dimanche 24 septembre 2017 22:14:19

Festival du film musulman de Kazan : réel intérêt pour Kindil El Bahr etKoceila

Deux films algériens, Kindil El Bahr et Koceila ont enregistré une audience appréciable au Festival du film musulman de Kazan (Russie / 5-11 septembre) où plus de 60 longs métrages étaient présentés en compétition et hors compétition, ainsi que des milliers de films amateurs.

PUBLIE LE : 12-09-2017 | 0:00
D.R

Deux films algériens, Kindil El Bahr et Koceila ont enregistré une audience appréciable au Festival du film  musulman de Kazan (Russie / 5-11 septembre) où plus de 60 longs métrages  étaient présentés en compétition et hors compétition, ainsi que des  milliers de films amateurs. Le court métrage de fiction Kindil El Bahr du réalisateur franco-algérien Damien Ounouri ainsi que Koceila de Tahar Houchi ont suscité "un réel intérêt du public, venu nombreux découvrir quelques  facettes du cinéma algérien", a déclaré à l'APS, le réalisateur de  Koceila, également membre du jury de la compétition internationale "Long  métrage" à Kazan. "J'ai eu à découvrir, lors des débats après la projection des films, un public curieux, avide de s'informer sur l'Algérie, la femme algérienne, son  cinéma, etc.", a indiqué M. Tahar Houchi dont le film Koceila sera présent prochainement aux Etats-Unis, au Festival du film amazigh de Boston. Kindil El Bahr, sorti en 2016, est basé sur un scénario coécrit par le  réalisateur et la comédienne algérienne Adila Bendimred. Il évoque la  condition de la femme à travers l’histoire de Nafissa, battue à mort par un  groupe d’hommes sur une plage. Le film a récemment été distingué du prix du meilleur réalisateur et celui  du public au 6e Festival du film africain de Louxor (Egypte) ainsi que du  prix du meilleur court métrage au 22e Festival Regards sur le cinéma du monde à Paris, en plus du Prix "Filmmaker to filmmaker Award" du 26e Festival du court métrage d'Aspen dans le Colorado (Etats Unis). Sorti en 2014, le film Koceila se base sur l'histoire de trois personnes  qui se croisent dans un cimetière d’un village berbère, quelque part en  Afrique du Nord. Koceila, enfant de 11 ans, se retrouve seul après la mort  de sa grand-mère. Lola, une Européenne, en quête de son enfant duquel elle  a été séparée, ainsi que Rmimez, artiste algérien, fuyant le terrorisme de  la décennie noire et qui devient le gardien du cimetière. Le court-métrage a auparavant été présenté dans divers festivals dont le 5e Festival maghrébin du film d'Oujda (Maroc) et le 11e Festival international du film  oriental de Genève (Suisse). Organisé sous le signe du "Dialogue des cultures et civilisations", la 13e  édition du Festival du film musulman de Kazan a été ouverte mardi dernier, en présence du président de la république du Tatarstan Rustam Minnikhanov et du président du Conseil des muftis de Russie, Cheikh Ravil Gaynutdin qui  est également président de ce Festival. (APS)
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions