exprimé hier son opposition catégorique au référendum sur l'indépendance du Kurdistan, à moins de deux semaines de la tenue de cette consultation à l'origine de remous dans l'ensemble de la région. Cette décision intervient alors que le Parlement du Kurdistan, qui n'a pas siégé depuis plus de deux ans, a annoncé qu'il se réunirait jeudi pour voter en faveur de la consultation, annoncée en juin par le président de la région autonome Massoud Barzani. Dans la matinée, les députés du gouvernement fédéral ont voté contre le référendum prévu le 25 septembre dans cette région du nord de l'Irak qui bénéficie depuis 1991 d'une autonomie qui s'est élargie au fil des ans. Le Parlement à Baghdad a affirmé par la voix de son président Salim al-Joubouri, agir dans l'intérêt de «l'unité du territoire et du peuple irakiens». Erbil, de son côté, répète régulièrement n'avoir «pas d'autre choix» que de lancer cette consultation pour garantir les droits des Kurdes, durement réprimés par le régime de Saddam Hussein, déchu en 2003 lors de l'invasion américaine de l'Irak. À l'issue du vote, ajouté à l'ordre du jour à la demande de 80 députés, les membres kurdes de l'assemblée ont quitté les lieux en signe de protestation. Les autorités fédérales n'ont cessé de répéter ces derniers mois que la consultation était contraire à la Constitution. Ce référendum a également suscité une levée de boucliers de Washington, de capitales européennes et surtout de la Turquie et de l'Iran voisins, qui craignent qu'un tel processus attise les appétits séparatistes de leurs propres minorités kurdes. Les prochaines étapes après le vote d’hier restent toutefois peu claires. D'un côté, M. Joubouri assure que le vote du Parlement «impose au Premier ministre (Haider al-Abadi) de prendre toutes les mesures pour protéger l'unité de l'Irak et d'entamer un dialogue sérieux» avec Erbil. Mais aucune de ces mesures n'a été précisée. De l'autre, une victoire du «oui» au référendum, non contraignant, n'entraînerait pas aussitôt l'annonce de l'indépendance, ont déjà prévenu les responsables kurdes, mais le début de «négociations sérieuses» avec Baghdad. Les 5,5 millions de Kurdes irakiens eux-mêmes sont divisés sur la question du référendum. Si tous adhèrent au rêve d'un Etat kurde, de nombreuses voix s'élèvent pour questionner l'opportunité du calendrier de M. Barzani. Certaines estiment qu'il pourrait être un obstacle à la lutte contre les terroristes, menée depuis 2014 conjointement par les forces irakiennes et les peshmergas, les combattants kurdes.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions