mardi 19 septembre 2017 14:31:01

Grand Angle : De l’utilité des sanctions

Une nouvelle batterie de sanctions contre la Corée du Nord a été adoptée par le Conseil de sécurité de l’ONU. Ces sanctions, prises à l’initiative des Etats-Unis visent à forcer la main à Kim Jong-Un et l’obliger à renoncer à son programme nucléaire.

PUBLIE LE : 13-09-2017 | 0:00
D.R

Une nouvelle batterie de sanctions contre la Corée du Nord a été adoptée par le Conseil de sécurité de l’ONU. Ces sanctions, prises à l’initiative des Etats-Unis visent à forcer la main à Kim Jong-Un et l’obliger à renoncer à son programme nucléaire.
«L'ONU veut pousser Pyongyang à négocier ses programmes d'armement nucléaire et conventionnel, jugés menaçants pour la stabilité mondiale», indique-t-on. Ce n’est pas la première fois que l’ONU sanctionne la Corée du Nord. La dernière résolution remonte au 5 août dernier. Sans effets immédiats. Pis les sanctions ont suscité jusqu’à présent une réaction contraire à celle escomptée. Ainsi précédant l'adoption du texte, la Corée du Nord avait exprimé haut et fort son opposition aux nouvelles mesures. Elle a averti les Etats-Unis qu'elle leur infligerait «la plus grande des souffrances et des douleurs» s'ils persistaient à vouloir que l'ONU durcisse les sanctions à son encontre. La Corée du Nord «fera en sorte d'être absolument sûre que les Etats-Unis en payeront le prix», a précisé Pyongyang. Le risque est désormais de constater une nouvelle escalade, d’autant que Pyongyang a toujours réagi aux sanctions par de nouveaux essais de tir de missile. C’est pourquoi, il est nécessaire de s’interroger sur l’utilité d’une telle approche. Ceux qui préconisent le recours aux sanctions font valoir l’exemple iranien amené à négocier son programme nucléaire au bout de plus de dix ans de sanctions. Mais l’exemple iranien vaut-il pour la Corée du Nord ? Dans un rapport publié ce week-end, des experts de l'ONU notent que «plus le régime de sanctions est étendu» pour la Corée du Nord, «et plus les contournements sont nombreux» venant de ce pays. Et pour cause, les pays sensés mettre en œuvre les sanctions sont parfois les premiers à les contourner via leurs entreprises car le commerce est «plus juteux» avec un pays qui est frappé de sanctions adoptées par le Conseil de sécurité. C’est dire que les sanctions du Conseil de sécurité sont surtout une aubaine pour les dirigeants de grandes entreprises qui cherchent à améliorer leur chiffre d’affaires.
N. K.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions